Montres-de-luxe.com

Lee, l'autre jean


Si le jean est américain, il n’est pas que Levi’s. Lee, Wrangler, Osh Kosh font également partie de l’histoire du jean américain. Dans l’immédiat, c’est la marque Lee que nous allons vous faire découvrir. Née à la fin du 19ème siècle, Lee à l’inverse de Levi’s ne s’adressait pas qu’aux vachers, mais également, à tous les ouvriers !



Après avoir exercé plusieurs métiers, Henry Lee décide en 1911, de se concentrer sur la production de vêtements de travail de qualité.
 
La H.D. Lee Mercantile fabrique pour l’Est des Etats-Unis des salopettes, des combinaisons et des vestes de travail. Le tout, en denim bien entendu, avec un objectif produire des vêtements de qualité qui durent dans le temps.
 
En pensant aux cheminots, aux agriculteurs et aux mécaniciens, Henry Lee invente en 1913, l’« Union All », une combinaison qui convenait parfaitement à tous les métiers. Les pompistes américains des années cinquante étaient d’ailleurs, tous équipés d’une combinaison aux couleurs de leur pétrolier !

Dans le même temps, il produit des jeans et des uniformes à destination de l’armée, notamment la marine qui inclut dans sa dotation le fameux jean à poches plaquées et pattes d’éléphant.
 
Toujours innovant, Henry Lee lance en 1917, la première campagne publicitaire nationale pour la « Union All » et trois ans plus tard, il  créé le Buddy Lee.

Un petit personnage habillé de la célèbre salopette et qui deviendra très vite la mascotte de la marque pour être, dans les années 50 et 60, la deuxième poupée la plus vendue aux Etats Unis.

A la pointe de la technique à condition qu’elle soit utile, Henry Lee propose le choix de la fermeture éclair pour ses jeans dès 1926. Ils étaient vendus sous la référence 101Z en parallèle aux 101B équipés de boutons. Plus ajustés à l’entrejambe, les Z étaient aussi plus confortables.

Autre date importante dans l’histoire de la marque : 1933. En effet, un modèle important intègre alors le catalogue de la marque : le Storm Rider. Il s’agit de la version chaude du blouson Slim (le 101 J) des vachers créé en 1931.

Un col de velours et une doublure de lainage en font un modèle de référence qui sera adopté en 1961 par James Dean ainsi que par Marylin Monroe dans The Misfits   (Les Désaxés en français), chef d’œuvre crépusculaire de John Huston sur un scénario d’Arthur Miller.

Ces deux pièces venaient en complément de la veste longue des cheminots, la Loco Jacket qui possédait quatre poches plaquées et se portait au-dessus de la salopette 91. Par rapport au blouson produit par Levi’s, le Storm Rider est légèrement plus court et plus cintré.

L’autre grand symbole de la marque Lee réside dans l’apparition en 1944 de la « vague » appelée aussi Lazy S qui est surpiquée sur les poches arrière. Le 101Z Rider se distingue ainsi du 501 de Levi’s et de sa moustache.
 
Aujourd’hui, la marque Lee fait partie du groupe VF Corporation qui possède également les jeans Wrangler et des marques comme North Face, Timberland et Napapijri.
 
Joël Chassaing-Cuvillier


Montres-de-luxe.com | Publié le 11 Février 2021 | Lu 502 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances