Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Urwerk EMC : mécanique intelligente


La marque horlogère suisse d’avant-garde Urwerk présente sa dernière création, toujours ultra-technique et toujours futuriste : l’EMC (Electro Mechanical Control). Mais cette année, Urwerk va encore plus loin, puisque cette nouveauté équipée comme il se doit d’un calibre mécanique, se voit ici associée à un instrument de mesure électronique intégré qui permet d’évaluer et d’ajuster la performance de son mouvement !


Urwerk EMC
La base d’une montre de précision repose sur un mouvement performant, fiable et endurant. Un tel calibre se doit de répondre à des critères bien précis, dont une tolérance de -4 à +6 secondes par cycle de 24heures et ce dans 5 positions. Une performance testée en atelier qu’il faut ensuite reproduire dans des conditions extrêmes, c'est-à-dire à dire dans la vraie vie, dans notre quotidien… A notre poignet tout simplement !
 
Car changements de température, de pression atmosphérique, de rythme de vie, mouvements erratiques, chocs sont autant d’éléments perturbateurs pour l’isochronisme d’un garde-temps. Mettre au point une montre mécanique capable d’être régulée par son possesseur afin d’obtenir les performances chronométriques les plus fines, voici le défi relevé par l’EMC… L’EMC ? La première montre mécanique de précision dont la performance peut être contrôlée sur demande et ajustée depuis l’extérieur. 
 
Durant la Foire de Bâle 2013, la marque horlogère Urwerk a dévoilé (comme à son habitude d’ailleurs) l’un des concepts les plus ambitieux et révolutionnaires du moment : le premier mouvement mécanique « intelligent », l’EMC. Derrière ces trois lettres, se cache le concept de l’Electro Mechanical Control. La première montre de précision entièrement mécanique portant en son sein, un module d’évaluation de ses paramètres…

« L’idée de l’EMC remonte à près de six ans déjà et découle directement de mon travail à l’établi » explique Felix Baumgartner, maître horloger et co-fondateur d’Urwerk. « En effet, comme tout horloger, j’ai sur mon plan de travail un instrument de contrôle qui vient sanctionner mon ouvrage, un Witschi. C’est un juge impartial et intransigeant qui « écoute » le rythme du balancier et rend son verdict quant à la performance du mouvement. C’est ma référence et mon seul boss à l’atelier ».
 
L’idée folle d’intégrer un tel instrument de mesure, « un cerveau », dans une montre à 100% mécanique s’est alors imposée comme un défi ultime pour Urwerk. « Sur simple pression d’un bouton, vous aurez une donnée sûre et précise sur votre EMC. C’est une information qui jusqu’alors n’était accessible qu’à un professionnel. Grâce à celle-ci, vous pourrez intervenir sur un des mécanismes les plus excitants et les plus jubilatoires inventés par l’homme, la montre mécanique, et ce en toute sécurité » poursuit-il.
 
Le but de l’EMC ? Montrer l’influence des paramètres extérieurs (activité, chaleur, pression) sur le mécanisme balancier-spiral ; corriger ces distorsions  à la source ; et enfin, permettre un échange, encourager l’interactivité entre une montre et son possesseur.
 
Plus concrètement, l’EMC prend l’apparence d’un tableau de bord avec ses quatre cadrans distincts. Le plus important est le cadran de la seconde (cadran positionné à 2h). C’est un des éléments phare de l’EMC, l’étalon de sa bonne marche et de son exactitude. A sa gauche –à 10 h– l’affichage de la performance de l’EMC exprimée en seconde par jour. En dessous –à 7h– la réserve de marche de l’EMC. L’indication classique des heures et minutes se fait quant à elle à 5h – cette indication s’effectue fait par le biais d’un jeu d’aiguilles standard, une première pour Urwerk qui affiche l’heure généralement par le biais de modules et/ou bras télescopiques.
 
Au dos de l’EMC, son mouvement maison est visible à travers une glace saphir. Ce calibre manufacture a été pensé, développé et usiné dans les ateliers d’Urwerk. Il est fabriqué à Genève et répond aux normes de qualité les plus exigeantes. Ses performances chronométriques sont testées sur 5 positions durant un cycle de 30 jours pour répondre aux normes les plus sévères de la montre de précision.

Urwerk EMC

Pour observer et évaluer ce mouvement entièrement mécanique, restait à mettre au point son organe de surveillance. Olivier Evalet, développeur de software et passionné d’ingénierie logiciel et informatique, s’est fortement impliqué dans ce projet un peu fou… « Notre idée a été d’utiliser la précision de l’optique, de la lumière, pour mesurer la marche d’un mouvement mécanique. La précision de la mesure obtenue est en dessous de 10 microsecondes. Nous avons créé un système fait pour marcher sur le long terme. La batterie utilisée pour alimenter le « cerveau » de l’EMC, n’est pas une simple batterie mais une super capacité qui après 100'000 à 200'000 charges perd juste un tout petit peu de sa qualité. Nous avons également choisi un oscillateur d’une durée de vie extrêmement longue dont l’instabilité dans le temps n’est que de 3 parts par million par année. »
 
L’écriture du dernier chapitre de l’EMC revient bien sûr à Martin Frei, le designer et co-fondateur d’Urwerk. A lui, incombait la mission décisive de réunir tous les éléments de l’EMC dans une montre bracelet : « Chez Urwerk, le point de départ de nos créations est souvent un croquis, un premier dessin qui concrétise les idées de Felix et les miennes. Ici, c’est la technique qui fut notre point de départ, ce qui a rendu ma tâche d’autant plus difficile. La miniaturisation des différents éléments de l’EMC a été poussée à son extrême. J’avais donc une marge de manœuvre conditionné par ces avancées techniques. Ma méthodologie de travail fut donc très pragmatique, de la manivelle qui vient s’encastrer dans la carrure, à l’accumulateur d’énergie qui fait partie intégrante de la boîte. On retrouve ici et là l’influence d’objets qui me sont chers telles ces vieilles caméras à manivelle Reflex ou l’esthétique du balancier qui rappelle les bandes magnétiques Revox. »
 
« L’EMC marque l’avènement de la montre mécanique capable de livrer un diagnostic sur son propre fonctionnement. Une montre dont la marche est le reflet des mouvements et des changements de rythme imposés par son propriétaire. Une montre interactive par essence qui réagit et se régule par la main de l’homme »conclut la marque dans son communiqué.

Urwerk EMC

Urwerk EMC

Urwerk EMC

Montres-de-luxe.com | Publié le 23 Septembre 2013 | Lu 1944 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques