Jaeger-LeCoultre Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 jours SQ


Avec la nouvelle Jaeger-LeCoultre Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 jours SQ, la manufacture a voulu prouver, une nouvelle fois, l’étendue de son savoir-faire. Dans ce cas précis, elle s’inspire d’un modèle historique de montre de poche à Grande Complication datant de 1928. Plus de huit décennies plus tard, les artisans squeletteurs et des émailleurs donnent naissance à un chef-d'œuvre contemporain de haute horlogerie. Edition limitée à 200 pièces.


Jaeger-LeCoultre Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 jours SQ
Les artistes de l’atelier de gravure et de squelettage de la manufacture Jaeger-LeCoultre se sont fixés  un nouveau challenge technique et artistique : « celui d’enlever à un mouvement autant de « chair » que possible sans toutefois affecter son bon fonctionnement » comme le souligne le maître-graveur et squeletteur Dominique Vuez.
 
Les graveurs connaissent parfaitement bien tous les enjeux de cet exercice de style et de haute volée... « Le client veut pouvoir admirer le plus de détails possible. Mais nous devons prendre garde à ce que le squelettage du mouvement ne remette pas en cause sa robustesse et sa fiabilité » ajoute-t-il.
 
Le graveur commence par se procurer les documents disponibles sur le calibre 876 auprès des constructeurs, puis identifie les pièces susceptibles d'être découpées et ajourées. En accord avec les horlogers de l'atelier des complications, le graveur représente les détails minuscules sur ses plans et croquis. Pour réaliser ce challenge, il s'appuie sur son expérience acquise au fil des ans (l’intelligence de la main et la pratique sont primordiales) et, naturellement, sur l'héritage transmis par ses prédécesseurs. Ces derniers ont jadis réalisé des travaux identiques avec des moyens similaires...
 
Outre la dimension technique, ce modèle doit répondre à des exigences esthétiques. Il s’agit en effet de rendre hommage au modèle de 1928 et de démontrer qu'il est encore possible de se surpasser ! Une fois le programme de squelettage détaillé élaboré, le maître et son équipe peuvent enfin s'atteler à la tâche au moyen d’un bocfil et de plusieurs limes qui ont depuis longtemps fait leurs preuves.
 
Millimètre par millimètre, ils découpent les petites pièces et retirent la « chair » superflue. L'opération de squelettage étant irréversible, aucune erreur n'est permise. Sinon, la pièce doit être refaite. Tous les composants sont ensuite étirés, anglés, polis et gravés à la main, un à un. Au fur et à mesure que ce travail artisanal avance, le résultat final se précise et commence à voir le jour.
 
Il reste ensuite à décorer les bagues en or gris sur le pourtour du cadran, présentes au recto et au verso de la montre. D’abord finement guillochées à la main, elles sont ensuite recouvertes d’émail bleu translucide selon la technique de l'émail grand feu « champlevé ». A l'aide d'un pinceau extrêmement fin, le maître émailleur Miklos Merczel et son équipe déposent l’email sur le métal qu’ils cuisent dans un four en plusieurs étapes et autant de fois que nécessaire afin d’obtenir la teinte de bleu souhaitée.
 
Chaque cuisson, effectuée à une température oscillant entre  800 et 820 degrés, représente un risque, car elle peut provoquer des fissures ou des inclusions indésirables. La réalisation est ensuite délicatement polie à l’aide d’une poudre de diamant. L'émaillage requiert patience et rigueur. Les deux bagues en émail du cadran et du mouvement de cette Master sont réalisées par les émailleurs les plus expérimentés de la manufacture et nécessitent à eux-seuls deux jours de travail.
 
Ensuite, un horloger de l'atelier des grandes complications réunit les plus de 200 ressorts, leviers, entraînements et roues dentées avec les chefs-d'œuvre des artistes. Si vous pensez que c’est terminé, vous vous trompez ! Il faut maintenant que l’atelier du contrôle 1.000 heures de la maison procède aux contrôles précis des fonctions ainsi qu'à de nombreux tests de résistance.
 
Ce bureau est impitoyable et intraitable lorsqu'il s'agit de garantir le respect des critères de qualité de la manufacture en toutes circonstances. Ce n'est qu'alors que l'on peut réellement considérer que ce chef-d'œuvre est bel et bien terminé.
 
Ce modèle nous permet d’évoquer le mouvement qui a servi de base à ce nouveau chef-d'œuvre. Il s'agit de la Master Eight Days Perpetual équipée du calibre 876, l'une des complications les plus intéressantes qui soient produites actuellement par la manufacture de la Vallée de Joux. Cette montre-bracelet, qui fut présentée pour la première fois en 2004, est à la fois un bel objet de mesure du temps et un vrai bijou pour le poignet.
 
Outre l'heure, son cadran comporte nombreuses informations calendaires. Parmi elles, la date, le jour de la semaine, le mois, l'année complète à quatre chiffres et l'âge de la lune. Un affichage de la réserve de marche et un indicateur jour/nuit, affichant une zone de sécurité rouge pour signaler la phase de changement des indications du calendrier, complètent le large éventail d'informations données. Tous les affichages figurant sur le cadran ont été agencés en fonction de leur importance ; malgré la profusion d'informations, l'utilisateur conserve ainsi une lecture parfaitement claire des différentes indications.
 
En plus de l'indication de l'heure, le jour de la semaine, la date et le mois sont proposés en grand format afin d'offrir une excellente lisibilité. Un affichage de la réserve de marche et un indicateur jour/nuit ont également été intégrés et disposés symétriquement dans la moitié supérieure du cadran.
 
Sur une montre à quantième perpétuel, tous les affichages sont synchronisés entre eux, de sorte qu'aucune correction manuelle n'est nécessaire les années qui comptent un 29 février. L’année 2100 fera exception car il s’agit d’une année séculaire non divisible par 400.et donc non bissextile. Si la montre est arrêtée pendant une longue durée, les indications peuvent être avancées par sauts d'un jour à l'aide d'un poussoir. Tous les affichages avancent ainsi simultanément d'un jour, ce qui facilite grandement le réglage de la montre.
 
D'une épaisseur de 6,6 mm, le calibre à remontage manuel Jaeger-LeCoultre 876, composé de 262 pièces et 37 rubis, est entièrement fabriqué, assemblé et décoré à la main à la manufacture. À l'examen de sa surface, l'observateur remarque immédiatement le décor à côtes soleillées réservé aux créations exclusives de Jaeger-LeCoultre. Le balancier de l'échappement sans raquette oscille à une fréquence de 28 800 alternances par heure, et la réserve de marche s'élève à huit jours après remontage complet. Si cette énergie s'épuise, il suffira de recharger les deux barillets de la montre au moyen de la couronne.
 
Au total, 200 exemplaires de cette montre hors norme sortiront de la manufacture de la Vallée de Joux, et toutes sont des pièces uniques ! De fait, les artisans ne peuvent pas réaliser deux modèles qui soient absolument identiques. De nombreux petits détails viendront distinguer un calibre squelette d'un autre. Quant à l'émail grand feu du cadran, il n'est jamais totalement identique d'une montre à l'autre...
 

Jaeger-LeCoultre Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 jours SQ
Millimètre par millimètre, ils découpent les petites pièces et retirent la « chair » superflue. L'opération de squelettage étant irréversible, aucune erreur n'est permise. Sinon, la pièce doit être refaite. Tous les composants sont ensuite étirés, anglés, polis et gravés à la main, un à un. Au fur et à mesure que ce travail artisanal avance, le résultat final se précise et commence à voir le jour. 
  
Il reste ensuite à décorer les bagues en or gris sur le pourtour du cadran, présentes au recto et au verso de la montre. D’abord finement guillochées à la main, elles sont ensuite recouvertes d’émail bleu translucide selon la technique de l'émail grand feu « champlevé ». A l'aide d'un pinceau extrêmement fin, le maître émailleur Miklos Merczel et son équipe déposent l’email sur le métal qu’ils cuisent dans un four en plusieurs étapes et autant de fois que nécessaire afin d’obtenir la teinte de bleu souhaitée. 
  
Chaque cuisson, effectuée à une température oscillant entre  800 et 820 degrés, représente un risque, car elle peut provoquer des fissures ou des inclusions indésirables. La réalisation est ensuite délicatement polie à l’aide d’une poudre de diamant. L'émaillage requiert patience et rigueur. Les deux bagues en émail du cadran et du mouvement de cette Master sont réalisées par les émailleurs les plus expérimentés de la manufacture et nécessitent à eux-seuls deux jours de travail. 
  
Ensuite, un horloger de l'atelier des grandes complications réunit les plus de 200 ressorts, leviers, entraînements et roues dentées avec les chefs-d'œuvre des artistes. Si vous pensez que c’est terminé, vous vous trompez ! Il faut maintenant que l’atelier du contrôle 1.000 heures de la maison procède aux contrôles précis des fonctions ainsi qu'à de nombreux tests de résistance. 
  
Ce bureau est impitoyable et intraitable lorsqu'il s'agit de garantir le respect des critères de qualité de la manufacture en toutes circonstances. Ce n'est qu'alors que l'on peut réellement considérer que ce chef-d'œuvre est bel et bien terminé. 
  
Ce modèle nous permet d’évoquer le mouvement qui a servi de base à ce nouveau chef-d'œuvre. Il s'agit de la Master Eight Days Perpetual équipée du calibre 876, l'une des complications les plus intéressantes qui soient produites actuellement par la manufacture de la Vallée de Joux. Cette montre-bracelet, qui fut présentée pour la première fois en 2004, est à la fois un bel objet de mesure du temps et un vrai bijou pour le poignet. 
  
Outre l'heure, son cadran comporte nombreuses informations calendaires. Parmi elles, la date, le jour de la semaine, le mois, l'année complète à quatre chiffres et l'âge de la lune. Un affichage de la réserve de marche et un indicateur jour/nuit, affichant une zone de sécurité rouge pour signaler la phase de changement des indications du calendrier, complètent le large éventail d'informations données. Tous les affichages figurant sur le cadran ont été agencés en fonction de leur importance ; malgré la profusion d'informations, l'utilisateur conserve ainsi une lecture parfaitement claire des différentes indications. 
  
En plus de l'indication de l'heure, le jour de la semaine, la date et le mois sont proposés en grand format afin d'offrir une excellente lisibilité. Un affichage de la réserve de marche et un indicateur jour/nuit ont également été intégrés et disposés symétriquement dans la moitié supérieure du cadran. 
  
Sur une montre à quantième perpétuel, tous les affichages sont synchronisés entre eux, de sorte qu'aucune correction manuelle n'est nécessaire les années qui comptent un 29 février. L’année 2100 fera exception car il s’agit d’une année séculaire non divisible par 400.et donc non bissextile. Si la montre est arrêtée pendant une longue durée, les indications peuvent être avancées par sauts d'un jour à l'aide d'un poussoir. Tous les affichages avancent ainsi simultanément d'un jour, ce qui facilite grandement le réglage de la montre. 
  
D'une épaisseur de 6,6 mm, le calibre à remontage manuel Jaeger-LeCoultre 876, composé de 262 pièces et 37 rubis, est entièrement fabriqué, assemblé et décoré à la main à la manufacture. À l'examen de sa surface, l'observateur remarque immédiatement le décor à côtes soleillées réservé aux créations exclusives de Jaeger-LeCoultre. Le balancier de l'échappement sans raquette oscille à une fréquence de 28 800 alternances par heure, et la réserve de marche s'élève à huit jours après remontage complet. Si cette énergie s'épuise, il suffira de recharger les deux barillets de la montre au moyen de la couronne. 
  
Au total, 200 exemplaires de cette montre hors norme sortiront de la manufacture de la Vallée de Joux, et toutes sont des pièces uniques ! De fait, les artisans ne peuvent pas réaliser deux modèles qui soient absolument identiques. De nombreux petits détails viendront distinguer un calibre squelette d'un autre. Quant à l'émail grand feu du cadran, il n'est jamais totalement identique d'une montre à l'autre... 

Jaeger-LeCoultre Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 jours SQ

Montres-de-luxe.com | Publié le 27 Février 2014 | Lu 1248 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques