Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



La Royal Oak d’Audemars Piguet : la première montre haut de gamme sportive en acier


Audemars Piguet lance en 1972 à la Foire de Bâle, la Royal Oak, un modèle octogonal dessinée par le créateur Gérald Genta. A l’époque, les professionnels sont dubitatifs mais la clientèle s’enthousiasme pour ce nouveau garde temps qui va devenir la première montre haut de gamme sportive en acier et qui va de surcroît, révolutionner l’histoire du design horloger.


La Royal Oak d’Audemars Piguet : la première montre haut de gamme sportive en acier
Royal Oak : pour de nombreuses personnes, ce nom évoque une montre mythique, mais finalement, peu d’amateurs savent que cette dénomination provient d’un bâtiment de la flotte britannique qui a inspiré Gérald Genta*, créateur genevois d’origine piémontaise à l’origine de ce modèle.

Au fil de sa longue histoire, la marine britannique a en effet baptisé plusieurs de ses bâtiments du nom de « HMS Royal Oak » en hommage au chêne royal (royal oak en anglais) dans lequel Charles II d’Angleterre trouva refuge après sa défaite contre Cromwell dans la bataille de Worcester en 1651.

Pour en revenir à la Royal Oak d’Audemars Piguet, Gérald Genta s’est plus précisément inspiré de l’un des bateaux de la Navy dont la coque en chêne, renforcée de plaques d’acier, était équipée de canons dont les sabords étaient de forme octogonale.

Ainsi, après deux années de travail, la Royal Oak devenait la première montre de sport de luxe réalisée en acier ; première fois dans l’histoire de l’horlogerie moderne que ce métal était considéré comme un métal précieux. Ce qui à l’époque a provoqué une petite révolution dans l’industrie des montres de prestige.

La Royal Oak d’Audemars Piguet : la première montre haut de gamme sportive en acier
Autour de son légendaire cadran octogonal, les huit vis apparentes en or gris assemblent la lunette, le joint d'étanchéité exclusif et le fond-carrure. La fabrication des boîtiers Royal Oak et Royal Oak Offshore (collection créée en 1992 pour les sports extrêmes) nécessite d’ailleurs plus de 250 opérations successives incluant tous les types de finition artisanale : anglage, lapidage, polissage, brossage, sablage et perlage.

Les Royal Oak sont étanches à 50 mètres (5 atm) et les Royal Oak Offshore à 100 mètres (10 atm). Le bracelet, assemblé à la main, est intégré à la montre. Le premier modèle était équipé d’un mouvement automatique avec quantième.

Depuis, la Royal Oak est proposée en mouvement automatique et à quartz dans une grande variété de métaux, dont certains, comme le tantale, sont issus des dernières recherches menées dans le domaine de l’aéronautique ou du spatial.

Cette collection propose une dizaine de calibre (dont plusieurs avec complications) ainsi que des modèles sertis pour hommes comme pour dames.

*Il a également dessiné le modèle « Nautilus » pour Patek Philippe et la « Constellation » d’Omega.

Il voulait quelque chose de totalement nouveau

La Royal Oak d’Audemars Piguet : la première montre haut de gamme sportive en acier
Entre le Rhône et l'Arve, dans un quartier paisible de Genève, se cache un petit atelier silencieux. C'est ici, que Roland Tille exerce son métier de cadranier. Une spécialité qui l'a amené à travailler pour Audemars Piguet depuis de nombreuses années.

Un matin de 1971, le designer Gérald Genta lui parle d'une nouvelle montre, une véritable révolution, sur laquelle il travaille. Si sa forme est déjà dessinée -elle sera octogonale- son cadran reste à concevoir. "Gérald Genta voulait quelque chose de totalement nouveau" raconte Roland Tille. "A cette époque je commençais à relancer d'anciennes machines à copier."

Il s'agit de tours à guillocher qui gravent à partir d'un disque en bois ou en ébonite portant le motif en agrandissement. Un burin, couplé à un doigt, parcourt le disque de la périphérie au centre et grave le cadran en suivant une rotation synchronisée.

"Cela me paraissait intéressant de faire de la nouveauté avec des outils presque centenaires" ajoute-t-il en souriant. C'est ainsi qu'il se met au travail et propose quelques temps plus tard quatorze modèles de cadrans. Parmi eux, un motif géométrique qui tranche par sa simplicité. Il représente une tapisserie, composée, lorsqu'on la regarde de près, d'une multitude de petits pavés, séparés par un quadrillage régulier de sillons. Ce sera ce motif.

Roland Tille travaille alors les réglages du tour, la pression du burin, pour parfaire la gravure. "Ce décor est composé de carrés et la machine tourne rond : Il faut donc veiller à ce que les lignes soient parfaitement droites". Roland Tille traite ensuite ce cadran au vernis demi-mat pour lui apporter un aspect absolument parfait et insiste sur son caractère brut en lui appliquant une couleur bleue. Et donne ainsi le jour au célèbre cadran tapisserie de la Royal Oak, dont le dessin, tout comme l'octogone, appartient définitivement à la légende.

(Source : Audemars Piguet)

Montres-de-luxe.com | Publié le 19 Octobre 2006 | Lu 49912 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos