Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Azimuth SP-1 Spaceship Predator : l’heure tourne…


Depuis quelques semaines, la marque Singapourienne Azimuth (« swiss made ») propose une nouvelle version de son iconique modèle Spaceship 1. Plus petit que l’ancien modèle (42 vs 45 mm), ce garde-temps disponible en acier ou acier PDV noir devrait séduire les amateurs de montres qui souhaitent s’offrir une lecture du temps décalée et originale sans pour autant « casser leur tirelire ».


Voici une montre qui sort de l’ordinaire. Où l’heure tourne. Littéralement. Une pièce qui s’inscrit dans cette tendance d’une horlogerie contemporaine qui souhaite offrir une lecture de l’heure différente, décalée, originale. Certes, de nombreuses marques existent dans ce domaine, mais elles sont la plupart du temps hors de prix ! Avec un ticket d’entrée qui se situe souvent au-delà des 40.000 euros.
 
Chez Azimuth, marque singapourienne -fabriquée à Bienne en Suisse- qui a célébré ses dix ans l’année dernière, on essaie de montrer que l’on peut proposer des montres atypiques et compliquées sans pour autant dépenser des sommes folles ! Par exemple, ce modèle coûte dans les 5.000 euros (6.250 francs suisses). Et compte tenu de la qualité particulièrement haut de gamme de cette montre, cela prouve qu’il est possible -même pour des Suisses- de commercialiser des garde-temps qui sortent de l’ordinaire tout en restant dans la limite du raisonnable. Et belle surprise… Une fois la Predator au poignet, on a clairement le sentiment qu’elle vaut beaucoup plus chère que son prix réel. C’est toujours mieux que l’inverse.
 
Le boitier en acier poli et satiné affiche un diamètre de 42 mm. Ni trop grand ni trop petit. Il tombe parfaitement sur la plupart des poignets grâce à ses cornes plongeantes. Un bonheur à porter. Les premières heures, on craint d’accrocher la couronne de remontoir située à 12h et en forme d’ogive. Le fait est qu’elle ne gêne absolument pas dans les gestes de la vie quotidienne. Elle permet même un remontage particulièrement aisé du calibre mécanique manuel, par un simple mouvement latéral du pouce.

Côté moteur, les amateurs reconnaitront le fameux calibre Unitas que l’on retrouve chez de  nombreuses marques. Il a cependant totalement été retravaillé et squeletté en interne pour devenir pratiquement méconnaissable. Le travail est de qualité. De plus, la forme même du boitier et du verre saphir en « dôme » (qui aurait peut-être mérité un traitement antireflet) permet de plonger le regard au cœur même du mouvement pour en admirer tous les rouages : que ce soit lors du fonctionnement quotidien, lors de la mise à l’heure ou lors du remontage. Magique.      
 
Ce calibre Unitas permet ici une présentation de l’heure totalement étonnante. En effet, après des mois de « R&D », une grande aiguille en forme de lame acérée permet d’indiquer les minutes. A son opposé, sur le même axe, un module accueille un disque à heures sautantes (le six est écrit en toutes lettres afin de ne pas le confondre avec le 9) qui tourne en même temps que l’aiguille des minutes et affiche l'heure dans un guichet. Au début, la lecture de l’heure n’est pas des plus aisées, en revanche, au bout de quelques jours, plus aucun problème ! Les repères sont pris et l’on lit l’heure aussi facilement que sur n’importe quel autre garde-temps. A noter une petite seconde, discrète, placée à 9h. Les petites touches de bleu sur le cadran (index, nom de la marque et « fabriqué en Suisse ») viennent rappeler de belle manière les vis bleuies qui se trouvent au verso. A noter également qu’une des roues dentées de remontoir affiche le logo de la marque.
 
Bref, cette Azimuth SP-1 Spaceship Predator est une montre totalement atypique, dotée d’un calibre fiable et de finitions impeccables, qui font de ce garde-temps un bel achat d’un excellent rapport qualité/prix. Idéal pour démarrer une collection de montres… du futur.
  
Même si Azimuth n’est plus distribuée en France, ni en Europe d’ailleurs, il est bien évidemment possible de commander directement en ligne auprès de la marque ou alors, d’acheter sur place à Singapour chez Red Army Watches au chez Nanking Watch Dealers au Peninsula Hotel.



Montres-de-luxe.com | Publié le 10 Juin 2014 | Lu 2139 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques