Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Lange & Söhne Zeitwerk Répétition Minutes Honeygold : à l'écoute du temps


Cette nouvelle Zeitwerk de 44,2 mm en or miel (honeygold) de chez Lange & Söhne vient compléter cette « collection de niche » déjà constituée d’un modèle en platine à cadran rhodié présentée pour la première fois en 2015 et l’édition en or blanc à cadran bleu de 2020 limitée à 30 exemplaires. Cette édition 2023 en or miel sera aussi limitée à 30 exemplaires et sera disponible exclusivement dans certaines boutiques A. Lange & Söhne.



Avec cette Zeitwerk Répétition Minutes en platine, la manufacture saxonne Lange & Söhne a présenté en 2015 une toute nouvelle interprétation de cette complication dont le mécanisme rend le temps audible à volonté.
 
De fait, au lieu des quarts d’heure habituels, elle sonne par intervalles de dix minutes, de sorte que son motif sonore unique coïncide exactement avec l’affichage mécanique-numérique de l’heure. Si l’on appuie sur le poussoir à 10h, un son grave retentit pour chaque heure écoulée, un son double (haut/bas) toutes les dix minutes et un son aigu pour chaque minute écoulée.
 
L’heure indiquée sur la photo, 7 h 52, serait donc marquée par sept notes graves, cinq notes doubles et deux notes aiguës. On voit ce que l'on entend et l'on entend ce que l'on voit.
 
Dans cette nouvelle variante, l’affichage acoustique de l’heure bénéficie d'une sonorité caractéristique qui se veut « très expressive ». En effet, l’alliage d’or couleur miel confère au boîtier, véritable corps de résonance, une sonorité et des qualités acoustiques uniques. Le son se veut clair, retentissant et le timbre rond et chaud.

Comme le souligne Anthony de Haas, directeur du développement produits chez Lange & Söhne et batteur passionné : « chaque répétition à minutes a un son unique. Outre les timbres et les marteaux, c'est le matériau du boîtier qui a le plus d’influence sur la sonorité ».
 
Et de poursuivre : « comme pour un instrument de musique, les différentes couleurs et ambiances sonores varient selon le matériau utilisé. Et il en va de même pour l’or couleur miel dans notre nouveauté, qui possède un son différent de tous les autres matériaux, vraiment très particulier ».
 
« Pour obtenir cette qualité sonore spéciale, tous les paramètres sont parfaitement accordés les uns aux autres. Les ressorts soigneusement ajustés à la main produisent un son pur et durable qui s’harmonise avec les caractéristiques sonores de l’alliage exclusif Lange » explique de son côté Tino Bobe, directeur de fabrication.
 
Et Tino Bobe d’ajouter : « en outre, tous les composants sont soigneusement coordonnés par l’un de nos maîtres horlogers, ce qui nécessite plusieurs démontages, usinages et réassemblages, avant d'aboutir au test final. Le temps de fabrication est consacré en grande partie au perfectionnement du son, car la finition d’une telle montre exige à la fois une oreille entraînée et une très grande dextérité ».

Le polissage des timbres et le poli noir des marteaux nécessitent également des mains expertes. Les deux composants sont ntégrés dans le design du cadran et peuvent être observés en action pendant le processus de répétition. Cette montre offre ainsi, non seulement une expérience acoustique, mais aussi une performance très spéciale pour les yeux.
 
Ce nouveau garde-temps est doté d’un mécanisme de poussoir unique pour activer la sonnerie. Comme l’énergie pour le signal sonore est fournie par le barillet, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à l’habituel glissoire des répétitions à minutes, qui fonctionne à l’aide d’un ressort indépendant.
 
Des mécanismes de sécurité et de verrouillage sont utilisés dans le mouvement afin d’assurer une interaction harmonieuse d’une si complexe mécanique : si la réserve de marche restante est inférieure à 12h, la sonnerie ne peut plus se déclencher. Cette limite garantit que le processus de répétition aille toujours à son terme et que la montre ne s’arrête pas involontairement pendant la sonnerie.
 
A ce titre, la « marque » des douze heures est matérialisée par un point rouge sur la graduation de l’indicateur de réserve de marche.

L’avancement des disques des chiffres est retardé pendant la durée de la sonnerie. Dans le même temps, le tirage de la couronne est bloqué de façon à ne pas altérer le processus de palpage de la sonnerie et l’indication acoustique de l’heure.
 
La suite de notes maximale, qui a lieu fort logiquement à 12 h 59, dure environ 20 secondes. Si une nouvelle minute commence entre-temps, le saut des minutes ou des heures sera effectué immédiatement après. Le prochain avancement des disques des chiffres a de nouveau lieu normalement lorsque l’aiguille des secondes franchit la marque des 60 secondes.
 
À l’instar de tous les modèles de la famille Zeitwerk, un échappement placé entre le barillet et le balancier travaille avec le calibre de manufacture Lange L043.5, qui fait avancer le disque des chiffres en sautant toutes les minutes.
 
En outre, ce dispositif contribue largement à la régularité de la marche garantissant ainsi que le balancier soit entraîné avec une force constante pendant toute la durée de fonctionnement, indépendamment de l’état de remontage du ressort de la montre.
 
Assemblé à partir de 771 composants, le mouvement présente des finitions exécutées à la main avec le plus grand soin et une extrême minutie. Les coqs du balancier et de la roue d’ancre sont gravés à la main en filigrane. Comme toujours chez Lange. Cette montre d’exception se porte sur un bracelet en alligator marron.

Montres-de-luxe.com | Publié le 30 Octobre 2023 | Lu 7438 fois






Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail