Montres-de-luxe.com

l'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Panerai Luminor Submersible 1950 BMG-Tech


Très belle nouveauté présentée cette année par Panerai au SIHH 2017. Certes, en apparence, cette Submersible 1950 ressemble à une autre Submersible 1950… A ceci près que sous ses airs discrets, son boitier est absolument révolutionnaire ! En effet, il est réalisé en BMG-Tech, un verre métallique ultra robuste et résistant qui vous permettra de conserver votre montre dans un état proche du neuf tout au long de son existence. Sans compter un très beau cadran bleu. Bref, on est emballé.


La Submersible de chez Panerai est l’une des plus iconiques des montres de plongée. Immédiatement reconnaissable, elle a maintenu son statut de plongeuse de légende lorsque la marque a fait évolué son boitier Submersible d’origine vers la version 1950. Même sa taille de 47 mm n’est pas un problème tant cette pièce est bien proportionnée.
 
C’est donc cette montre qui bénéficie la première de cette très intéressante révolution technique dans l’univers de l’horlogerie. Si à l’origine, tous les boitiers étaient en métal (précieux ou non) depuis une quinzaine d’années on a vu arriver sur le marché, massivement, le titane et la céramique qui ont permis aux marques une plus grande créativité et surtout, qui offrent aux clients des boitiers et des bracelets soient plus légers, soient noirs et totalement inrayables. Entre autres.
 
Plusieurs marques se sont ensuite essayées au carbone forgé (sous différentes appellations, mais le matériau de base reste à peu près le même). Un produit intéressant, tant par ses propriétés que par son aspect, mais qui finalement n’a jamais vraiment décollé. 

Aujourd’hui, avec le BMG-Tech, Panerai se lance dans une nouvelle aventure technologique particulièrement intéressante qui pourrait s’avérer révolutionnaire dans un proche avenir pour l’ensemble de l’industrie horlogère. En effet, l’acier et le titane sont des matériaux parfaits pour les boitiers de montres. Le seul problème, c’est qu’ils se rayent… La première rayure d’une montre est d’ailleurs un drame pour la plupart des amateurs de montres !
 
L’idéal serait donc de commercialiser un boitier qui ressemble à l’un de ces deux métaux, mais qui soit inrayable ; ce qu’a d’ailleurs essayé de faire Rado avec sa céramique métallique, mais qui ressemble encore « trop » à de la céramique plus qu’à du métal. Mais ce tour de force, Officine Panerai l’a réalisé…
 
Le secret de ce matériau utilisé pour le boîtier de cette Submersible 1950 ne réside pas tant dans son aspect -similaire à celui du titane mais d’un gris plus prononcé- que dans sa structure atomique. Celle-ci comporte toute une série d’avantages extrêmement appréciables pour une montre de plongée : résistance, robustesse et légèreté accrues. 

Le BMG-Tech est donc un verre métallique (Bulk Metallic Glass). Ce matériau est obtenu à partir d’un alliage de verre selon une structure géométrique régulière. Il comprend du zirconium, du cuivre, de l’aluminium, du titane et du nickel ; il fait l’objet d’un processus d’injection à haute pression et haute température qui ne dure que quelques secondes, de sorte que les atomes n’ont pas le temps d’adopter une structure ordonnée et régulière, comme cela se produit normalement à l’intérieur des cristaux.
 
C’est d’ailleurs cette structure « anarchique » qui explique les propriétés de ce matériau, notamment sa robustesse ainsi que sa résistance à la corrosion, aux chocs externes et aux champs magnétiques ! Des atouts qui permettent à la montre de rester « jeune et belle » tout au long de sa vie. Le rêve de l’industrie cosmétique ! 

Dotée d’une étanchéité à 300 mètres, cette plongeuse est équipée d’une lunette unidirectionnelle avec échelle graduée pour la mesure de la durée d’immersion. On note également le guichet dateur à 3 heures et le compteur des secondes à 9 heures. Le cadran bleu est somptueux. Il est ponctué d’indications permettant d’assurer une lecture de l’heure et une visibilité optimales quelles que soient les conditions de luminosité. Dans cette optique, deux types de Superluminova recouvrent les index, aidant ainsi à distinguer aisément les repères servant à lire l’heure et la durée d’immersion.
 
Le mouvement, entièrement développé et réalisé par Panerai est le calibre P.9010 à remontage automatique doté d’une réserve de marche de trois jours. Constitué de 200 composants et de 31 rubis, ce calibre affiche un diamètre de 13 ¾ lignes pour 6 mm d’épaisseur, ce qui lui vaut un profil relativement fin (notamment que le P.9000). Le balancier, fixé par un pont à double appui, oscille à une fréquence de 28 800 alternances par heure (4 Hz). Il est rattaché à un dispositif d’arrêt qui s’active lorsque la couronne est tirée, ce qui permet de synchroniser la montre avec un signal de référence.
 
Le réglage des heures peut s’effectuer sans interférer avec la marche des minutes, grâce à un dispositif permettant de déplacer uniquement l’aiguille des heures par incréments positifs ou négatifs d’une unité (pratique en voyage lors des changements de fuseaux horaires en heures pleines). Le fond de cette BMG Tech (PAM00692) est en titane tandis que son bracelet est en caoutchouc noir. Une bien belle bête ! 


Montres-de-luxe.com | Publié le 13 Mars 2017 | Lu 1600 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos