Prix Rolex à l'esprit d'entreprise : les dix finalistes 2019


Rolex vient d’annoncer les dix finalistes de l’édition 2019 des Prix Rolex à l’esprit d’entreprise, programme qui soutient depuis plus de quarante ans des pionnières et des pionniers dont les projets repoussent les frontières du savoir, œuvrent au bien commun et contribuent à la protection de l’environnement.



Cette année, les Prix Rolex revêtent un caractère inédit. En effet, pour la première fois, le public était invité à prendre part au processus de sélection des candidats.
 
Et cette semaine, Rolex a dévoilé sur les réseaux sociaux, l’identité des dix finalistes, permettant au public de découvrir leurs projets et de voter pour les candidats qui les inspirent le plus.
 
Agés de 25 à 49 ans, les finalistes sont originaires de neuf pays et ont été retenus parmi 957 candidatures issues de 111 pays. Près de 40% des personnes ayant postulé sont des femmes. Les Lauréats recevront chacun la très coquette somme 200.000 francs suisses pour faire évoluer leur projet, se verront remettre un chronomètre Rolex et bénéficieront d’une importante campagne médiatique.
 
Les dix finalistes -dont deux Français- :
Emma Camp, 32 ans, Royaume-Uni – L’océanographe britannique Emma Camp apporte un nouvel espoir pour sauver les récifs coralliens grâce à la sélection naturelle. Dans le cadre de ses travaux, elle identifie des lieux où les coraux sont naturellement résistants à des milieux agressifs tels que des eaux acides et plus chaudes. La chercheuse compte transplanter ces « supercoraux » dans des zones dévastées de la Grande Barrière de corail et solliciter la participation de volontaires pour contrôler la survie des coraux.
 
João Campos-Silva, 36 ans, Brésil – En Amazonie, l’arapaïma – le plus grand poisson à écailles d’eau douce, qui peut atteindre un poids de 200 kg – est en voie d’extinction. Le biologiste João Campos-Silva a un plan pour remédier à cette situation. En collaboration étroite avec des associations locales et des leaders du secteur de la pêche, il compte non seulement sauver l’espèce, mais aussi préserver les moyens de subsistance et la culture des communautés autochtones qui dépendent des rivières de la région pour survivre.
 
Grégoire Courtine, 44 ans, France – Le scientifique basé en Suisse Grégoire Courtine travaille sur une méthode révolutionnaire pour permettre à des personnes paralysées de remarcher. Son approche vise à rétablir la communication entre le cerveau et la moelle épinière au moyen d’un « pont » électronique qui, une fois implanté, pourrait amener les nerfs à se reconstruire et rétablir la motricité des jambes.
 
Pablo García Borboroglu, 49 ans, Argentine – Le biologiste argentin a lancé une campagne mondiale pour faire face à la détresse des manchots, qui comptent parmi les oiseaux marins les plus gravement menacés d’extinction. Pour mener à bien son combat, celui que l’on appelle l’« avocat des manchots » mêle science, relations avec les institutions et éducation tout en développant une culture de la conservation, dans le but d’influencer à la fois les communautés et les gouvernements dans leurs décisions. Son approche innovante a déjà permis de sécuriser un habitat d’environ 13 millions d’hectares dédié aux manchots.
 
Brian Gitta, 26 ans, Ouganda – Dans les zones rurales de l’Afrique, il est monnaie courante de devoir patienter plusieurs semaines avant d’obtenir un diagnostic et un traitement contre le paludisme. Pour remédier à cette situation, Brian Gitta mène des essais sur le Matiscope, un tout nouvel instrument portable et peu coûteux qui, par l’utilisation de la lumière et d’aimants, permet d’obtenir un résultat en quelques minutes, sans nécessiter de prise de sang. En 2017, 200 millions de cas de paludisme ont été recensés en Afrique.
 
Krithi Karanth, 40 ans, Inde – La biologiste de la conservation Krithi Karanth est déterminée à apaiser les tensions entre les milieux écologistes et les communautés rurales qui vivent aux abords des parcs nationaux. Dans cette optique, elle compte réduire les menaces qui pèsent sur les villageois, le bétail et propriétés, mener des actions de sensibilisation dans les communautés et les écoles, et surtout mettre en place une ligne téléphonique gratuite qui offre une assistance lors de demandes de compensation.
 
Yves Moussallam, 31 ans, France – Le volcanologue français Yves Moussallam prépare deux expéditions sur un voilier polynésien traditionnel pour mesurer et analyser les gaz et les aérosols émis par 17 volcans qui comptent parmi les plus actifs au monde, tous situés le long de la ceinture de feu du Pacifique. Son objectif est de mieux comprendre l’impact des gaz volcaniques sur le réchauffement climatique au niveau mondial et de partager ses aventures et ses découvertes en ligne.
 
Sara Saeed, 32 ans, Pakistan – La spécialiste de santé publique et entrepreneuse pakistanaise Sara Saeed met en relation les communautés rurales avec 1.500 femmes médecins qui travaillent depuis leur domicile au moyen d’un réseau de santé en ligne. Son objectif est de fournir des soins de base de grande qualité à prix abordable à des dizaines de milliers de personnes pour enrayer les décès qui touchent les enfants et les femmes enceintes.
 
Miranda Wang, 25 ans, Canada – Entrepreneuse canadienne spécialisée en biologie moléculaire, basée en Californie, Miranda Wang travaille depuis plusieurs années sur un moyen de résoudre le problème de la pollution liée aux matières plastiques. Désormais, elle est le fer de lance d’un processus innovant qui permet de transformer les plastiques non recyclables, qui proviennent de sacs ou d’emballages, en substances chimiques utilisables dans l’industrie et les produits de consommation, notamment dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique.
 
Topher White, 37 ans, états-Unis – L’ingénieur américain Topher White s’est donné pour mission de contribuer à la sauvegarde des forêts tropicales. Ainsi, il a créé un système qui détecte en temps réel toute exploitation forestière illégale au moyen de smartphones réutilisés comme des « oreilles intelligentes ». Ces appareils permettent aussi aux scientifiques de déceler les bruits émis par des espèces rares d’oiseaux et d’autres animaux, et ainsi de constituer un répertoire numérique de données acoustiques brutes à des fins de conservation.

Les Prix Rolex à l’esprit d’entreprise constituent un pilier de la campagne Perpetual Planet, née de la vision et des valeurs transmises par Hans Wilsdorf, le fondateur de Rolex. Dans le cadre de ce programme, la marque soutient des personnalités et des organisations clés qui proposent des solutions à divers problèmes environnementaux.
 
Les dix finalistes de l’édition 2019 des Prix Rolex à l’esprit d’entreprise – tous pionniers dans leur domaine et porteurs de projets novateurs destinés à œuvrer au bien commun – ont été sélectionnés en février par un jury international composé de dix experts. Les Prix Rolex à l’esprit d’entreprise ont vu le jour en 1976 à l’occasion du 50e  anniversaire de la légendaire Oyster de Rolex.

Montres-de-luxe.com | Publié le 9 Mai 2019 | Lu 1507 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos