Da Vinci Chronographe Céramique : mariage réussi de l’oxyde de zirconium et du titane


Pour sa toute nouvelle Da Vinci Chronographe, la manufacture IWC Schaffhausen a doté son mouvement de chronographe maison (le Calibre 89360) d’un boîtier en oxyde de zirconium et d’une lunette en titane de grade 5. Résultat : une pièce qui parvient à marier élégamment la tradition horlogère suisse ancestrale à des matériaux high-tech.


Da Vinci Chronographe Céramique : mariage réussi de l’oxyde de zirconium et du titane
Le monde doit beaucoup à Léonard de Vinci. Ce génie universel toscan a créé des oeuvres d’art d’une incomparable beauté, fait des recherches sur les lois de la nature et les a documentées ; il a conçu des bâtiments ainsi que des machines souvent très en avance sur leur temps.

D’innombrables esquisses témoignent également de son enthousiasme pour l’horlogerie. Beaucoup de ses découvertes novatrices en matière de mécanismes de spiral, de roues coniques et de transmissions à vis sont aujourd’hui encore exploitées pour de nombreuses machines –même dans le domaine de l’horlogerie.

Fascinés et inspirés par le génie de Léonard, les horlogers d’IWC Schaffhausen ont donné le nom de Da Vinci à une collection de montres. Le modèle Da Vinci de 1985, par exemple, a marqué de son empreinte l’histoire de l’horlogerie. A une époque où le quartz semblait d’ores et déjà avoir supplanté la mécanique en matière de mesure du temps, on se souvenait à Schaffhausen de la beauté et de la robustesse de la mécanique et l’on créait un chronographe mécanique à calendrier perpétuel qui contribua à la renaissance de la montre mécanique. Génialement simple… Voilà qui résume bien la construction de ce mécanisme complexe si facile à utiliser.

Un an plus tard seulement, en 1986, IWC Schaffhausen donnait une preuve supplémentaire de ses talents en matière d’innovations en fabriquant la première montre dotée d’un boîtier en oxyde de zirconium, une céramique d’une extrême densité, résistante aux rayures et aux chocs, posant ainsi un jalon en matière de technique de fabrication des boîtiers. Cette montre portait, elle aussi, le nom de Da Vinci.

Lorsqu’IWC Schaffhausen présenta, en 2007, le mouvement de chronographe « flyback » qu’elle venait de mettre au point, celui-ci intégra –bien évidemment- la famille des Da Vinci. Relevons en particulier l’affichage du temps chronométré qui, pour une utilisation plus aisée, s’est distancé de la présentation classique. On peut donc maintenant lire séparément –comme sur une montre dans la montre– les heures et les minutes chronométrées, qui s’affichent sur un compteur situé à 12 heures.

Da Vinci Chronographe Céramique : mariage réussi de l’oxyde de zirconium et du titane

En outre, le calibre 89360 est désormais doté d’un nouveau système de remontage à cliquet et d’une fonction « flyback » : en pressant et relâchant immédiatement le poussoir inférieur, il est possible de procéder à une remise à zéro du chronométrage en cours et d’en relancer un instantanément.

Ce mouvement mérite un écrin digne de lui : il est ainsi doté non seulement d’un fond transparent en verre saphir mais aussi d’un boîtier exceptionnel. La forme en tonneau de la nouvelle montre Da Vinci Chronographe Céramique, qui tire sa force d’une alternance d’arêtes et d’arrondis, de formes concaves et convexes, a été réinterprétée puisqu’elle est désormais constituée d’une combinaison de céramique et de titane qui se veut « unique en son genre ».

La zone médiane du boîtier de la montre Da Vinci Chronographe Céramique est constituée d’oxyde de zirconium, un matériau utilisé pour la première fois pour un boîtier de montre en 1986 –précisément pour une Da Vinci. Ce modèle n’a été fabriqué qu’en petite série en raison de l’énorme travail d’usinage qu’exigeait ce matériau extrêmement dur. Toutefois, au cours des ans, les techniciens et ingénieurs d’IWC ont acquis une vaste expérience en matière de fabrication et d’usinage de cette céramique antimagnétique, exceptionnellement résistante aux rayures et aux acides.

Il est aujourd’hui possible d’usiner de manière plus efficiente et plus précise qu’autrefois les ébauches de boîtiers, qui sont composés d’un mélange de poudre d’oxyde de zirconium et de liant. Les boîtiers sont vitrifiés à des températures variant entre 1500 et 2000 degrés Celsius, puis refroidis au cours d’un processus complexe afin que le matériau acquière ses propriétés exceptionnelles.

Des outils en diamant sont nécessaires pour effectuer les finitions. Les spécialistes d’IWC maîtrisent aujourd’hui si bien cette technologie que cette Da Vinci Chronographe Céramique est aujourd’hui un modèle que l’on peut produire en série illimitée.

Le mouvement –qui n’est pas pourvu d’une bague de fixation– est si finement usiné qu’il peut directement être inséré dans le boîtier en céramique. La lunette, les touches, le fond et la couronne contrastés sont en titane de classe 5 qui, contrairement aux alliages de titane utilisés jusque-là par IWC, peut être poli et satiné. Les deux matériaux utilisés, à savoir le titane et la céramique, ne sont pas seulement extraordinairement robustes et résistants aux rayures, mais sont aussi particulièrement doux au toucher.

Notons également la conception tridimensionnelle du cadran muni d’un réhaut volant –un affichage des minutes en forme de tonneau qui semble planer au-dessus du cadran de la Da Vinci. Cette minuterie volante, une grande première chez IWC, forme une courbe parallèle au verre saphir et réduit ainsi optiquement la hauteur de la face interne de la lunette. De plus, la montre est agrémentée d’un bracelet en cuir de vachette dont la surface a été spécialement traitée pour ressembler à un tissu high-tech.

Spécificités techniques Da Vinci Chronographe Céramique

Da Vinci Chronographe Céramique : mariage réussi de l’oxyde de zirconium et du titane
Chronographe à boîtier en forme de tonneau en oxyde de zirconium –une céramique high-tech– et titane, fonction « flyback », mouvement automatique de manufacture, fonction stop heure, minute et seconde, compteurs des heures et des minutes réunis dans un guichet à 12 heures, petit seconde avec dispositif d’arrêt, indication de la date, aiguilles et index lumineux dans l’obscurité

Mouvement
Calibre 89360
Alternances 28 800/h
Rubis 40
Remontage automatique

Réserve de marche 68 h

Boîtier
Matériaux structure intermédiaire en oxyde de zirconium, lunette et fond en titane classe 5, bracelet en cuir de veau noir, fermoir à boucle déployante en acier fin
Cadran noir avec réhaut volant
Verre saphir, bombé, antireflet sur les deux faces
Fond transparent en verre saphir
Couronne vissée
Etanche 3 bar
Dimensions du boîtier 44x52,8 mm
Hauteur 15,1mm

Réf. IW3766

Montres-de-luxe.com | Publié le 15 Avril 2010 | Lu 7407 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques