RICHARD MILLE


Richard Mille Tourbillon RM 27-02 Rafael Nadal : jamais sans ma montre !

Juste avant le démarrage du tournoi de Roland Garros 2015, Richard Mille organisait une conférence de presse dans un très chic hôtel parisien avec son ambassadeur et ami, Rafael Nadal. C’est dans cette ambiance classe mais décontractée que la marque a dévoilé au monde, en exclusivité, la nouvelle montre du tennisman, la RM 27-02 Rafael Nadal, qui sera ne produite qu’à 50 exemplaires. Pour la modique somme de 700.000 euros. Environ…


« Pour moi, collaborer ne signifie pas donner une montre à quelqu’un et organiser une séance photo en guise d’exercice de relations publiques indique Richard Mille. La collaboration doit être réelle, tangible et nourrir la vision pour le futur de l’horlogerie. C’est la raison pour laquelle travailler si étroitement avec Rafael à la création de nouvelles pièces d’horlogerie me comblent ».
 
Cette montre (47.77 x 39.70 mm ; étanche 50 mètres) est le résultat d’une collaboration entre les deux hommes qui remontent à 2008. Déjà. Par l’entremise d’un ami commun, tennisman, Richard rencontre Rafael. Le contact se noue immédiatement entre les deux hommes. D’autant que c’est le roi d’Espagne Juan Carlos qui le premier, parle de son admiration pour la marque horlogère au jeune majorquin. Problème… Superstitieux comme la plupart des sportifs, Nadal refusait alors de porter une montre pendant ses matchs.

D’autant que pour lui, chaque gramme compte… Richard Mille relève le défi. Il propose au jeune champion de concevoir une montre ultralégère, confortable et suffisamment robuste. Une aubaine pour Rafa qui déplore, après sa défaite en 8e de finale à Roland Garros, que le seul décompte du temps de jeu ne lui avait donné aucune indication du moment où la nuit allait tomber... « Je déteste avoir les mains encombrées. Je pensais que j’aurais du mal à relever le défi de jouer avec une montre au poignet. Mais quand j’ai compris quel type de montre c’était, je n’ai plus hésité » se souvient Rafa. Aujourd’hui, tel un talisman, il ne joue jamais sans !
 
La suite, on la connait… Une première montre en 2010 (RM 027 Tourbillon – Rafael Nadal), une deuxième en 2011 (RM 035 Rafael Nadal Chronofiable Certified), une troisième en 2013 (RM 27-01 Tourbillon Rafael Nadal), une quatrième en 2014 (RM 35-01 Rafael Nadal) et enfin, ce cinquième opus en 2015 avec la RM 27-02.

« Toutes les montres qu’il m’a demandé de créer pour lui devaient être pour ainsi dire immatérielles, bien réelles mais si légères qu’on les oublie poursuit le patron de la marque. Je pense que lui et moi pouvons affirmer d’un commun accord que la série de montres qui porte son nom incarne à la perfection l’objectif de ce défi ». Elles pèsent toutes dans les 20 grammes bracelet compris, ce qui fait très cher le gramme, on vous l’accorde...

Naturellement, la nouvelle RM 27-02 a été à nouveau spécialement conçue pour le Majorquin. La nouvelle génération de matériaux comme le carbone NTPT ou le quartz TPT employés pour cette montre est née de l’utilisation de matériaux légers mais résistants employés, entre autres nombreux exemples, dans les industries aérospatiale, aéronautique et automobile, la Formule 1 ou les yachts de luxe.
 
Ces matériaux, qui se composent de plusieurs couches de filaments de carbone et de silices parallèles de quelques microns imprégnées d’une résine puis empilées sur une machine spécifique qui modifie l’orientation des fibres de 45° entre deux couches, permettent le calcul précis des points de contrainte nécessaires et des exigences de torsion pour un usage donné, puis la fabrication de pièces d’une résistance qui défie l’imagination dans la fonction recherchée.
 
Si l’on ajoute à cela la légèreté obtenue grâce à ces remarquables matériaux, le monde de la haute horlogerie et les montres Richard Mille disposent aujourd’hui d’une solution idéale également employée dans la construction des voiles de bateaux de course, des systèmes de suspension et des châssis de Formule 1, des pales d’hélicoptère et des éléments d’ailes et de fuselage.

Autre élément important de ce nouveau modèle : la maison jurassienne dévoile la toute première platine squelettée dite monocoque, qui fusionne carrure et platine. Elle supprime ainsi toute fixation entre les deux éléments ! L’application à l’horlogerie de cette structure (usinée chez ProArt), inspirée des châssis des voitures de course, vise à accroitre la rigidité et la résistance aux chocs.
 
Côté moteur, le mouvement mécanique manuel comporte deux éléments clés : le barillet à douze heures et le tourbillon à six heures, qui sont maintenus par des ponts en titane grade 5, singuliers tant par leur tridimensionnalité et leur finition (anglés, microbillés et satinés à la main) que par la complexité de leur composition associant titane et carbone. Ces structures permettent au tourbillon d’être en suspension, entièrement observable sous tous ses angles durant sa rotation, et offrent une vue spectaculaire du barillet à rotation rapide qui procure 70 h de réserve de marche.
 
A noter enfin, l’effet visuel de la lunette et du fond du boîtier en quartz TPT (aux nuances uniques de noirs et de blancs), une première dans le monde de l’horlogerie ainsi que dans les collections de Richard Mille et développé en association avec la société North Thin Ply Technology. Ces deux éléments sont fixés sur la platine monocoque au moyen de 12 vis spline en titane de grade 5 (une signature RM). L’usinage des multiples couches de quartz TPT et de carbone NTPT qui forment ces pièces crée un rendu aux motifs toujours différents évocateur des anneaux de croissance des arbres et donc, véritablement unique pour chacune des RM 27-02 de cette série limitée de 50 montres.





Montres-de-luxe.com | Publié le 12 Juin 2015 | Lu 1872 fois