Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Jaeger-LeCoultre, partenaire de l'expo "Le supermarché des images" au Jeu de Paume


Partenaire du Jeu de Paume depuis 2006, Jaeger-LeCoultre propose de découvrir l’exposition Le Supermarché des images, une puissante réflexion sur l’économie des images –ou iconomie– à partir du 11 février 2020 à Paris.



Lieu de création dédié à l’image et à la photographie contemporaine, le Jeu de Paume manifeste une volonté de transversalité dans l’étude de la culture visuelle. Grâce notamment au soutien de la Grande Maison, un collectif de talents a pu confronter sa vision à l’hyper production d’images caractéristique de notre société et questionner les enjeux de circulation et de gestion qui en découlent. Une exposition au rythme d’une époque, à l’image de son temps.
 
Le Supermarché des images confronte le visiteur à un à un questionnement autour des images, de leur circulation et de leurs échanges dans notre monde moderne, le travail humain (ou non humain) qui participe à leur création, ainsi que la fluctuation de leurs valeurs au cours de leur circulation globalisée.
 
Un seul regard n’aurait pu suffire à appréhender un sujet si ambitieux. La force du collectif s’est imposée au Jeu de Paume pour en apporter les nuances et les aspérités.
 
La série Theaters, initiée en 1976, est inspirée de l’intérêt de Sugimoto pour le zen et la phénoménologie. « Le monde tel qu’il m’apparaît a-t-il une existence réelle ? Dès le début, [il] m’est apparu comme un objet illusoire, qui ne prend un parfum de réalité qu’une fois photographié ».
 
Avec l’idée de capter une image qui n’existerait que pour l’appareil et condenserait des dizaines de milliers d’images visibles, il s’introduit dans un cinéma (autrefois théâtre) de New York et réalise une prise de vue avec un temps d’exposition égal à la durée du film. La somme des 24 images/seconde ayant défilé le temps de la projection est un rectangle blanc étincelant, éclairant tout juste la salle environnante.
 
Comme dans le zen, le vide est la culmination de la conscience. Est-ce un hasard si Sugimoto commence cette série l’année suivant celle de la première prise de vue sans film, qui conduira à l’ère numérique et à la dématérialisation de l’image ? Poursuivie sur quarante ans, la série s’étend en 2015 aux Abandoned Cinemas, dont les écrans n’éclairent plus de leur blancheur que la décrépitude de salles délaissées.
 
Au-delà de sa dimension méditative et de son évocation du temps de la photographie, Theaters peut se lire comme une métaphore de la disparition de l’image en tant qu’expérience physique et renvoie à une époque où celle-ci n’était pas une donnée transitant en un flux virtuel, mais la projection d’une vision intérieure, l’objectivation d’un échange spirituel entre le sujet regardant et l’objet regardé.

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Janvier 2020 | Lu 830 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances