Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

IWC Portugieser Eternal Calendar : précise pendant 45 millions d'années


Ce fut incontestablement l’une des stars de Watches & Wonders 2024 et à raison d’ailleurs… En effet, lors de ce salon genevois, la maison IWC a présenté une fantastique évolution technique qui permet à sa fameuse Portugiesier (ex-Portugaise) d’afficher un calendrier non plus perpétuel mais éternel ! En effet, cette Portugieser Eternal Calendar (Ref. IW505701) de 44,4 mm en platine offre un calibre d’exception permettant l’affiche du premier calendrier perpétuel séculaire ! Compter 150.000 francs suisses.



Avec cette nouveauté, IWC pourrait reprendre à son compte le fameux slogan de Patek Philippe indiquant que vous ne possédez jamais vraiment votre montre, que vous la conservez simplement pour les générations suivantes !
 
En effet, alors qu’IWC est depuis une quarantaine d’années déjà, l’un des grands spécialistes de la fonction calendrier perpétuel, la manufacture de Schaffhausen vient de réaliser un exploit technique et mécanique puisqu’elle a dévoilé lors de Watches & Wonders 2024, cette Portugieser Eternal Calendar dotée du tout premier calendrier perpétuel séculaire précis pendant 45 millions d’années !
 
La transposition des irrégularités du calendrier dans un programme mécanique destiné à une montre-bracelet demeure l’une des prouesses techniques les plus remarquables de la haute horlogerie ; d’où l’engouement des amateurs de belles mécaniques pour les calendriers perpétuels d’une manière générale…

Le calendrier grégorien, qui est utilisé sur la plupart des continents et par de nombreuses cultures de nos jours, divise l’année en douze mois de 28, 30 ou 31 jours.
 
Les millésimes qui sont divisibles par quatre sont des années bissextiles, ce qui signifie qu’un 29e jour doit être ajouté fin février. Cependant, une correction supplémentaire est requise afin de préserver la synchronisation du calendrier avec l’année solaire : seules les années séculaires divisibles par 400 sont des années bissextiles, toutes les autres sont des années communes.
 
Cela signifie que 2000 et 2400 sont des années bissextiles, tandis que 2100, 2200 et 2300 sont des années communes. Un calendrier perpétuel traditionnel est toutefois programmé pour un cycle de quatre ans seulement, trois années communes étant systématiquement suivies d’une année bissextile.

De par sa conception, le calendrier considérera donc l’année 2100 comme une année bissextile et une correction sera requise (sur tous les QP existants quel que soit la marque horlogère). Bien évidemment, la même situation se reproduira en 2200 et 2300.

Un calendrier perpétuel nécessite par conséquent trois corrections sur une période de 400 ans. Un calendrier perpétuel séculaire comme la Portugieser Eternal Calendar (réf. IW505701) est, à l’inverse, mécaniquement programmé pour intégrer ces nuances complexes.

Ainsi, il calculera l’année bissextile correctement jusqu’en 3999 au moins. Pourquoi pas plus ? Car il n’a pas encore été officiellement décidé si l’année 4000 serait bissextile ou pas !
 
« Depuis que Kurt Klaus (ndlr : horloger de génie de chez IWC) a développé son légendaire calendrier perpétuel dans les années 1980, IWC Schaffhausen s’est forgé une expertise unique et propose des calendriers mécaniques qui combinent ingéniosité, efficience technique et simplicité d’utilisation » indique Chris Grainger-Herr, PDG d’IWC.
 
Et d’ajouter : « avec la nouvelle Portugieser Eternal Calendar, nous allons encore plus loin en effleurant les limites de l’éternité. Notre premier calendrier perpétuel séculaire tient automatiquement compte des règles d’exception complexes du calendrier grégorien concernant les années bissextiles en omettant à trois reprises une année bissextile sur une période de 400 ans ».

« Et comme nous sommes aspirons à constamment repousser les limites, en tant qu’ingénieurs dignes de ce nom, nous avons également équipé cette merveille technique d’un affichage des phases de Lune qui ne s’écartera de la course de la lune que d’un jour au bout de 45 millions d’années »
 
Dans la pratique, cette Portugieser Eternal Calendar repose sur le même design modulaire et synchronisé que le calendrier perpétuel actuel. Tous ses affichages peuvent être avancés à l’aide de la couronne. Mais, à la différence du calendrier perpétuel qui est programmé pour un cycle de quatre ans, la Portugieser Eternal Calendar intègre un mécanisme supplémentaire.
 
Tous les quatre ans à la fin du mois de février, un nouveau module informe le calendrier s’il s’agit ou non d’une année bissextile. Cet « engrenage de 400 ans » effectue seulement une rotation complète en… quatre siècles !
 
Pour ce faire, il possède trois encoches qui provoquent l’omission de trois années bissextiles durant cette période. Un module composé de seulement huit composants !

Depuis l’introduction du calendrier perpétuel il y a presque quatre décennies, IWC n’a eu de cesse également d’améliorer la précision de ses affichages des phases de Lune.
 
Alors que la Da Vinci Calendrier Perpétuel Chronographe (réf. IW3750) de 1985 indiquait les cycles lunaires avec une précision de 122 ans, la première Portugieser Calendrier Perpétuel (réf. IW5021) de 2003 se distinguait par une précision de 577,5 ans.
 
Les ingénieurs d’IWC se sont récemment attelés à un nouveau défi : concevoir un affichage des phases de Lune offrant une précision inédite.
 
Afficher la phase de Lune sur le cadran d’une montre est une tâche complexe car l’orbite de la Lune autour de la Terre ne suit pas un rythme quotidien. Un cycle complet d’une nouvelle Lune à la suivante –soit une lunaison– ne dure pas 30 jours mais 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2,88 secondes.

La durée d’un mois calendaire doit donc être réduite pour se rapprocher le plus possible du cycle lunaire. Pour y parvenir, un engrenage démultiplicateur est placé entre le mouvement de base et le disque des phases de Lune.
 
Le secret réside dans le nombre de roues employées ainsi que leurs dimensions et leur nombre de dents. Les ingénieurs d’IWC ont utilisé un programme informatique spécial pour simuler plus de 22 mille milliards de combinaisons différentes.
 
Pour la Portugieser Eternal Calendar, ils ont imaginé un nouvel engrenage démultiplicateur en utilisant trois roues intermédiaires. Mathématiquement, l’affichage ne s’écartera de la course de la Lune que d’un jour au bout de 45 millions d’années.
 
Un autre défi non négligeable fut d’intégrer ce nouvel engrenage dans l’espace restreint du module du calendrier éternel.

Le cycle de la Lune est représenté sur le cadran selon l’affichage caractéristique Double Moon, qui indique les lunaisons pour les hémisphères nord et sud. Cet affichage se compose de deux disques superposés. Un disque céleste avec deux petites ouvertures circulaires tourne au-dessus d’un disque inférieur immobile, comportant deux points.
 
Cette représentation négative donne l’impression que deux petites Lunes croissent ou décroissent. Le disque inférieur est réalisé en titane et orné d’un décor guilloché tandis que le disque supérieur est en verre.
 
La Portugieser Eternal Calendar possède un boîtier en platine de 44,4 mm (étanches à 50 mètres) aux finitions alternant des surfaces polies et brossées. Le regard est rapidement capté par le cadran en verre, issu d’un processus de fabrication complexe.
 
Lors d’une première étape, la face inférieure du cadran est dépolie et vernie en blanc. Les compteurs sont usinés et polis séparément, puis montés sur le cadran. Lors de l’étape suivante, il s’agit d’appliquer les imprimés et de poser les appliques à la main.
 
Les chiffres et l’échelle des minutes emblématique de la Portugieser sont imprimés sur un réhaut blanc verni, placé entre le cadran en verre et le verre du cadran. Les verres saphir glassbox font l’objet d’un usinage et d’un polissage minutieux.
 
Ce boîtier accueille le nouveau calibre de manufacture IWC 52640, équipé d’un système de remontage Pellaton. Le mécanisme utilise les plus petits mouvements du rotor, quelle que soit leur direction, pour emmagasiner une réserve de marche de sept jours (168 heures) dans les deux barillets.
 
Les composants les plus sollicités du système de remontage sont produits avec de la céramique d’oxyde de zirconium quasiment inusable. Le mouvement, orné d’un méticuleux décor perlé et de côtes de Genève, peut être admiré à travers le fond en verre saphir de type chevé.
 
Cette Portugieser Eternal Calendar est associée à un bracelet en alligator noir, confectionné par l’artisan maroquinier italien Santoni et muni d’une boucle déployante en platine.

Montres-de-luxe.com | Publié le 17 Mai 2024 | Lu 5541 fois







Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail