Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Quai de l’Île Vacheron Constantin : quand la haute horlogerie entre de plain-pied dans le 21ème siècle


La manufacture de haute horlogerie Vacheron Constantin a présenté à l’occasion du SIHH 2008 de Genève une montre tout simplement révolutionnaire : la Quai de l’Île. Un garde-temps qui offre à ses heureux –futurs- propriétaires une pièce d’exception totalement personnalisable, intégralement sécurisée, dotée d’un service après-vente encore inégalé dans le domaine de l’horlogerie, etc. Bref, une pièce totalement innovante dans de nombreux domaines, qui préfigure très certainement l’univers de la haute horlogerie de demain : entre tradition ancestrales et nouvelles technologies. Présentation en détail d’un garde-temps en tous points exceptionnel !


Quai de l'île de Vacheron Constantin
Avec sa nouvelle ligne Quai de l’Ile –du nom de l’adresse historique de sa maison à Genève- la manufacture Vacheron Constantin (groupe Richemont) a souhaité révéler son caractère éminemment précurseur en s’appuyant sur plus de deux siècles et demi d’expérience.

Le boîtier est révolutionnaire, le cadran intègre un concentré de technologies issues de l’horlogerie et du « Security-Printing » (impression sécurisée), les deux mouvements mécaniques à remontage automatique –estampillés Poinçon de Genève– sont développés et manufacturés chez Vacheron Constantin, sans compter un accompagnement du produit –écrin, passeport, clé USB, éléments multimédia.

Cet ensemble d’éléments constitue le patrimoine génétique de la nouvelle ligne Quai de l’Ile de Vacheron Constantin qui porte en elle les notions de service et de relation privilégiée avec la clientèle.

La personnalisation est l’expression ultime du luxe. Elle est aussi le lien qui anime la relation entre un client et une marque, entre des attentes et un service. C’est pour renforcer encore davantage ce lien et pour proposer une expérience unique à sa clientèle que Vacheron Constantin a développé un concept de personnalisation totalement inédit dans la Haute Horlogerie. Cette première mondiale permet à l’acquéreur –grâce au boîtier de la ligne Quai de l’Ile et à sa carrure en sept éléments– de choisir parmi trois métaux, trois ambiances cadran et deux finitions du mouvement pour faire réaliser son garde-temps selon ses desiderata.

Le boîtier, inspiré de la forme coussin permet un nombre infini de combinaisons et dès cette année, pour le lancement, Vacheron Constantin propose près de 400 combinaisons à ses clients (hors combinaison de matière et de couleur du bracelet).

Mais avant d’aller plus loin dans la présentation de cette pièce exceptionnelle, revenons sur l’historique de son nom… Le Quai de l’Ile est depuis le 19ème siècle l’adresse de Vacheron Constantin. C’est Jean-François Constantin (1829-1900) qui va demander la construction d’un immeuble Quai de l’Ile à Genève dans les années 1873-1874. Visionnaire, il pressent déjà la nécessité d’offrir à la manufacture un lieu lui permettant de rayonner pleinement dans le Genève de la Haute Horlogerie, et d’accentuer son développement vers l’international. C’est ainsi, à partir de ce lieu de passage entre la rive droite et la rive gauche du Rhône, que la marque va pouvoir continuer à répondre aux demandes toujours plus exigeantes de ses clients.

Quai de l'île de Vacheron Constantin

Quai de l'île de Vacheron Constantin
Cette adresse va rapidement devenir le symbole de qualité de service en proposant des garde-temps personnalisés de Haute Horlogerie suivant la devise de la maison « Faire mieux si possible, ce qui est toujours possible ». Rois et reines, aristocraties, grandes familles et puissants de l’époque se rendent alors Quai de l’Ile pour commander une montre répondant à leurs souhaits les plus chers.

C’est aujourd’hui de cette volonté permanente d’offrir à ses clients des garde-temps toujours plus exceptionnels et proches de leurs attentes, et fidèle à l’esprit des fondateurs de la marque qu’est née l’idée de la conception de la ligne Quai de l’Ile.

Le boîtier de la ligne Quai de l’Ile –immédiatement identifiable- souhaite exprimer à la fois la tradition de plus de 250 ans d’histoire de Vacheron Constantin et le caractère novateur de sa proposition. Inspiré de la forme coussin, dans l’esprit de certains modèles historiques, ce nouveau boîtier de la ligne Quai de l’Ile affiche sa modernité par son caractère puissant, ses lignes fluides et ses formes évoluées qui confèrent à l’ensemble un subtil équilibre.

Les cadrans semi-transparents de cette nouvelle ligne autorisent un plongeon visuel sur la mécanique complexe. Ils sont surtout la résultante d’une association inédite entre le monde de l’horlogerie et les technologies les plus secrètes et les plus sophistiquées du « Security-Printing » (impression sécurisée)… objets de quatre demandes de brevets en cours de dépôt.

La nouvelle ligne Quai de l’Ile s’appuie dès son lancement sur deux modèles –Quai de l’Ile Quantième automatique & Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique- dotés de mouvements mécaniques à remontage automatique estampillés du prestigieux Poinçon de Genève. Conçus, mis au point et manufacturés par Vacheron Constantin, ces calibres de dernière génération sont l’objet d’un traitement rhodium ou ruthénium visible à travers le cadran. En plus des indications des heures, minutes et secondes au centre, le calibre 2460QH affiche la date au moyen d’un disque tandis que le calibre 2475SC/1 propose l’affichage de la date, du jour de la semaine ainsi que de la réserve de marche au moyen d’aiguilles.

Chaque modèle de la ligne est livré avec deux bracelets. L’un en cuir d’alligator noir ou brun foncé, grandes écailles carrées, cousu main et finition sellier; l’autre en caoutchouc vulcanisé noir ou brun foncé au design épuré et élégant (une première chez Vacheron Constantin). Proposée en finition polie (palladium ou or rose) ou satinée (titane), une nouvelle boucle déployante à lame triple et double sécurité et capot demi-croix de Malte assortie au cœur du boîtier, fait son apparition avec la ligne Quai de l’Ile.

Vacheron Constantin a souhaité pousser à l’extrême le concept de sécurité qui signe la ligne Quai de l’Ile. Ainsi, l’environnement du produit s’inscrit dans le prolongement de la notion de sécurité et d’inviolabilité qui caractérisent les cadrans de la ligne. Un passeport Vacheron Constantin présentant les standards de protection et de qualité similaires au passeport suisse accompagnera chaque montre de cette collection durant toute son existence. Un écrin novateur, une clé USB, un développement multimédia – des éléments originaux pour une montre de Haute Horlogerie - ont été conçus et réalisés dans une approche différente, correspondant en tous points au caractère contemporain de la montre.

Quai de l'île de Vacheron Constantin
« Quai de l’Ile » : le luxe ultime de la personnalisation
Par son concept inédit de personnalisation, la ligne Quai de l’Ile fait entrer la Haute Horlogerie dans une nouvelle dimension.

Cette ligne contemporaine et résolument innovante marie les technologies les plus sophistiquées du 21ème à plus de 250 ans de savoir-faire horloger. Et s’oriente vers les contours de ce que sera –très probablement- la haute horlogerie de demain.

En effet, depuis plus de 250 ans, Vacheron Constantin s’est constamment efforcée de soigner son service à la clientèle, au même titre qu’elle s’est toujours fait un point d’honneur d’apporter les finitions les plus soignées à tous ses mouvements horlogers. Visibles ou non, ces traitements particuliers ont toujours été considérés par la marque comme les signatures de la Haute Horlogerie.

Avec cette nouvelle ligne, la manufacture genevoise fait un pas supplémentaire dans cette direction en liant les notions de services et de personnalisation. Ce faisant, elle renoue avec l’esprit des Cabinotiers cher à la marque, en proposant à chacun de ses clients de s’inventer une montre à son image. Une montre qui initie d’emblée un rapport privilégié entre son concepteur et la marque et qui, au terme du processus créatif, revendique avec force son caractère unique.

Comme le souligne la marque dans son communiqué, « l’opportunité de participer à la création d’un objet aussi personnel en jouant un rôle actif dans la détermination de l’aspect final de son garde-temps est une expérience inoubliable. En ce sens, Vacheron Constantin place la relation client au centre du processus et détermine assurément les contours de l’horlogerie de demain ».

Vacheron Constantin fait ici une nouvelle démonstration en concrétisant ce concept de personnalisation novateur dans la ligne Quai de l’Ile. Une personnalisation d’un nouveau type - une première mondiale dans l’univers de la Haute Horlogerie - rendue possible par la construction particulièrement complexe de la carrure – en sept principaux éléments – du boîtier de la montre.

Transparence et architecture
L’impact est immédiat : la vision d’un modèle de cette nouvelle ligne ne peut laisser indifférent. Son cadran semi-transparent intrigue, ses affichages en suspension surprennent, son boîtier racé aux formes évoluées interpelle, son association de matériaux attise la curiosité. Conçu et développé dans une dynamique résolument avant-gardiste dans un esprit très architecturé, le boîtier est le cœur du système de personnalisation. Associé à un cadran relevant des dernières technologies de l’horlogerie et du « Security-Printing » (impression sécurisée), le boîtier de forme coussin joue sans fard la carte de la transparence et du design d’avant-garde.

Plus concrètement, le lancement de la ligne Quai de l’Ile en 2008 s’appuie sur deux références : le modèle Quai de l’Ile Quantième automatique (calibre 2460QH) et le modèle Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique (calibre2475SC/1). Seule cette dernière référence est d’emblée proposée en version personnalisable dans cent points de vente exclusifs (boutiques Vacheron Constantin et détaillants soigneusement sélectionnés pour leur qualité de service), dont la toute dernière boutique hongkongaise.

Une fois imaginée et conçue par son futur acquéreur à l’aide d’un écran tactile interactif développé par Vacheron Constantin, ainsi qu’une palette d’échantillons de matériaux et de couleurs, la montre personnalisée entre dans son cycle de production à Genève pour être livrée dans un délai de quelques semaines, convenu au préalable avec le client.

Nul besoin de le préciser aux connaisseurs, le boîtier de type coussin est une réinterprétation avant-gardiste d’une forme horlogère classique. A l’instar des voitures mythiques cent fois redessinées pour anticiper les évolutions stylistiques, ce boîtier s’annonce comme l’expression d’une conception horlogère avant-gardiste, tout en restant parfaitement dans l’esprit stylistique de la marque genevoise.

« Quai de l’Ile », au cœur de la personnalisation : le boîtier
Le concept de personnalisation est rendu possible par la construction unique du boîtier et de sa carrure en 7 éléments. Associée à d’autres composants de la montre – mouvement, cadran et bracelet – cette construction peu ordinaire permet à Vacheron Constantin de proposer près de 400 combinaisons (hors combinaison de matière et de couleur du bracelet) pour le modèle Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique.

Alors que la carrure –l’un des composants clef du boîtier– est d’ordinaire étampée (d’un seul bloc, le concept de personnalisation propre à Vacheron Constantin repose sur une carrure assemblée et composée des sept éléments distincts suivants : flanc latéral à 3h ; flanc latéral à 9h ; cornes à 12h ; cornes à 6h ; entre-cornes à 12h ; entre-cornes à 6h ; et enfin, plaque de maintien.

Outre ces sept principaux éléments composant la carrure, le boîtier de 41 mm de diamètre (ni trop grand, ni trop petit) comprend : le caisson principal -en titane quelque que soit le modèle ; la lunette ; le fond et la couronne.

Désireuse de préserver l’harmonie esthétique de l’ensemble et ne recherchant aucunement les effets d’annonce sur plusieurs dizaines de milliers de combinaisons (techniquement envisageables en fonction de la construction du boîtier de la ligne Quai de l’Ile), la manufacture genevoise a opté pour un système de personnalisation qui se veut « réfléchi ».

Pour ce faire, elle a défini trois groupes de composants : le cœur de boîte (cornes + entre-cornes + fond) ; la lunette, les flancs latéraux et la plaque de maintien. La couronne est également personnalisable, mais elle doit obligatoirement être choisie dans une matière déjà retenue pour l’un des autres groupes.

La personnalisation des modèles se concrétise par la proposition de trois métaux pour chacun des trois groupes de composants, combinables à l’envi selon ses desiderata : l’or rose 18 carats, le titane et le palladium. Il est à noter que ces deux derniers métaux n’avaient jusqu’ici jamais été utilisés par Vacheron Constantin dans sa collection courante.

Quai de l'île de Vacheron Constantin

L’or rose (Au). A l’état natif, l’or est un métal de couleur jaune brillant, très ductile et malléable, présent naturellement sous forme de pépites ou d’alluvions fluviaux. Symbole de la matière précieuse, l’or est le premier métal connu, employé par l’homme dès le Vème millénaire avant J.-C. L’or rose est un alliage noble principalement d’or additionné de cuivre. A nouveau très en vogue dans le milieu horloger depuis le début des années 2000 et très présent dans la ligne Vacheron Constantin, l’or rose avait déjà été dès les années 1920 et est toujours utilisé dans la réalisation de montres à complications.

Le titane (Ti). Découvert en 1791 par le révérend William Gregor, minéralogiste et chimiste britannique, le titane doit son nom aux Titans de la mythologie grecque. Le procédé de production industrielle du titane fut mis au point en 1939 par Wihelm Justin Kroll, métallurgiste et chimiste luxembourgeois. Utilisé depuis peu dans l’horlogerie, le titane a été retenu pour son caractère moderne, son esthétique affirmée et originale ainsi que pour son poids minimal (masse volumique 40% inférieure à celle de l’acier), parfaitement en ligne avec les attentes de la nouvelle clientèle venue à la Haute Horlogerie technique.

Le palladium (Pd). Découvert en 1803 par William Hyde Wollaston, le palladium, métal noble et précieux, appartient au groupe des métaux du platine. Ce matériau doit son nom à Pallas Athéna, déesse de la Sagesse et des Arts dans la mythologie grecque. Pur à 95%, ce métal solide, naturellement blanc et brillant, présente l’avantage de ne pas se ternir avec le temps. Alternative contemporaine et précieuse à l’or gris, le palladium a été retenu pour son caractère résolument novateur et avant-gardiste. Moins dense que le platine, il permet de réaliser des montres de grandes tailles sans altérer le confort au porter.

Quai de l'île de Vacheron Constantin
Outre les garde-temps de la ligne Quai de l’Ile personnalisables en près de 400 combinaisons, Vacheron Constantin a souhaité proposer également une Ligne de montres Quai de l’Ile qui comptera dès son lancement en 2008, six références :
- Le modèle Quai de l’Ile Quantième automatique (calibre 2460QH), et
- Le modèle Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique (calibre 2475 SC/1).

Chacun de ces deux modèles étant proposé en trois variantes :
- Carrure, fond, lunette et couronne en palladium - cadran foncé – mouvement finition rhodium,
- Carrure, fond, lunette et couronne en or rose - cadran clair – mouvement finition rhodium,
- Carrure, fond, lunette et couronne en titane - cadran foncé – mouvement finition ruthénium.

« Quai de l’Ile » : au coeur de l’innovation : le cadran
Objets de quatre demandes de brevets en cours de dépôt, les cadrans de la ligne Quai de l’Ile sont à l’horlogerie ce que les plus récentes techniques d’impression de documents de sécurité, tels que les billets de banque (Security-Printing), sont à l’imprimerie de Gutenberg. Soit deux mondes séparés par des années-lumière d’évolutions fulgurantes.

Remparts contre la contrefaçon intégrant notamment des écritures secrètes, de la micro-impression, des encres de sécurité et des marquages UV à l’encre invisible, ces cadrans semi-transparents nés des dernières avancées technologiques présentent aussi –et surtout- une féérie visuelle hors du commun.

Pour la première fois, une marque de Haute Horlogerie s’est associée au monde du « Security-Printing » (impression sécurisée), celui des billets de banque et autres documents infalsifiables. Des technologies parmi les plus secrètes ont été mises en œuvre pour proposer les cadrans les plus sécurisés à ce jour ; des cadrans au graphisme novateur et parfaitement fidèles à l’esprit de Vacheron Constantin.

Au carrefour de l’art et des techniques d’impression les plus sophistiquées, les cadrans de cette ligne attirent l’œil et intriguent. Profondeurs étranges, reliefs saisissants, jeux de transparences variables, éléments visibles et invisibles en alternance, précision du marquage, micro-impressions, rien ne rappelle un cadran de montre ordinaire. Avec cette montre, la marque emmène assurément la Haute Horlogerie dans une nouvelle dimension.

Rempart à la contrefaçon
En charge notamment de la fabrication des billets de banque et des passeports helvétiques, la société Orell Füssli Security Printing Ltd a accepté pour la première fois de mettre son savoir-faire aussi discret que spécifique au service de l’industrie horlogère. Pour insuffler une dimension plus artistique à ce processus excessivement technique, Vacheron Constantin a fait appel à monsieur Roger Pfund, créateur suisse de renommée mondiale, ayant réalisé le graphisme de nombreux billets de banque –suisses et étrangers– il est aussi le concepteur de l’actuel passeport suisse.

Au final, outre leurs caractéristiques techniques, les cadrans de la ligne Quai de l’Ile se singularisent par des décors qui n’entravent en rien la parfaite lisibilité des informations qu’ils affichent. D’autres indications et marquages sont tout simplement invisibles en conditions ordinaires, ce qui fait de ces cadrans, les plus sécurisés du marché. La réalisation de ce cadran ultra sophistiqué offre de facto aux modèles Quai de l’Ile un rempart bienvenu au fléau de la contrefaçon.

Quai de l'île de Vacheron Constantin

Quai de l'île de Vacheron Constantin
Procédés futuristes sur le saphir
Techniquement, les cadrans de la ligne Quai de l’Ile sont constitués de deux éléments principaux : une glace saphir et un film de sécurité transparent. La glace saphir intègre un concentré de techniques de pointe et de traitements précieux.

On peut notamment retenir : la gravure laser (avec encrage ou sans encrage), la croissance galvanique de métal revêtu d’or et la métallisation. Les inscriptions sur les cadrans de la ligne Quai de l’Ile sont réalisées par gravure laser sans encrage pour les mots « Swiss Made » et « Automatique ».

D’autres indications comme certains chiffres, les indications de la date et du jour de la semaine et « Vacheron Constantin Genève » sont, quant à elles, réalisées par gravure laser avec encrage.

Tant sur les modèles Quai de l’Ile Quantième automatique que Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique, les chiffres 3, 6, 9, 12, ainsi que le symbole en forme de Croix de Malte sont réalisés par croissance galvanique de nickel. Ce procédé consiste à faire « croître » une forme prédéfinie sur une glace saphir lavée aux ultrasons et micro-sablée sans abrasion. Le rendu est sensiblement le même que l’apposition d’une applique -irréalisable sur une glace saphir- mais plus luxueux qu’une métallisation sous vide (généralement utilisée sur les cadrans saphir).

Rappelons que la métallisation est un traitement de surface qui permet de déposer une fine couche métallique par vaporisation de l’or gris dans le cas présent. Illisibles sans l’aide d’instruments grossissants, les micro-textes métallisés sur le cadran du modèle Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique – autour des compteurs de jour et de quantième, dans un huit horizontal symbole de l’infini –reproduisent un extrait traduit en anglais d’une lettre rédigée par Jaques-Barthélémy Vacheron à son associé François Constantin le 21 mars 1829, le complimentant pour l’acquisition de nouveaux clients en Italie : Genève 21 mars 1829, « …nous ne cessons de travailler à améliorer nos qualités pour que vous ayez souvent de nouvelles riches de ce genre, vous pouvez hardiment affirmer que notre horlogerie vaut plus en qualité par seul de toutes les améliorations que nous y avons faites, et nous avons encore beaucoup à faire avant d’avoir atteint le but que nous nous sommes proposé ».

Le modèle Quai de l’Ile Quantième automatique présente un second extrait, également traduit en anglais, issu des annales de Vacheron Constantin. Le courrier a été envoyé d’Italie par François Constantin en juillet 1819. Nous sommes au début de l’association Vacheron & Constantin et cette confiance sans faille qu’il insuffle dans ses lettres à son ami et associé Jaques-Barthélémy Vacheron est déjà perceptible : « Si vous me secondez bien, je vous promets que nous ferons en horlogerie autant que tous les voyageurs à la fois… Je vous réponds que nous serons forts : notre horlogerie est très estimée ici, en continuant à faire mieux si possible, ce qui est toujours possible ».

Présent sur les deux modèles de la nouvelle ligne, également réalisé par métallisation, le soleil illuminant le cadran est inspiré de l’horloge de la Tour de l’Ile, érigée Place Bel-Air à Genève, dans le quartier de Saint Gervais. A l’époque, l’horloge de cette tour était la référence de l’heure exacte pour tous les horlogers de la place.

Un clin d’œil au patrimoine de Vacheron Constantin en même temps qu’un point de sécurité clé du cadran ; En effet, le disque à l’encre invisible apposé au recto du film transparent de sécurité (qui se trouve au centre du soleil) se révèle uniquement à la lumière d’une lampe UV.

On retrouvera ce signe distinctif également sur le passeport qui accompagne chaque pièce.

Les trois secrets du film transparent de sécurité

Collé sous la glace saphir, le film transparent de sécurité –le même qui est utilisé pour la production de billets de banque- est un film transparent réalisé à base d’un composé chimique spécifique. Ce film transparent de sécurité vise à garantir la totale protection contre la contrefaçon, une fois soumis à divers produits et procédés réclamant une infinie précision, tels que : l’impression de micro-signes, l’utilisation d’encres de sécurité et le marquage UV à l’encre invisible.

Le film transparent de sécurité côté calibre représente un motif de centaines de Croix de Malte et de cercles concentriques. Il est imprimé selon la version, soit avec de l’encre blanche, soit avec de l’encre noire.

Côté cadran, le film transparent de sécurité comporte un motif fait de rayons concentriques représentant la spirale du temps, et qui sert aussi de minuterie de seconde. Ces rayons -ou traits- sont imprimés en alternance, soit avec de l’encre gris clair et sépia, soit avec de l’encre gris clair et blanche.

Deux cadrans au choix (foncé ou clair) pour trois ambiances différentes
La ligne Quai de l’Ile propose trois rendus de cadran sur l’ensemble de ses références :
- Le rendu gris résulte de la combinaison d’un cadran foncé sur un calibre rhodié,
- Le rendu blanc résulte de la combinaison d’un cadran clair sur un calibre rhodié,
- Le rendu noir résulte de la combinaison d’un cadran foncé sur un calibre ruthénium.

Le calibre 2475 SC/1 Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique et l calibre 2460 QH Quai de l’Ile Quantième automatique

L’expérience accumulée et le savoir-faire patiemment acquis nourrissent quotidiennement la réflexion sur les nouveaux développements. Conçus, développés et produits à l’interne, les deux calibres 2475SC/1 et 2460QH qui font battre les premiers modèles de la ligne Quai de l’Ile sont nés de cette dynamique.

Ainsi, la manufacture a voulu doter les premiers modèles de cette nouvelle ligne de deux calibres automatiques de dernière génération, développés et produits au sein de la manufacture et estampillés du fameux Poinçon de Genève, signe distinctif et prestigieux de la Haute Horlogerie.

Outre le Poinçon de Genève, les deux calibres ont en commun des finitions particulièrement soignées, signatures des pièces de Haute Horlogerie : des décors Côtes de Genève, circulaires côté cadran et droites côté mouvement, les ponts des mouvements anglés et rhodiés ainsi que les platines perlées.

Les deux calibres 2460QH et 2475SC/1 sont proposés chacun avec deux finitions différentes selon le rendu souhaité : soit finition rhodium (claire), soit finition ruthénium (foncé).

Pour le calibre 2460QH (Quai de l’Ile Quantième automatique) : une indication heures, minutes, secondes au centre, avec une plaque additionnelle qui permet l’affichage du quantième au moyen d’un disque. La particularité de ce quantième réside dans le fait que c’est le disque qui se déplace, alors que les chiffres restent fixes. Le résultat visuel en est une date « mobile » jour après jour sur le cadran.

Pour le calibre 2475SC/1 (Quai de l’Ile Date-Jour et Réserve de Marche automatique) : une indication heures, minutes, secondes au centre, avec une plaque additionnelle qui propose l’indication de la réserve de marche, du quantième et du jour de la semaine par un affichage à aiguilles.

Ces finitions prennent ici un relief tout particulier eu égard au jeu de transparences inédit proposé par le cadran saphir qui anime cette ligne, et par la plongée qu’il suscite au cœur de la mécanique du mouvement. En outre, pour une lisibilité optimale du tour d’heures du cadran, les deux calibres se voient dotés d’une bague extérieure –traitée rhodium ou ruthénium selon la version- présentant une terminaison de type « colimaçon ».

Enfin, une nouvelle masse oscillante a été spécialement développée en s’inspirant du design du fond de la boîte pour s’adapter à l’esprit de la nouvelle ligne : réalisée en or 22 carats finition ruthénium, elle se caractérise par une esthétique pure que rehaussent cinq filets en relief.

Quai de l'île de Vacheron Constantin
Quai de l’Ile : L’environnement repensé
Pour la ligne Quai de l’Ile, tout a été pensé jusque dans les moindres détails. Et la cohérence a guidé l’entier du processus créatif, de la conception des mouvements mécaniques à la réalisation de l’écrin de la montre. De fait, les éléments qui composent l’environnement du produit répondent aux mêmes critères d’innovation, de personnalisation et de sécurité, et que ceux qui ont présidé au processus de création du garde-temps.

L’avènement de la ligne Quai de l’Ile a été l’occasion pour Vacheron Constantin de repenser totalement l’approche de l’accompagnement produit, de faire valoir son rôle d’ « entreprise citoyenne » en construisant des passerelles entre la montre, son caractère affirmé et l’ensemble des éléments destinés à l’accompagner durant son existence.

Surprenant par sa silhouette verticale, avec une glace intégrée qui permet d’admirer comme dans une vitrine, la montre en tout temps y compris lorsque l’écrin est en position fermée, moins volumineux qu’un coffret ordinaire de ce standard, ce nouvel écrin se présente sous un design résolument contemporain et épuré.

Il est étudié pour pouvoir accueillir tous les accessoires fournis avec la nouvelle montre Quai de l’Ile. A l’intérieur, vient en complément un petit étui de voyage plus léger et plus pratique qui peut accueillir lui-aussi la montre et ses accessoires. Sa taille a été optimisée afin de permettre au propriétaire de le stocker avec un encombrement minimum, tout en lui permettant de transporter sa montre en toute sécurité.

Outre la montre, l’étui abrite tous les accessoires propres à la ligne Quai de l’Ile, à savoir :
- Un véritable passeport, unique et dédié à la montre,
- Une clé USB comprenant modes d’emploi, conseils d’entretien, informations techniques, présentation de la manufacture, de son histoire et de son savoir-faire, photos, séquences animées… Seuls les modes d’emploi en français et anglais sont imprimés dans un souci d’économie de papier.
- Les outils (une loupe, un crayon correcteur pour le modèle Day Date & un chiffon microfibre),
- Le second bracelet - en cuir d’alligator ou en caoutchouc.

Le passeport
Pour un garde-temps intégrant les dernières évolutions en termes de « Security-Printing » (impression sécurisée), il fallait naturellement un passeport à la mesure des ces innovations. Ainsi ce passeport –qualifié d’infalsifiable - développé par Vacheron Constantin pour le modèle Quai de l’Ile respecte en tous points les procédés d’impression et de sécurisation propres aux véritables passeports. Format, reliure, type de papier (très spécifique et non-disponible dans le commerce), tout est similaire à un document d’identité de dernière génération. Le passeport accompagnant chacune des montres Quai de l’Ile comporte un numéro unique perforé de référence - en plus de celui de la boîte et de celui du mouvement de la pièce.

Le passeport de la ligne Quai de l’Ile est un document unique établi de manière individuelle pour chacune des montres produites par la Manufacture Vacheron Constantin. Il devra être présenté par le client lors de chaque entretien de sa montre. Grâce à lui, la marque authentifie ses garde-temps à l’aide de trois numéros distincts et indissociables qui servent à identifier chacune des montres Quai de l’Ile.

Le passeport intègre les éléments suivants :
- La carte de garantie : ce document atteste du lieu et de la date de l’acquisition de la montre. Afin d’activer la garantie, cette carte doit être dûment remplie, datée et pourvue du cachet et de la signature du détaillant agréé Vacheron Constantin,
- La fiche d’identité de la montre : référence unique, numéro de boîte, numéro de mouvement,
- Le certificat d’authenticité : document certifiant que la montre est d’origine et qu’elle répond aux critères de qualité établis par Vacheron Constantin,
- Le carnet d’entretien : à faire remplir par le centre de service clients lors de toute réparation ou entretien,
- La certification Poinçon de Genève.

Marquage UV à l’encre invisible
Les motifs de la couverture sont imprimés à l’encre invisible et ne peuvent être révélés qu’à l’aide d’une lampe UV (lumière noire). Taille douce et impression offset avec des encres de sécurité hautement techniques.

OVI (Optical Variable Ink)
Le soleil représentant la Tour de l’Ile est en OVI, une encre qui change de couleur selon l’inclinaison du document.

Argent à chaud
Transfert d’encre argentée sur le papier.
Image latente
Image visible selon l’inclinaison du document.
Perforation laser
Inscription d’un numéro unique propre au passeport.

Micro-impression
Impression de micro-textes sur les différentes pages du passeport :
« Depuis 1755, Vacheron Constantin réunit tradition horlogère, le meilleur du savoir-faire artisanal et de l'innovation dans la création de ses garde-temps exceptionnels et précieux ».

Transvision
Deux images incomplètes sont imprimées sur le recto et le verso d’une page. Elles n’en forment qu’une par transparence.

La clé USB
Dans le même esprit d’innovation qui caractérise le modèle Quai de l’Ile, Vacheron Constantin a souhaité, pour le lancement de cette nouvelle ligne, créer un outil en parfaite adéquation avec son temps : une clé USB. L’utilisation de cette clé présente de nombreux avantages pour son détenteur, offrant un support facilement transportable, respectueux de l’environnement (moins de papier) et ludique. La clé USB remise à chaque détenteur d’un modèle Quai de l’Ile contient :
- Un outil interactif disponible en 11 langues : anglais, français, allemand, italien, espagnol, portugais, russe, chinois simplifié, chinois traditionnel, japonais et arabe,
- Le mot d’introduction du CEO,
- Un mode d’emploi de la montre,
- La fiche technique de la pièce (français & anglais),
- Les "Le saviez-vous" propre aux caractéristiques du modèle,
- Des photos de presse et des séquences animées,
- Des recommandations d’entretien « Prendre soin de sa montre»,
- La garantie limitée et internationale,
- L’explicatif du passeport,
- Un lien direct vers le site internet et les centres de service clients, points de vente, boutiques et filiales de Vacheron Constantin,
- La description des étapes du service complet,
- Les clefs de la Haute Horlogerie de Vacheron Constantin : Maison en l’Ile, Manufacture de Plan Les Ouates, Centre de recherche et développement et de fabrication de composants à la Vallée de Joux,
- Les coulisses de l'excellence : Le Poinçon de Genève, Les Métiers d'Arts…

Quai de l'île de Vacheron Constantin

Montres-de-luxe.com | Publié le 1 Juin 2008 | Lu 8720 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques