IWC Portuguese Sidérale Scafusia : sidérante Sidérale !


La manufacture horlogère suisse IWC Schaffhausen vient de dévoiler la Portuguese Sidérale Scafusia. Un chef d'œuvre technologique de haute horlogerie qui a demandé dix années de recherches... Une décennie de travail pour que cette montre de 46 mm qui sera réalisée à la demande des clients -pour des pièces que l’on peut considérer comme uniques- réunissent le temps solaire et le temps sidéral, ainsi que des indications astronomiques… Sidérant cette Sidérale.


IWC Portuguese Sidérale Scafusia
La Portuguese Sidérale Scafusia est la montre la plus complexe jamais créée par la manufacture IWC Schaffhausen (groupe Richemont).

« Cette montre marque un nouveau tournant dans l’histoire d’IWC, qui remonte déjà à plus de 140 ans », explique Georges Kern, PDG d'IWC Schaffhausen.

Et d’ajouter : « la création de la Portuguese Sidérale Scafusia a été un défi ambitieux pour toutes les personnes qui y ont participé et a exigé un engagement considérable ainsi qu'une grande coopération entre les différentes disciplines impliquées. Elle représente un mariage exceptionnel d’esprit avant-gardiste, de savoir-faire, d'ingénierie et d'exclusivité. Le résultat est éblouissant et nous emplit d'une immense fierté. »

Plus concrètement, ce garde-temps hors norme a été conçu pour réunir différentes indications astronomiques et les afficher « avec une précision absolue ». La caractéristique la plus remarquable de ce garde-temps innovant et extrêmement complexe réside dans le tourbillon à force constante qui domine le cadran. L'autre face de la montre n'en est toutefois pas moins impressionnante…

Soigneusement assemblés dans un minuscule espace se trouvent : la voûte céleste, la ligne d'horizon, les coordonnées géographiques, le temps solaire, le temps sidéral, l'indication du lever et du coucher du soleil, ainsi qu'un affichage des phases diurnes et nocturnes, et du crépuscule. Et, derrière l'affichage du rang du jour, se trouve, bien entendu, un quantième perpétuel entièrement intégré !

Une seule montre pour deux mesures du temps

Sur Terre, notre temps est défini par la durée du jour solaire moyen. L'observation des étoiles s'appuie quant à elle sur le jour sidéral (du latin sidus signifiant étoile). Ces deux unités de temps diffèrent toutefois en durée. Le jour solaire moyen dure exactement 24 heures et correspond au temps moyen écoulé entre deux passages du soleil à un méridien donné.

Pour le jour sidéral, on se réfère à une étoile considérée comme infiniment lointaine, qui est exactement perpendiculaire au point d'observation au début et à la fin de la période pendant laquelle elle est observée. On mesure ainsi le temps que met la Terre pour accomplir une rotation complète sur son axe. Or, la Terre ne tournant pas uniquement sur son axe mais décrivant également un arc autour du soleil, un jour sidéral est plus court d’environ quatre minutes qu'un jour solaire moyen.

À 12 h, les aiguilles des heures et des minutes du microcadran gradué sur 24 heures indiquent l'heure sidérale « avec une incroyable précision » assure la marque qui précise que « le train de rouage créé par les ingénieurs d'IWC suit le temps sidéral avec une précision telle qu'il dévie de seulement 11,5 secondes au maximum sur une année entière ».

Un tourbillon impressionnant

Grâce à la Portuguese Sidérale Scafusia, il est désormais possible d'observer en parallèle deux mesures du temps sur une seule montre. Le temps solaire moyen, qui est également la référence rythmant nos journées, est affiché par les aiguilles centrales des heures et des minutes. Les secondes sont indiquées par un tourbillon monté sur un roulement à billes à 9 h.

Prenant près d'un quart du plateau inférieur, le tourbillon est impressionnant ne serait-ce que par sa taille. Mais ce que les connaisseurs apprécieront tout particulièrement dans ce garde-temps unique, c'est son mécanisme à force constante qui compense la perte continue d'énergie des barillets et transmet un apport constant d'énergie au balancier, apportant ainsi encore plus de précision au nouveau calibre 94900 à remontage manuel.

Deux barillets alignés en parallèle garantissent un minimum de force constante de 48 heures. L'aiguille des secondes quant à elle est montée sur la cage du tourbillon en titane et avance par intervalles d'une seconde. Durant le temps restant de la réserve de marche de quatre jours, le tourbillon poursuit un rythme régulier, suivant celui du balancier qui oscille à une fréquence de 2,5 hertz, soit 18.000 alternances par heure.

IWC Portuguese Sidérale Scafusia : sidérante Sidérale !
Une voûte céleste personnalisée

La Portuguese Sidérale Scafusia livre un spectacle unique tant côté cadran que côté fond de boîtier avec son ciel étoilé gravé et son quantième perpétuel.

Ce quantième apparaît dans une découpe circulaire qui égrène les jours de l'année : le 1er janvier correspond au jour 1, le 31 décembre au jour 365, ou 366 pour les années bissextiles alors indiquées par les lettres LY (pour leap year). À cette indication s'ajoute, sur la bordure du fond du boîtier, celles de l'heure du jour, de l'heure sidérale ainsi que du lever et du coucher du soleil par des flèches sur une graduation de 24 heures. Enfin, au centre, se trouve le ciel étoilé.

La ligne d'horizon, gravée en jaune, permet de représenter le ciel étoilé tel que le voit le propriétaire de la montre à l'endroit de son choix. Les ingénieurs d'IWC utilisent les coordonnées du lieu de référence choisi par le propriétaire de la montre pour calculer l'angle de la ligne d'horizon, puis règlent les cames contrôlant l'indication du lever et du coucher du soleil.

Ainsi, le client est non seulement l'heureux propriétaire d'une montre hors du commun mais il possède également sa propre constellation personnalisée reproduisant le ciel étoilé à l'emplacement géographique de son choix. À cela s'ajoute le fond formé par le ciel étoilé qui, grâce à un filtre de polarisation, le fait apparaître gris de jour et bleu de nuit.

Chaque montre est unique

La Portuguese Sidérale Scafusia est étanche jusqu'à 3 bar et, « malgré la délicatesse de son mécanisme, incroyablement résistante aux chocs » assure la marque. Un remontoir spécialement conçu pour ce modèle garantit la précision des indications, et ce, même si son propriétaire ne la porte pas pendant une période prolongée.

Naturellement, la montre s'accompagne également d'une loupe facilitant la lisibilité de son ciel étoilé, ainsi que d'une documentation complète sur l'astronomie. Chaque Portuguese Sidérale Scafusia est unique car, outre la voûte céleste personnalisée ornant le fond de la montre, le client a également le choix parmi une vaste gamme de matériaux de boîtier et de designs de cadran. Il peut également choisir la couleur ainsi que la matière du bracelet.

Compte tenu du degré de personnalisation ainsi que de la complexité du design et du mécanisme de ce garde-temps, les acheteurs devront patienter près d'un an pour en disposer…

Spécificités techniques de la montre IWC Portuguese Sidérale Scafusia

IWC Portuguese Sidérale Scafusia : sidérante Sidérale !
Mouvement mécanique, nouveau balancier doté de deux cames et deux masses de réglage, ressort Breguet, deux barillets, tourbillon à force constante
Calibre 94900 à remontage Manuel
Fréquence 18 000 Alt/ h / 2,5 Hz
Rubis 56

Réserve de marche 4 jours (soit 96 h)

Indications côté cadran
Affichage 24 heures (temps sidéral), l'heure sidérale et l'heure solaire peuvent être réglées séparément, affichage de la réserve de marche

Indications côté fond
Voûte céleste et ligne d'horizon personnalisées, indication du lever et du coucher du soleil, heure sidérale et heure solaire, indication des phases diurnes et nocturnes et du crépuscule sous la voûte céleste, quantième perpétuel avec cadran indiquant les années bissextiles et le rang du jour

Matériau du boîtier au choix du client (par ex. platine ou or rouge)
Diamètre 46 mm
Épaisseur 17,5 mm
Verre Saphir, convexe, antireflet sur les deux faces
Fond en verre saphir transparent

Étanchéité 3 bar

Bracelet au choix du client avec fermoir déployant IWC

Ref. 5041

Montres-de-luxe.com | Publié le 3 Octobre 2011 | Lu 4212 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques