Hybris Mechanica 55 : 55 complications pour trois chefs d’œuvre Jaeger-LeCoultre


La manufacture horlogère suisse Jaeger-LeCoultre vient de dévoiler au cours d’une grande soirée donnée à Venise (Italie) dans le cadre de la Mostra, une trilogie horlogère absolument époustouflante : baptisée Hybris Mechanica 55, elle comprend trois garde-temps présentés dans un coffre-fort monumental ; trois montres d’exception totalisant la somme de 55 complications ! Un ensemble unique et tout simplement merveilleux…


Hybris Mechanica 55
Cette collection exceptionnelle comprend trois véritables chefs d’oeuvre : la toute nouvelle Hybris Mechanica à Grande Sonnerie, l’Hybris Mechanica à Triptyque et l’Hybris Mechanica à Gyrotourbillon.

Une trilogie qui fera date, qui dresse également un saisissant panorama de l’évolution de la Haute Horlogerie au début du troisième millénaire et qui illustre certains des plus remarquables achèvements réalisés par la Grande Maison de la Vallée de Joux au cours de sa longue et riche histoire.

Afin de rendre hommage à la valeur de ces trois pièces hors pair, elles seront livrées dans un authentique coffre-fort aux finitions prestigieuses et d’un poids respectable qui répond aux plus récentes exigences en matière de sécurité !

Chaque montre symbolise -à part entière- le savoir-faire et l’esprit d’innovation de la marque du groupe Richemont. « Pour mener à bien la construction de ces mouvements extrêmement complexes, les horlogers et ingénieurs de la manufacture n’ont pas hésité à remettre en cause les méthodes conventionnelles, à reconsidérer les préceptes établis et à développer des technologies innovantes afin d’intégrer les dernières avancées techniques » précise le communiqué Jaeger-LeCoultre.

Unique au monde, cette collection déploie trois thèmes horlogers majeurs : la quintessence de la mesure mécanique du temps avec le tourbillon sphérique, l’approche mathématique de l’éternité avec les diverses expressions du calendrier perpétuel et la magie saisissante de l’indication musicale de l’heure.

Hybris Mechanica 55
Plus récente invention de la « Grande Maison », l’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie concrétise un rêve poursuivi de longue date en sonnant les heures, les quarts et les minutes sur un carillon Westminster complet, miniaturisé pour s’adapter aux dimensions réduites d’une montre-bracelet !

Cependant, loin de se déclarer satisfaits par une telle prouesse, les horlogers de la manufacture ont également résolu de doter ce garde-temps -digne de tous les superlatifs- d’un tourbillon volant et d’un calendrier perpétuel à aiguilles rétrogrades. Un mécanisme d’heures sautantes complète la dimension symphonique de cette pièce maîtresse qui recèle non moins de 26 complications.

Conçu à l’origine pour les montres de poche, le tourbillon symbolise depuis 200 ans la maîtrise absolue de la mesure du temps. L’Hybris Mechanica à Gyrotourbillon a transformé cette construction pour l’adapter aux exigences spécifiques d’une montre-bracelet, qui accompagne constamment les mouvements du poignet dans toutes les directions.

Aussi, la cage du tourbillon sphérique ne tourne pas uniquement sur elle-même, mais pivote également sur un axe secondaire afin d’éliminer toutes les influences possibles de la gravité, quelle que soit la position de la montre. L’Hybris Mechanica à Gyrotourbillon possède à elle seule dix complications, au nombre desquelles figure un calendrier perpétuel doté de quatre aiguilles rétrogrades, une indication de l’équation du temps ainsi qu’une fantastique réserve de marche de huit jours délivrée par deux barillets.

Enfin, Jaeger-LeCoultre démontre dans l’Hybris Mechanica à Triptyque sa maîtrise des arcanes du calendrier grégorien et de leur représentation mécanique en présentant le calendrier le plus complet qui puisse être logé dans une montre-bracelet. Cependant, les horlogers ont également souhaité améliorer encore la précision de ce garde-temps unique. Ils y sont parvenus en concevant un mécanisme d’échappement inédit, le nouvel échappement isomètre à ellipse.

Au total, la montre possède non moins de 19 complications, dont le temps sidéral, un calendrier zodiacal inédit et un panorama du ciel étoilé...

Dans son ensemble, la trilogie Hybris Mechanica totalise donc à elle seule 55 complications ! Détails.

L’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie

L’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie
Les connaisseurs le savent bien : la réalisation d’une montre à sonnerie est considérée comme le pinacle de l’art horloger car la complexité de son mécanisme dépasse de loin celle de toute autre complication.

La construction d’une montre à répétition ne requiert pas uniquement des décennies d’expérience dans les domaines les plus ardus de la Haute Horlogerie, mais également une connaissance approfondie de la théorie musicale et de la physique du son ainsi que l’aptitude à créer un instrument en miniature, capable de transformer la précise mesure mécanique du temps en un univers de pures harmonies.

Depuis sa création en 1833, Jaeger-LeCoultre, a conçu et fabriqué plus de 200 calibres à répétition, dont l’éventail s’étend de mouvements ultraplats aux grandes complications les plus sophistiquées. Connue pour repousser constamment les limites de l’horlogerie, la Grande Maison recourt aux compétences d’un millier de collaborateurs, qui exercent plus de quarante métiers et oeuvrent toujours dans son site originel, agrandi à de nombreuses reprises, au coeur de la Vallée de Joux. En outre, Jaeger-LeCoultre a engagé d’intenses efforts et accompli une oeuvre essentielle afin de préserver le patrimoine de la Haute Horlogerie et assurer sa transmission de générations en générations.

Aussi les connaisseurs du monde horloger ne seront-ils sans doute guère étonnés d’apprendre que la manufacture du Sentier n’a pas hésité à entreprendre la conquête d’un nouveau Graal horloger en construisant un calibre entièrement inédit qui incorpore une Grande Sonnerie à carillon Westminster. En plus de répéter les heures, quarts et minutes à la demande –répétition minutes–, la Grande Sonnerie sonne automatiquement au passage les quarts et les heures écoulées.

D’une extraordinaire complexité, cette montre de poignet est non seulement la seule à reproduire fidèlement la mélodie de Big Ben et à faire entendre la mélodie la plus longue jamais jouée par une montre à sonnerie, mais elle réunit dans un boîtier classique aux proportions harmonieuses un calendrier perpétuel et un tourbillon volant.

Avec ses quelque 1.300 composants, le Calibre Jaeger-LeCoultre 182 (qui équipe l’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie) s’annonce comme le « mouvement le plus complexe et le plus perfectionné jamais réalisé à ce jour pour une montre-bracelet ».

Les innovations présentées par ce mécanisme d’une hauteur de 10,42 mm et d’un diamètre de 37 mm, qui s’insère dans un boîtier en or gris d’un diamètre de 44 mm, font déjà l’objet de treize demandes de brevets, tant il est vrai que les ingénieurs de la Grande Maison ont entièrement reconsidéré et optimisé les principes essentiels des mécanismes dotés d’une indication acoustique de l’heure.

L’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie
Disposé au centre de la couronne, un poussoir permet d’enclencher la fonction de répétition minutes à la demande.

Son actionnement permet de contempler la mise en mouvement immédiate de cinq râteaux, visibles à 9 heures à travers une ouverture dans le cadran.

Ceux-ci vont actionner à leur tour les marteaux, qui frapperont le nombre de coups pour indiquer l’heure à la minute près. Jaeger-LeCoultre a choisi de sonner les heures sur un timbre grave, les quarts avec la mélodie de Big Ben utilisant les quatre timbres, et les minutes sur un timbre aigu.

Cette montre est la première à intégrer un carillon Westminster et respecter l’ordre traditionnel de sonnerie de la répétition minutes : heures, quarts, minutes. Non content de cette réussite, les horlogers ont également développé un mécanisme additionnel permettant de supprimer le temps mort lorsqu’il n’y a pas de quarts à sonner. La montre sonne le nombre d’heures écoulées, et enchaîne directement sur les minutes.

Afin d’améliorer la fonction et la qualité de la sonnerie, les horlogers de Jaeger-LeCoultre ont inventé des marteaux inédits, qu’ils ont baptisé « Trébuchets ». Constatant la faible efficacité des marteaux traditionnels, ils en ont développé de nouveaux avec une tête articulée.

Cette géométrie inédite permet d’utiliser environ 80% de l’énergie provenant des râteaux, alors que les marteaux traditionnels n’en transmettent que 10 à 30% aux timbres. Ce rendement exceptionnel permet à la fois de réduire les dimensions du barillet et d’assurer par ailleurs une réserve de marche hors pair –12 heures en mode Grande Sonnerie.

Par leur conception même, le mécanisme des montres à sonnerie subit de grands dommages si l’heure est réglée pendant que la sonnerie est activée ou si les aiguilles sont tournées dans le sens anti-horaire.

Les spécialistes de la Grande Maison ont enfin apporté une solution à ce problème récurrent en reconcevant complètement le système de Grande Sonnerie. Le réglage de l’heure et des minutes s’effectue non pas par la couronne, mais par des poussoirs. Un poussoir pour l’heure, et deux pour les minutes, réglables en avant et en arrière. Un mécanisme d’embrayage a été intégré dans le rouage, déconnectant automatiquement les poussoirs de mise à l’heure aussitôt que l’on quitte le mode silence, ou dès l’activation de la répétition minutes.

Ainsi, aucune manipulation malheureuse n’est possible, et les minutes peuvent être rédigées en arrière, évitant ainsi un recalage du quantième perpétuel lors de petits ajustements horaires.
Dans le même souci du détail, les horlogers ont conçu le mécanisme de telle manière qu’il est impossible de décaler l’heure affichée et le nombre de coups sonnés, problème jamais solutionné par les Grande Sonnerie traditionnelles. Ainsi, le « cerveau » de la sonnerie pilote pour la première fois également l’affichage de l’heure.

Le cerveau du mécanisme de sonnerie est constitué d’une tour complexe à trois étages d’une hauteur de 5,15 millimètres. Une surprise attend à nouveau les connaisseurs de Grande Sonnerie. Le limaçon des heures, les cames des quarts et le limaçon des minutes sont regroupés sur un seul et même axe. A l’évidence, cette construction logique et rationnelle permet de réduire le volume du mécanisme de sonnerie. De plus, cette nouvelle disposition permet pour la première fois, d’éliminer les célèbres « surprises », mécanismes destinées à empêcher les montres à sonnerie de frapper accidentellement 14 minutes ou trois quarts à l’heure pleine.

La régularité du rythme et le silence du mécanisme sont une marque de qualité réservée aux meilleures montres à répétition et à Grande Sonnerie. Pour y parvenir, l’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie recourt à un régulateur centrifuge disposé sur un volant afin de contrôler l’énergie délivrée par le barillet de la sonnerie. Contrairement aux dispositifs conventionnels, il opère de manière entièrement silencieuse en écartant ses masselottes en platine vers l’extérieur afin de réguler le flux d’énergie, selon les lois de la force centrifuge.

En règle générale, le boîtier de la montre sert de caisse de résonance pour amplifier la vibration des timbres de la répétition. Dans ce domaine, les ingénieurs de la Manufacture se sont également écartés de la tradition et ont inventé un timbre cristal breveté. Les timbres sont directement soudés sur la glace de la montre, ce qui permet d’émettre le son hors du boitier avec une puissance et une diffusion encore jamais atteinte à ce jour.

Afin d’enrichir le son cristallin, les horlogers ont mis au point un procédé pour supprimer la manchette de la glace –tout en conservant un boitier étanche !– et donc faire participer la lunette et la carrure à l’émission du son. Leur choix s’est ensuite orienté vers l’or gris, qui présente le facteur de performance acoustique le meilleur selon une analyse multicritères (puissance, durée, clarté, richesse, accord).

La qualité sonore d’une montre dépend également dans une large mesure des timbres, les éléments essentiels qui produisent le son, de manière assez semblable aux cordes frappées par les marteaux d’un piano. Après plusieurs années de recherches destinées à créer un son aussi fort que possible, Jaeger-LeCoultre a mis au point une forme de timbre entièrement inédite, employée pour la première fois sur la Master Minute Repeater de 2007.

Confectionnés dans un alliage spécial en une seule pièce qui s’étend du support –le talon– au timbre proprement dit, ils présentent une section carrée, en opposition à la section ronde traditionnelle, offrant une surface de contact plus importante avec le marteau. En outre, la tonalité de la mélodie peut être personnalisée en fonction des souhaits du futur possesseur de l’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie.

Enfin, les horlogers ont mis au point des vis spéciales destinées à accroître encore la tenue de l’ensemble et à réduire le risque de desserrement à long terme –particulièrement important compte tenu des vibrations acoustiques. Leurs vis en titane à tête hexagonale offrent un couple de serrage cinq fois plus élevé que leurs homologues conventionnels et sont donc garantes d’une remarquable fiabilité.

Même si la Grande Sonnerie représente déjà une extraordinaire prouesse en soi, les horlogers de Jaeger-LeCoultre ont résolu d’ajouter deux autres complications à l’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie afin de la hisser dans les sphères raréfiées des montres à grandes complications.

Un tourbillon disposé sur le fond du mouvement est la première de ces complications additionnelles. Sur la montre Hybris Mechanica à Grande Sonnerie, il prend la forme d’un tourbillon volant. Cependant, afin de ne pas occulter le spectacle horloger du tourbillon, les horlogers ont supprimé le pont supérieur de la cage, ne conservant que le pont inférieur, maintenant le tourbillon en place grâce à un roulement à billes –en céramique et donc sans lubrification.

Composé de 67 pièces, le mécanisme du tourbillon mesure 12,42 millimètres de diamètre pour une hauteur de 3,85 millimètres. La cage, réduite à sa plus simple expression pour ne pas masquer l’organe réglant, est en titane et pivote sur un roulement à billes en céramique –donc sans lubrification. Pour assurer un réglage stable dans le temps, le balancier est doté de quatre vis de régulation, de dix masselottes et d’un spiral Breguet à courbe terminale. Sa fréquence d’oscillation est de 4 Hertz, soit 28 800 alternances par heure, son diamètre de 10 mm et son inertie de 11,5mg.cm2 assurent un niveau de réglage chronométrique très élevé.

Pour parachever ce chef-d’oeuvre, les spécialistes de Jaeger-LeCoultre n’ont pas hésité à relever un troisième défi horloger : l’intégration au mouvement d’un calendrier perpétuel entièrement rétrograde, qui indique la date, le jour de la semaine et le mois dans des sous-cadrans et affiche le cycle des années bissextiles dans une petite ouverture. Le mécanisme est programmé pour ne requérir aucune correction manuelle jusqu’en 2100. Des correcteurs situés à 12 heures sur le boîtier permettent le réglage des indications du calendrier après une période d’inutilisation.

Côté design, l’Hybris Mechanica à Grande Sonnerie arbore le look classique et raffiné de la ligne Duomètre. D’une sobriété extrême en rapport aux complications de la montre, elle se contente d’afficher l’heure digitale sautant, les minutes, le mode de la sonnerie (Grande, Petite, Silence), les indications du calendrier en arrière plan et les deux réserves de marche caractéristiques du Dual Wing.

Le cadran décomposé en deux parties possède une ouverture qui permet d’observer les râteaux de la Grande Sonnerie (à 11 heures). Enfin, dans un séduisant retournement de situation, le fond transparent de la montre permet de suivre les évolutions du tourbillon et le ballet des marteaux à travers le verre saphir.

Les diverses fonctions de la montre sont commandées par la couronne et les poussoirs, mais dans ce domaine aussi, les horlogers de Jaeger-LeCoultre ont fait preuve d’ingéniosité : il suffit de tourner la couronne dans un sens pour remonter le barillet du train de rouages et engranger aisément une réserve de marche de 50 heures. Et il est tout aussi simple de tourner la couronne dans l’autre direction pour armer un second barillet qui emmagasine l’énergie requise pour assurer le bon fonctionnement du mécanisme de Grande Sonnerie pendant douze heures.

Par leur géométrie, les deux barillets s’intègrent dans le concept Dual Wing, selon lequel un rouage est consacré à la mesure du temps et un autre à une fonction additionnelle, en l’occurrence l’indication musicale de l’heure.

L’Hybris Mechanica à Gyrotourbillon

L’Hybris Mechanica à Gyrotourbillon
Dès les premières époques de la mesure mécanique du temps, les horlogers se sont efforcés de créer des garde-temps dont les caractéristiques techniques leur permettaient de remplir leur tâche avec la plus grande précision possible.

Depuis deux siècles, le tourbillon inventé par Abraham-Louis Breguet, un dispositif constitué d’une cage aux rotations constantes qui supporte l’échappement et élimine les erreurs de marche dans les positions verticales, est considéré comme le sommet de la précision pour une montre mécanique.

Développé à l’origine pour des montres de poche, il ne remplit sa fonction que dans deux dimensions et ne joue donc qu’imparfaitement son rôle dans une montre-bracelet, soumise par sa nature même à de nombreux mouvements dans toutes les directions.

Aussi, les horlogers de Jaeger-LeCoultre ont-ils inventé le Gyrotourbillon I, dévoilé en 2004. Le Calibre Jaeger-LeCoultre 177 intègre un tourbillon avec deux cages qui tournent autour de deux axes et compensent de ce fait l’influence de la gravité sur le balancier dans les trois dimensions.

Il comprend également un calendrier perpétuel avec quatre aiguilles rétrogrades et une indication de l’équation du temps qui peut être ajustée pour tout endroit du monde, en fonction des souhaits de son propriétaire.

Deux barillets avec un fond et un couvercle en saphir assurent une prodigieuse réserve de marche de huit jours à la deuxième pièce de ce trio.

L’Hybris Mechanica à Triptyque

L’Hybris Mechanica à Triptyque
Le calendrier perpétuel est généralement considéré comme la réponse mécanique à la difficulté de décompter les jours, les mois et les années dans le calendrier grégorien que nous utilisons depuis la Renaissance.

Successivement perfectionné depuis l’Antiquité, notamment par l’adjonction et la suppression de certaines années bissextiles, le calendrier que nous connaissons requiert de nombreux ajustements pour observer la succession correcte des mois et des années, au cours d’un cycle annuel ou séculaire.

Aussi, le troisième élément de cette trilogie est la Reverso grande complication à triptyque qui a fait ses débuts en 2006 au titre de garde-temps le plus compliqué à voir le jour dans la célèbre ligne de montres au boîtier pivotant et de première montre à afficher ses indications sur trois cadrans différents, y compris le brancard qui supporte le boîtier.

Au total, le Calibre 175 de Jaeger-LeCoultre intègre 19 complications dont le temps civil, le temps sidéral, un calendrier zodiacal, une carte du ciel et une équation du temps avec indication des heures du lever et du coucher du soleil, que les horlogers de Jaeger-LeCoultre peuvent naturellement régler pour être en parfaite concordance avec le phénomène astrologique observable dans tout endroit du monde.

Le brancard arbore un calendrier perpétuel avec date rétrograde et phase de lune, connecté au mouvement par un système de transmission breveté qui modifie précisément les indications calendaires à minuit, quelle que soit la face présentée par la montre.

Son mouvement à remontage manuel possède un tourbillon équipé du nouvel échappement isomètre à ellipse doté d’un balancier en platine -iridium, provenant de la Master Compressor Extreme Lab, et spécialement mis au point pour l’Hybris Mechanica à Triptyque.

A lui seul, ce garde-temps exceptionnel représente le résultat de six années de recherches et de développements dans les ateliers de la Manufacture.

Hybris Mechanica 55 : 55 complications pour trois chefs d’œuvre Jaeger-LeCoultre

Un écrin coffre-fort d’une tonne

Hybris Mechanica 55 : 55 complications pour trois chefs d’œuvre Jaeger-LeCoultre
La Manufacture Jaeger-LeCoultre réalisera trente ensembles composés de ces trois chefs d’œuvre de l’art horloger entre 2009 et 2014.

Leur livraison débutera en septembre 2010 sous une forme originale qui associe luxe et sécurité : ils seront en effet remis dans un coffre-fort superbement recouvert de cuir et d’alcantara, dessiné par Jaeger-LeCoultre et fabriqué par un artisan allemand spécialisé.

D’une hauteur de 1,5 mètre, d’une largeur de 1 mètre et d’un poids de près… d’une tonne, ce splendide objet est le parfait gardien des précieuses montres quand elles ne sont pas portées.

Pour profiter pleinement de la Grande Sonnerie, Jaeger-LeCoultre a capitalisé sur ses connaissance techniques et acoustiques afin d’intégrer un système permettant d’entendre la mélodie de la montre même lorsqu’elle est en sécurité à l’intérieur du coffre. Sans microphone ni haut-parleur, ce système sans-fil transmet de façon fidèle le son émis par la montre à l’extérieur du coffre ! Sous son aspect raffiné, celui-ci est équipé des derniers développements et matériaux en matière de sécurité et satisfera ainsi à toutes les exigences des compagnies d’assurance.

Trois remontes-montre pour maintenir en marche les trois pièces maîtresses lorsqu’elles ne sont pas portées, ainsi que de nombreux remontes-montre supplémentaires pour des mouvements automatiques et des rangements divers pour des montres, bijoux, modes d’emploi, etc.

Spécificités techniques de l’Hybris Mechanica 55

Hybris Mechanica à Grande Sonnerie

Mouvement : Calibre mécanique Jaeger-LeCoultre 182
diamètre: 37 mm
hauteur: 10,42 mm
pièces: 1. 300
barillets: deux

Réserve de marche : 50 heures pour la réserve marche dédiée aux heures, minutes et quantième perpétuel ; 12 heures pour la réserve de marche dédiée au mécanisme de sonnerie en mode grande sonnerie

Fonctions :
Heures sautantes
Minutes sur compteur à 60 minutes
Carillon Westminster,
Carillon à la mélodie la plus longue du monde
4 timbres monobloc avec le système « crystal gong »
3 modes de sonnerie: Grande Sonnerie, Petite Sonnerie, Silence.
Mode répétition minutes (avec système de déclenchement sur la couronne poussoir)

Tourbillon volant :
balancier: Balancier monométalique en CuBe2CoNi (cuivre au berylium) à vis réglantes
spiral: qualité I, à oscillation libre, type Breguet
fréquence du balancier: 28'800 alternances par heure (4 Hz)
diamètre: 12,42 mm
hauteur: 3,85 mm
pièces: 67
antichocs: 2

Calendrier perpétuel instantané, jours rétrogrades, mois rétrogrades, date rétrograde, affichage de l’année bissextile
Dispositif de régulation avec bloc d’inertie
Indicateur de réserve de marche de la sonnerie
Indicateur de réserve de marche pour la montre
Réglage incrémental de l’heure par sauts d’une heure
Réglage incrémental des minutes en avant et en arrière.

Boîtier : or gris
diamètre 44 mm
hauteur 15 mm y compris le verre saphir

Bracelet :
alligator cousu main, boucle déployante en or gris

Hybris Mechanica à Gyrotourbillon

Mouvement : Calibre Jaeger-LeCoultre 177
diamètre: 36,3 mm
hauteur: 10,85 mm
pièces: 679
pierres:77
barillets : deux avec couvercle et fond en verre saphir

Réserve de marche : 8 jours

Tourbillon sphérique :
Balancier : monométallique en or 14 carats avec masselottes de réglage excentriques en or 14 carats
Spiral : qualité I, à oscillation libre, type Breguet
Fréquence du balancier: 21'600 alternances par heure (3 Hz)
Diamètre : 13,86 mm
Masse : 0,336 gramme
Pièces : 112
vitesses de rotation : cage extérieure en aluminium 1/minute cage intérieure en titane et aluminium 2,5/minute
Anti-chocs : six

Fonctions :
heures, minutes et secondes
réserve de marche
équation du temps marchante
indication de la date perpétuelle par deux aiguilles rétrogrades (du 1 au 16, du 16 au 28, 29,
30 ou 31)
indication perpétuelle des mois rétrograde
indication de l’année bissextile rétrograde au dos de la montre

Boîtier :
or gris
diamètre 43 mm
hauteur 14,9 mm y compris le verre saphir

Bracelet :
alligator cousu main, boucle déployante en or gris

Hybris Mechanica à triptyque

Mouvement : Calibre Jaeger-LeCoultre 175
Nombre de composant : 642
Grandeur du mouvement de base : 35,8 x 34,6 x 7,5 mm
Hauteur : 7,50 mm
Pierres :79
Barillets :deux
Nombre de fonctions : 19 complications
Balancier : monométallique en glucydur avec dix masselottes en or et quatre vis de régulation excentriques, inertie de 11,5mg x cm2
Spiral : Nivarox I, plat, à oscillations libres
Fréquence du balancier : 21 600 alternances/heures (3 Hz)
Tourbillon : titane grade 5, diamètre 13,5 mm, poids total 0,29 gramme, cage seule 0,08 gramme
Vitesse de rotation : 1/minute
Echappement : échappement isomètre à ellipse; bras du bloqueur à bascule et roue d'échappement en silicium monocristallin. Poids du bras bloqueur 0.00096 gramme.
Sécurité antichoc : pour les pivots de l'axe de balancier

Réserve de marche : mouvement 48 heures

Affichage :
Cadrans: trois au total
Cadran horaire: heures, minutes, secondes, jour/nuit, réserve de marche de saut de date
Cadran astronomique: heure sidérale, carte du ciel à choix pour l'hémisphère boréal ou austral, heures de lever et de coucher du soleil ajustées sur le lieu de résidence, calendrier zodiacal breveté, équation du temps, mois
Cadran calendrier : calendrier perpétuel, correction manuelle uniquement requise à la fin février 2100, indication de la date digitale par un disque rétrograde, aiguilles pour le jour de la semaine et du mois, indication des années bissextiles, phases et âges de la lune, hauteur du mouvement de calendrier 1,7 mm.

Boîtier :
Or gris, 37,7 x 55 mm, hauteur 17,9 mm, étanche à trois atmosphères; mécanisme de verrouillage contre un retournement involontaire pendant la période de réglage autour de minuit.

Bracelet :
Crocodile cousu main, boucle déployante en or gris.

Montres-de-luxe.com | Publié le 11 Septembre 2009 | Lu 6183 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques