RICHARD MILLE


Richard Mille RM 50-02 ACJ Tourbillon chrono rattrapante

Dans le cadre d’un nouveau partenariat signé avec Airbus Corporate Jets (ACJ), l’horloger indépendant Richard Mille dévoile une nouveauté particulièrement technique dont le design évoque par ailleurs un hublot d’avion. Un garde-temps proposé en série limitée de 30 pièces disponibles uniquement dans les boutiques Richard Mille.


Les partenariats entre les marques horlogères et l’univers de l’aérien sont nombreux. Rien d’étonnant puisque ces deux mondes se sont développés en parallèle, les uns travaillant pour les autres au fil des décennies. De Breitling à Hamilton en passant par Oris, IWC ou même Cartier. Aujourd’hui, C’est au tour de Richard Mille de s’intéresser à l’aviation. Mais compte-tenu du positionnement de la marque, dans le très haut de gamme, voire dans le totalement exclusif, il fallait à l’horloger un partenaire à sa hauteur…
 
Ce partenaire c’est Airbus, le leader mondial de l’aéronautique. Enfin, il s’agit plutôt de sa prestigieuse division Airbus Corporate Jets (ACJ) qui fabrique des avions d’affaires pour une clientèle ultra-privilégiée. C’est en l’honneur de cette association que RM a donc créé le chronographe à rattrapante RM 50-02 ACJ Tourbillon.
 
Le responsable du Studio de design créatif d’ACJ, Sylvain Mariat a esquissé l’ébauche de la RM 50-02 en étroite collaboration avec Julien Boillat et Salvador Arbona du Bureau de Développement RM. Comme les jets ACJ, destinés à satisfaire l’exigence de luxe de leurs propriétaires, cette nouvelle montre recourt à des techniques de pointe, tant en matière d’ajourage des éléments que pour la structure de ses ponts et de sa platine en titane grade 5, tout en appliquant le plus largement possible le squelettage sur chaque composant afin réduire le poids de l’ensemble de façon significative. En revanche, côté tarif, attachez fermement votre ceinture, car les prix s'envolent... compter 1.116.000 euros...

Plusieurs composants du mouvement bénéficient d’un revêtement spécifique utilisé dans l’industrie aéronautique et habituellement employé pour protéger les pièces de moteur et du châssis contre la corrosion et les conditions environnementales. Le résultat final offre une vue spectaculaire sur le calibre dont le saut de l’aiguille au démarrage et à l’arrêt du chronographe disparaît, tandis que de nouveaux composants pour le mécanisme de rattrapante, eux aussi façonnés en titane, réduisent davantage encore la consommation énergétique de la montre en diminuant la friction interne.

Le poussoir à 4 heures stoppe la rattrapante et permet la lecture d’un temps intermédiaire sans arrêter le chronographe. Une nouvelle pression de ce poussoir permet à la rattrapante de rejoindre l’aiguille de chronographe et de poursuivre sa course avec elle. 
 
Le nouveau calibre tourbillon RM50-02 est également doté d’un indicateur de réserve de marche (70 heures) visible entre 11 et 12 heures, d’un indicateur de couple pour renseigner le couple optimal fourni par le ressort de barillet qui permet d’optimiser la fonction chronographe, ainsi que d’un indicateur de fonction qui permet de voir la fonction sélectionnée entre les positions, remontage, neutre et mise à l’heure.
 
Usiné dans un alliage de Titane-Aluminium (TiAl) et doté d’une lunette secondaire en céramique blanche ATZ, son boîtier unique a été conçu pour refléter les lignes caractéristiques d’un hublot ACJ. On retrouve le même alliage Titane-Aluminium (TiAl) sur les pales des turbines des jets Airbus qui doivent résister à de très hautes températures et sous haute pression, des conditions qui exigent un matériau résistant aux tensions. Une première pour la marque, qui en réserve deux autres : sur le pourtour de la lunette, les vis signature Richard Mille ont été remplacées par des vis Torq set dont le dessin hélicoïdal est la marque de fabrique et une couronne inspirée par les moteurs de jets et gravée en surface du logo d’Airbus.

Montres-de-luxe.com | Publié le 23 Février 2016 | Lu 2146 fois