Première mondiale pour Blancpain : le carrousel volant une minute


Blancpain dévoile sa toute dernière innovation : dans un boitier en platine de 43 mm le premier mouvement doté d’un carrousel volant une minute…. Une complication oubliée pendant plus d’un siècle par les grands noms de l’horlogerie, le carrousel se veut une alternative au tourbillon. Comme ce dernier, il vise à réduire les effets liés à la gravité terrestre sur la marche du mouvement. Explications.


Première mondiale pour Blancpain : le carrousel volant une minute
Alors qu’en 1989, peu de marques maîtrisaient la réalisation de tourbillons classiques, Blancpain marquait déjà sa différence en présentant le tourbillon le plus plat du monde.

Pour ce faire, les maîtres-horlogers de la manufacture du Brassus avaient modifié la disposition classique du balancier pour gagner un maximum de finesse. S’éloignant ainsi de l’architecture du modèle historique mis au point par Abraham-Louis Breguet qui avait situé le balancier au centre de la cage.

« Cette liberté prise par Blancpain, souligne la marque dans son communiqué, avait suscité de nombreuses réactions de la part des amateurs, dont certains peinaient à reconnaître cette géographie inédite comme un véritable tourbillon. Si la fonction était respectée, la forme avait été redessinée ».

Une évolution majeure et brevetée

Le nouveau Carrousel Volant Une Minute de Blancpain est le résultat d’un processus parallèle. Inventé en 1892 par l’horloger Bahne Bonniksen, le carrousel propose un système d’entraînement de la cage par un effet de différentiel.

Ignoré pendant longtemps par les horlogers, il est remis au goût du jour par la manufacture qui propose une évolution majeure et brevetée du mécanisme. Si les premiers carrousels nécessitaient plusieurs minutes pour effectuer une rotation complète, celui de Blancpain effectue le même chemin en précisément 60 secondes, « un véritable exploit » affirme le communiqué.

Référencé 225, le calibre à remontage automatique intègre 262 composants et affiche une réserve de marche de 100 heures ! Il prend place dans un boîtier en platine de 43,5 mm de diamètre rehaussé d’un cadran semi squelette laissant apparaître roues dentées, ponts et platines.

A 12h, un puits de lumière dévoile les palpitations du carrousel volant dont l’un des ponts de cage indique la seconde. A 6h, l’état de la réserve de marche s’affiche par une aiguille courant sur un arc de cercle entre les signes « + » et « - ». Une double aiguille aux longueurs inégales indique la date à 9h sur deux lignes graduées et décalées.

Première mondiale pour Blancpain : le carrousel volant une minute
Carrousel – le renouveau

Après avoir révolutionné le tourbillon en 1989 avec la présentation d’un modèle extra plat, volant et doté d’un balancier excentré, Blancpain présente avec son Carrousel Volant Une Minute une interprétation inédite de la complication carrousel. Cette technique, équivalente dans sa fonction à celle du tourbillon, se distingue ici par son éminente complexité.

Blancpain souhaite par ce biais, confirmer son rôle d’innovateur en réhabilitant et en améliorant le carrousel, une complication tombée pratiquement dans l’oubli peu de temps après sa présentation en 1892 par son créateur Bahne Bonniksen. En reprenant les principes édictés par son inventeur et en les faisant évoluer de manière significative, la manufacture du Brasses fait preuve une nouvelle fois de son dynamisme. Et elle clôt par ailleurs, rappelle le communiqué, « une controverse qui a alimenté de nombreux débats entre spécialistes ».

Tourbillon et carrousel ont en commun de compenser les effets de la gravitation sur la marche du mouvement. En faisant tourner sur lui-même –dans une cage– l’ensemble du mécanisme, le mouvement compense par lui-même les effets néfastes de la gravitation ; il agit ainsi comme un véritable régulateur du temps.

Carrousel et tourbillon se distinguent en revanche sur la façon dont ils exécutent cette fonction. Dans le cas du tourbillon, la cage est reliée au barillet à travers un unique train de rouages. Ce qui signifie qu’en cas d’arrêt de cette connexion mécanique, le tourbillon cesse lui aussi de tourner. Tandis que le carrousel est, lui, relié au barillet par deux trains de roues. Le premier amène l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’échappement, le second contrôle la vitesse de rotation de la cage. La différence entre les deux systèmes consiste donc en une construction plus étudiée et plus riche en composants pour le carrousel.

60 secondes et un brevet Blancpain

Le Carrousel Volant Une Minute de Blancpain, outre le fait qu’il ressuscite cette complication trop peu exploitée, va beaucoup plus loin que celui inventé par Bonniksen, affirme encore la manufacture.

Si ce dernier ne portait aucune attention à la vitesse de rotation qui pouvait atteindre vingt-sept ou encore quarante-deux minutes suivant le modèle, la manufacture a pris le parti de développer un système de contrôle complet du différentiel.

