Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Blancpain Tribute to Fifty Fathoms No Rad : réédition réussie d'une pièce de collection


Très belle nouveauté en édition limitée chez Blancpain cette année avec cette Tribute to Fifty Fathoms No Rad doté d’un boitier en acier de 40.30 mm étanche à 300 mètres qui reprend le design de la fameuse montre qui équipa les Nageurs de combat de la Marine allemande dans les années 60 et dont le cadran arborait le fameux logo « no radiations ». Série de 500 exemplaires.



À travers cette série limitée, Blancpain a souhaité redonner ses lettres de noblesse à un instrument culte de son passé en tant que fournisseur des forces navales de nombreuses armées à travers le monde.
 
Les Nageurs de combat français sont les premiers, en 1953, à utiliser la Fifty Fathoms pour leurs missions sous-marines. Grâce à son étanchéité, sa lisibilité, sa sécurité et sa robustesse, la pièce s'imposera immédiatement comme un composant indispensable de leur équipement.
 
D'autres suivront, dont l'armée allemande, qui se procurera, dans le milieu des années 1960, le modèle Fifty Fathoms RPG 1, aujourd'hui plus connu sous le nom de « BUND No Rad ».
 
Cette appellation fait référence au terme « Bundeswehr » (forces armées), gravé sur le fond des montres qui équiperont les « Kampfschwimmer », l'unité de commando d'élite des hommes-grenouilles allemands, jusqu'au début des années 1970.

L'attribut distinctif du modèle RPG 1 est bien évidemment le logo « no radiations », que l'on voit pour la première fois sur le cadran d'une Fifty Fathoms. En effet, rappelons qu’au début des années 1960, le radium, un élément radioactif utilisé en horlogerie pour ses propriétés luminescentes, est déclaré nocif pour la santé.
 
Afin de rassurer les plongeurs professionnels, mais également les amateurs chevronnés qui se procurent leurs montres Fifty Fathoms auprès d'équipementiers spécialisés, Blancpain décida alors d'indiquer clairement que ses garde-temps étaient exempts de radium –donc inoffensifs– en y apposant un symbole spécial : trois segments rouges sur fond jaune barrés d'une croix noire. Les mots « no radiations » accompagnent le sigle afin de s'assurer de la bonne intelligibilité du message.
 
Celui-ci se retrouvera ensuite sur le modèle Fifty Fathoms RPGA 1, une variante à quantième de la « BUND No Rad », dont il restera le critère principal.

Ces montres de plongée dont le cadran indiquait l'absence de radium à travers le logo « no radiations » sont devenues des pièces de collection particulièrement recherchées. Elles composent aujourd'hui une part du patrimoine légendaire de la Fifty Fathoms, qui s'étend sur près de 70 ans.
 
Cette plongeuse vintage revisite donc le modèle historique dont elle s'inspire. Son cadran noir profond mat est ponctué de repères de formes géométriques ; il combine les traditionnels ronds, rectangles et le losange à 12h.
 
Le tour d'heures, les aiguilles et l'échelle temporelle de la lunette sont en Superluminova « old radium », restituant la teinte beige-orangée des indicateurs d'époque patinés. À 3h figure un guichet de date mis en valeur par un liseré blanc, comme cela était le cas sur l'un des modèles des années 1960. Mais naturellement, l'élément dominant du cadran demeure le fameux logo jaune et rouge « no radiations ».

La lunette tournante unidirectionnelle, qui présente une graduation typique des anciennes Fifty Fathoms, est pourvue d'un insert en saphir, une caractéristique identitaire de la collection contemporaine. Avec son profil bombé, il contribue à donner du relief au visage de la montre, déjà mis en valeur grâce à l'utilisation d'un verre saphir glassbox.
 
Le boîtier en acier, étanche à 300 mètres, mesure 40,3 mm, un diamètre exclusif aux montres Fifty Fathoms en éditions limitées. Il abrite le calibre Blancpain 1151, un mouvement à remontage automatique équipé d'un spiral en silicium et offrant 4 jours de réserve de marche.

Le remontage de ses deux barillets s'effectue par le biais d'un rotor doté d'une ouverture en forme de cartouche, un clin d'œil à certains garde-temps historiques de la collection, dont la toute première Fifty Fathoms.
 
Aujourd'hui atypique, ce détail servait autrefois à assouplir la masse oscillante afin de préserver le mouvement en cas de choc. La montre s'accompagne d'un bracelet en caoutchouc de type « Tropic », un matériau très populaire auprès des plongeurs de l'époque en raison de sa résistance dans le temps et de son confort au porté.


Montres-de-luxe.com | Publié le 16 Mars 2021 | Lu 5542 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances