RICHARD MILLE


Richard Mille RM 11-02 Chronographe flyback et dual time

Richard Mille présente sa fameuse RM 011, bien connue des amateurs –fortunés- d’horlogerie, dans une belle version qui combine chronographe flyback (classique chez Richard Mille) et fonction GMT (plus rare pour la marque). Un garde-temps automatique (rotor à inertie variable) résolument technique et avant-gardiste autant dans son design que dans sa conception.


Richard Mille RM 11-02 Chronographe flyback et dual time
Le calibre automatique de la RM 11-02 est le prolongement technique de celui de la RM 011, dont le mouvement RMAC1 a été remplacé par le RMAC2, doté de fonctionnalités supplémentaires. Outre le chronographe flyback, le quantième annuel avec date surdimensionnée, le compte à rebours 60 minutes et le totaliseur 24 heures, cette version dispose désormais d’un affichage UTC indiquant un second fuseau horaire via une aiguille revêtue de Superluminova. Ce mouvement en titane traité PVD est équipé de deux barillets et d’un rotor à géométrie variable fournissant une réserve de marche d’environ 50 heures.
 
Rappelons que le rotor à inertie variable est une conception exclusive à la marque qui permet d’adapter le remontage au degré d’activité du porteur. Ainsi, selon la position choisie pour les ailettes, l’inertie du rotor est plus ou moins élevée. Le remontage est donc soit accéléré, si les gestes du bras sont peu fréquents, soit ralenti, si la montre est portée par un sportif. Cette invention permet ainsi d’optimiser le mécanisme de remontage du mouvement en fonction du style de vie de son propriétaire.
 
Les habitués du boîtier originel RM 011 (lancée il y a déjà sept ans) remarqueront que ce nouveau modèle est doté d’un poussoir supplémentaire à 9 heures, qui permet le réglage du second fuseau horaire. Tout comme les poussoirs du chrono placés à 2 heures (start/stop) et à 5 heures (reset/flyback), ce dernier, dont les stries évoquent la surface des pédaliers sur les voitures de course, reprend les codes esthétiques de la collection RM 011. Le thème automobile apparaît également à travers la couronne aux allures de disque d’embrayage usinée en titane grade 5 et entourée d’un collier en Alcryn pour une meilleure préhension.

Richard Mille RM 11-02 Chronographe flyback et dual time
L’actionnement du poussoir, situé entre 4 et 5 heures, permet la remise à zéro de l’aiguille du chronographe sans arrêt du mécanisme au préalable. Ce dispositif fut à l’origine mis au point pour les pilotes de guerre afin d’éviter toute perte de temps (et de précision) lors de l’arrêt, de la remise à zéro et du redémarrage du chronographe, au passage d’un point de navigation. Lorsque la fonction chronographe est activée, l’heure et les minutes écoulées sont visibles via les compteurs placés respectivement à 6 heures et 9 heures, les secondes étant indiquées par l’aiguille centrale. Placé à 9 heures, un disque squeletté gradué sur 60 minutes remplace l’aiguille. Ce totaliseur permet de lire les minutes écoulées, aussi bien que les minutes restantes.
 
La réalisation du boîtier tonneau (emblématique de R.M.) a nécessité de nombreuses heures d’études préalables aux étapes de découpe et de fraisage. Ainsi, 86 opérations d’estampage et de frappe préparent les différentes parties à ces opérations. Le processus d’usinage ne débute qu’après environ 50 heures de configuration et de programmation sur tous les systèmes, indispensable prélude aux plus de 300 opérations distinctes qui suivront. La création des multiples courbes et arcs propres au dessin du boîtier (50x42.7mm) nécessite des machines CNC 5 axes perfectionnées et dotées d’une précision de quelques microns. Le mouvement qui anime la RM 11-02 est fixé au boîtier via quatre brides en silicone procurant une plus grande résistance aux chocs. Le boîtier est assemblé au moyen de 20 vis spline et par des joints toriques en nitrite garantissant une étanchéité à 50 mètres.

Montres-de-luxe.com | Publié le 25 Juin 2014 | Lu 1357 fois