Jusqu’ici, le système de différentiel qui régulait la rotation de la cage du carrousel n’avait pas fait l’objet de recherches approfondies. En élaborant –et en brevetant– un système qui lui assure un tour en 60 secondes exactement, Blancpain apporte une « contribution décisive à l’histoire de l’horlogerie » souligne le communiqué.

Première mondiale pour Blancpain : le carrousel volant une minute
Blancpain en pionnier : 1989, le Tourbillon Volant Extra Plat

Ce n’est pas la première fois que Blancpain revisite une complication de l’horlogerie pour en livrer une interprétation totalement novatrice. En 1989, la Manufacture avait fait couler beaucoup d’encre lors de la présentation de son Tourbillon Volant Extra Plat doté d’une réserve de marche de 8 jours. La manufacture du Brassus s’était en effet permise de toucher à l’un des raffinements horlogers les plus emblématiques : le tourbillon tel que l’avait conçu son inventeur Abraham-Louis Breguet.

Considéré à juste titre comme l’un des horlogers les plus inventifs par la richesse et la complexité de ses découvertes, le Neuchâtelois Abraham-Louis Breguet a déposé en 1801 son brevet sur le tourbillon. Riche en informations, le document décrit le principe de la complication et donne en même temps une version illustrée du système.

Ce dessin montre un échappement placé au centre de la cage, une disposition qui sera retenue par des générations d’horlogers comme la référence dans le domaine. Mais le document précise nullement que cet ordonnancement doit être respecté. Il laisse donc le champ libre à une interprétation différente, dès lors que la fonction est respectée.

Cette opportunité sera mise à profit par Blancpain qui dévoile en 1989 un mouvement inédit doté du tourbillon volant le plus plat du monde. La nouvelle marquera l’univers des puristes de la haute horlogerie. Tellement habitués à voir cette complication dans la configuration proposée par Breguet, les plus traditionalistes n’acceptent pas cette vision alternative qu’ils décrivent, à tort, comme un carrousel.

2008 : le Carrousel Volant Une Minute

Avec son Carrousel Volant Une Minute, Blancpain redéfinit une nouvelle fois les caractéristiques d’une invention ancienne. Quand Bahne Bonniksen invente le carrousel, il est surtout animé par l’envie d’offrir une montre de poche très précise à un coût de fabrication avantageux.

Sa découverte brevetée, plusieurs de ses montres remporteront des prix de chronométrie. Mais la nature même de son invention, avec la quantité de pièces importante qu’elle embarque, ne permettra pas d’atténuer les coûts. De plus, Bonniksen ne se préoccupe nullement du temps de rotation de la cage.

Les connaisseurs de l’horlogerie auraient certainement fini par oublier cette complication rarissime si Blancpain n’avait pas décidé de lui redonner vie… Comme elle l’avait fait avec le tourbillon, la manufacture du Brassus a gardé telle quelle la fonction, mais elle s’est attelée à l’améliorer fondamentalement.

Premier carrousel montre-bracelet de l’histoire, l’innovation de Blancpain tient d’abord dans sa capacité à miniaturiser ce mécanisme extrêmement complexe. Autre innovation majeure, les maîtres-horlogers de Blancpain ont dû faire preuve de tout leur savoir-faire et de toute leur capacité d’innovation pour parvenir à placer le balancier de ce carrousel au centre de la cage.

Enfin, le Carrousel Volant Une Minute dispose d’un système de différentiel exclusif qui contrôle exactement la vitesse de rotation de la cage. En effectuant un tour complet en une minute, ce nouveau calibre –une première mondiale– annonce à lui seul la venue d’une nouvelle famille de garde-temps.

« Au-delà des défis techniques, la manufacture du Brassus prend aujourd’hui une petite revanche amusante sur l’histoire » souligne le communiqué. Et d’ajouter : « alors que divers spécialistes autoproclamés expliquaient dès 1989 que le tourbillon de Blancpain –en raison de son balancier excentré– était en fait un carrousel, ils ajoutaient doctement que le balancier au centre était la signature du tourbillon. La manufacture Blancpain est d’autant plus heureuse de présenter aujourd’hui son indiscutable carrousel avec balancier... au centre de la cage ! Les manuels d’horlogerie devront être corrigés sur ce point ! »

Le Carrousel Volant Une Minute de Blancpain prend place sur l’échiquier des complications comme une alternative au tourbillon. Premier carrousel de l’histoire proposé sur une montre-bracelet, il surprend non seulement par sa construction avec balancier au centre de la cage, mais également par son rapport taille/réserve de marche qui fait de ce garde-temps, le carrousel le plus performant jamais réalisé. Ce nouveau venu dans le catalogue de la manufacture du Brassus n’appartient à aucune famille existante. La marque lui a donc laissé une place à part, en dehors des collections historiques qui fondent sa réputation.

Référencé 225, le mouvement intègre 262 composants –dont 36 rubis– un balancier à vis et un spiral plat. Affichant les fonctions heures, minutes, secondes et date, il abrite un carrousel volant effectuant une rotation complète en 60 secondes.

Ce calibre mécanique à remontage automatique, qui bat à une fréquence de 21’600 alternances par heure, dispose par ailleurs d’une réserve de marche de 100 heures. Le réglage de la date est réalisé via un mécanisme de correcteur sous corne exclusif développé et breveté par Blancpain.

Grâce à un poussoir situé sous une corne du boîtier à 10h, le porteur peut régler la date par une simple pression du doigt. Esthétique et pratique, le correcteur sous corne garantit un confort d’utilisation optimal et permet une manipulation particulièrement aisée.

Le cadran semi-squelette laisse apparaître le jeu des roues dentées et l’architecture épurée des ponts et des platines tous anglés à la main. Les aiguilles des heures et celle des minutes, taillées de forme glaive, partiellement évidées et recouvertes à leur extrémité d’une touche de superluminova, marquent le temps sur un chemin de fer constitué d’index biseautés et de fin traits noirs. A 12h, un puits de lumière met en exergue le carrousel dans toute sa complexité.

Cette mise en valeur souligne les formes de la cage dont l’un des ponts est taillé en forme d’aiguille pour indiquer les secondes. Le niveau de la réserve de marche s’affiche à 6h grâce à une aiguille passant sur une échelle, entre les signes « + » et « - ». Gravés à chaque extrémité d’un arc de cercle rattaché au bord du cadran, ils enserrent l’indication « carrousel » inscrite en son centre.

A 9h, la date est indiquée dans un demi-cercle également accolé au bord du cadran. Un ingénieux système constitué d’une double aiguille présentant deux longueurs offre une lecture décalée de cette dernière. Le nom de « Blancpain » apparaît à 3h.

Le boîtier de 43,5 mm de diamètre, une dimension inédite dans l’univers de la marque, a été façonné en platine 950, le métal le plus précieux, et parmi les plus difficiles à travailler. La couronne est cannelée et estampillée du logo de Blancpain. Le bracelet est en crocodile noir avec boucle déployante en platine 950.

Première mondiale pour Blancpain : le carrousel volant une minute
L’idée de Breguet et celle de Bonniksen

Devant la difficulté d’éliminer les causes du défaut d’équilibre du balancier, Breguet eut dès la fin des années 1770 l’idée géniale de les multiplier afin d’en supprimer les effets. Il a, pour ce faire, imaginé de monter l’ensemble de l’échappement sur une petite plate-forme qui effectuait une révolution sur elle-même en une, quatre ou six minutes. Les défauts se répétant ainsi dans un sens ou dans l’autre à intervalles réguliers, se compensaient les uns les autres.

L’avance ou le retard pris par la montre au cours d’une demi-révolution de la plate-forme était automatiquement compensé par l’avance ou le retard pris pendant la demi-révolution suivante. Breguet a décrit ce principe dans plusieurs mémoires entre 1779 et 1800, mais c’est le 26 juin 1801 que le ministre de l’Intérieur lui octroya le brevet lui donnant seul le droit de construire ce type de montres pendant dix ans.

Le brevet de Breguet explique que dans un régulateur à tourbillon, quel que soit le type d’échappement, à ancre ou à détente, la roue d’échappement est entraînée par la cage mobile, cette dernière faisant donc partie intégrante du rouage. Le balancier effectue par ailleurs une révolution sur lui-même, dans le prolongement de son axe d’oscillation. En d’autres termes, le point de pivotement du balancier chez Breguet est situé rigoureusement au centre de la cage. Ce qui est précisément le cas du carrousel de Blancpain...

Près d’un siècle après Breguet, le Danois Bahne Bonniksen (1859-1935), établi à Londres, se fixe pour objectif de répondre à une demande du moment: réaliser une montre de poche très précise mais d’un prix de fabrication plus avantageux qu’un tourbillon. En 1892, il fait breveter une montre qu’il baptise carrousel du fait que le balancier tourne sur lui-même. Le temps de cette révolution importe peu pour Bonniksen, dont certaines montres obtiendront des prix de chronométrie.

Si l’objectif de la précision est atteint par le carrousel de Bonniksen, celui d’un prix plus accessible que le tourbillon ne l’est pas vraiment. Le Danois pensait en effet que son carrousel nécessiterait moins de temps de réglage, mais dès lors que ce dernier comptait plus de composants, d’autres difficultés apparaissaient. C’est sans doute pour cela que le carrousel a longtemps été dénigré, sans compter qu’on ne fait pas impunément de l’ombre à une invention du génial Breguet, horloger de la Cour !

Aujourd’hui, le retour au premier plan du carrousel grâce aux innovations de Blancpain doit permettre à cette fonction de retrouver sa légitimité et de démontrer sa réelle complexité. Une complexité plus évidente encore avec l’innovation proposée par la Manufacture du Brassus, à savoir la maîtrise du différentiel pour parvenir à faire tourner la cage du carrousel en 60 secondes.

Montres-de-luxe.com | Publié le 22 Avril 2009 | Lu 5900 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques