Montre de poche Girard-Perregaux Tourbillon sous trois Ponts d’or : une invitation à voyager dans le temps


La manufacture horlogère suisse Girard-Perregaux rend hommage à son héritage et à une pièce maîtresse de la haute horlogerie helvétique en présentant une réédition contemporaine de la fameuse montre de poche Tourbillon sous trois Ponts d’or ; celle-là même qui remporta en 1889 une médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris.


Montre de poche Girard-Perregaux Tourbillon sous trois Ponts d’or : une invitation à voyager dans le temps
Avec cette création exceptionnelle en or rose de 45 mm de diamètre, Girard-Perregaux perpétue une tradition initiée dans les années 1860 par l’horloger chaux-de-fonnier Constant Girard-Perregaux.

Après de longues recherches, il présenta en 1889 une montre avec Tourbillon sous trois Ponts d’or totalement innovante qui fut consacrée par une médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris. La montre marqua de façon décisive l’histoire de l’art horloger, non seulement par sa beauté mais aussi par l’interprétation à la fois esthétique et fonctionnelle du mouvement.

Au total, plus d’une soixantaine de Tourbillons furent produits par Girard-Perregaux jusqu’au début du XXe siècle. Il fallut ensuite attendre la fin des années 1970 pour que la manufacture décide de se repencher sur la réalisation d’une série de pièces conformes à l’original de 1889.

Cet ambitieux projet nécessite alors de réapprendre à fabriquer des éléments disparus et réutiliser des techniques abandonnées, et, lorsque la marque présenta en 1982 la première pièce, celle-ci fut accueillie par les commentaires les plus élogieux.

En 2010, plus de dix ans après que le dernier Tourbillon montre de poche ait été fabriqué, la manufacture présente une nouvelle expression de ce savoir-faire unique. Fruit de plus d’un an de travail d’un horloger de talent, cette réalisation est une invitation à voyager dans le temps et à partir à la découverte d’un savoir-faire unique.

Montre de poche Girard-Perregaux Tourbillon sous trois Ponts d’or : une invitation à voyager dans le temps
Un mouvement exceptionnel

Véritable icône de Girard-Perregaux et de la haute horlogerie suisse, le mouvement de la montre de poche est extraordinaire autant par sa construction que par ses finitions hors du commun.

La cage du Tourbillon est en forme de lyre, connue dans le monde horloger comme la signature de la marque depuis les années 1880. Ses 92 composants sont réalisés, finis, assemblés et réglés avec la minutie et l’expertise qu’exige le travail du minuscule.

Comme il était d’usage sur les montres très haut de gamme du 19ème siècle, la pièce est équipée d’un balancier bimétallique Guillaume, afin de compenser les variations de température pour une plus grande précision de marche.

A noter également que Constant Girard-Perregaux avait équipé son Tourbillon d’un échappement à détente pivotée. Ce mécanisme a donc naturellement été repris aujourd’hui, en dépit de toute la difficulté pour le réaliser et l’ajuster : sa longueur totale n’excède pas 8,5 millimètres, alors que le ressort de passage a une épaisseur de 0,04 millimètres.

Le mouvement totalise 249 composants, qui sont pré-assemblés, repris, ajustés, vérifiés, démontés et décorés un à un, avant l’assemblage final. Cette architecture a bénéficié d’un réglage minutieux et de nombreux contrôles. Comme il était d’usage au 19ème siècle, sa marche a ensuite été soumise aux tests d’un organisme externe indépendant qui lui a décerné le titre de chronomètre au vu de ses résultats exceptionnels : la variation moyenne de marche pendant les quinze jours n’a été que de 0.1 seconde par jour !

Une esthétique unique

Cette perfection mécanique s’accompagne d’un travail extraordinaire sur l’esthétique, qui évoque instantanément la tradition de Girard-Perregaux : le design reprend précisément les trois ponts en forme de flèche alignés en parallèle, alors que les finitions sont hors norme.

L’éclat impeccable des trois ponts maintenant le tourbillon, le train de rouage et le barillet résulte d’un mois entier de travail. Les surfaces des ponts comme les vis sont polies jusqu’à obtenir une brillance sans la moindre irrégularité. Finition particulièrement délicate et spectaculaire, les bras de chaque pont sont bercés, pour obtenir une surface bombée en arc de cercle.

Conforme aux montres de poche classiques de Girard-Perregaux (« G.P. » pour les connaisseurs), le cadran est en émail blanc. Affichées par de longues aiguilles en acier bleui, les heures sont marquées par des chiffres arabes alors qu’une minuterie parcourt le pourtour du cadran pour l’indication des minutes. La petite seconde est indiquée à 6 heures sur un cadran rapporté, également muni d’une minuterie.

Le boîtier en or rose massif est de type savonnette et intègre un mécanisme à secret pour l’ouverture du couvercle côté cadran : une pression sur le poussoir situé sur la couronne l’ouvre et permet une lecture immédiate de l’heure. Le mouvement est protégé par deux couvercles, dont l’un est orné d’une gravure à la finesse remarquable. L’autre est vierge de toute inscription. En effet, seul le futur acquéreur choisira les gravures et guillochages qui achèveront l’œuvre. Ainsi personnalisée selon ses souhaits, cette fascinante construction deviendra unique, dans le plus grand respect de la tradition horlogère.

Spécificités techniques de la montre de poche Girard-Perregaux Tourbillon sous trois ponts d’or

Montre de poche Girard-Perregaux Tourbillon sous trois Ponts d’or : une invitation à voyager dans le temps
Boîtier savonnette en or rose
Diamètre: 60,30 mm
Hauteur: 20,10 mm
Ouverture : mécanisme à secret pour le couvercle du cadran

Cadran en émail
Aiguilles en acier bleui

Mouvement Girard-Perregaux
Tourbillon sous trois Ponts d’or, manuel
Calibre: 45,00 mm
Fréquence: 21,600 alternances/heure (3 Hz)
Rubis: 30
Echappement: à détente pivotée
Balancier: bimétallique Guillaume
Spiral: Breguet avec courbe terminale Phillips

Réserve de marche : min. 32 heures

Certification : Chronomètre (COSC)

Fonctions : Tourbillon, heure, minute, petite seconde

Montres-de-luxe.com | Publié le 3 Mai 2010 | Lu 5989 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques