Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Urwerk UR-100 V Lightspeed : 299.792,458 km/s


La maison horlogère indépendante et d’avant-garde Urwerk vient de dévoiler sa dernière création : son modèle UR100-V Lightspeed doté d’un boitier noir en carbone (étanche à 50 mètres) embarquant le calibre automatique UR 12.02 ; un garde-temps qui s’annonce comme étant « la concrétisation de ce rêve, rassembler Temps, Espace et Lumière dans une même unité de lieu ». Explications. Compter dans les 85.000 euros environ.



Dans une époque où science-fiction fusionne avec réalité, certaines valeurs numériques manifestent des caractéristiques rassurantes, universelles, voire éternelles. C’est le cas du nombre 299’792.458 km/s.
 
« C’est un chiffre cabalistique qui tient tant de la théorie de la mécanique classique que de la fantasmagorie azimovienne » souligne la marque dans son communiqué. De fait, il représente la vitesse ultime, celle de la propagation de l’énergie, maîtrisé par les seuls initiés. Une constante universelle, la vitesse de la lumière, symbolisée par la lettre « c ».
 
Ce chiffre, presque mystique, fait appel tant aux fondements de la théorie de la relativité d'Einstein
qu’aux visions futuristes d'une galaxie lointaine explorée par les Jedi de « Star Wars » et les intrépides
capitaines de « Star Trek ».

Maîtriser cette vitesse, c'est plonger dans l'hyperespace, défier les lois de la physique, naviguer à travers les dimensions multiples de l'univers. Une aventure digne des plus grands explorateurs, des tacticiens Goa'ulds de « Stargate » aux Navigateurs de la Guilde Spatiale de « Dune ».
 
Toutes ces références à la science-fiction et à l’anticipation pour présenter cette UR-100V LightSpeed d’Urwerk qui s’annonce comme étant « la concrétisation de ce rêve, rassembler Temps, Espace et Lumière dans une même unité de lieu ».
 
Comme le souligne Martin Frei, directeur artistique et co-fondateur de la marque : « porter cette création, c'est comme avoir un morceau de l'univers à son poignet, une vision du cosmos en miniature, à une échelle humaine ».

Le fait est que cette montre renferme un planétarium tridimensionnel présentant huit corps célestes de notre système solaire, huit points de référence. « En partant du Soleil, nous avons calculé et illustré le temps mis par un rayon de lumière pour atteindre chacune des planètes » explique-t-il encore.
 
« Ainsi un rayon solaire mettra 8.3 minutes pour toucher la Terre alors que ce même rayon touchera la surface de Jupiter 35 minutes plus tard. Un voyage spatio-temporel avec pour medium le plus magique des vaisseaux, la lumière ».
 
« C’est l’histoire que l’on nous a tous raconté enfant » ajoute Felix Baumgartner, maître horloger et cofondateur d’Urwerk. « Celle qui nous explique notre place sur Terre, l’immensité de l’univers et notre relation décalée avec le moment présent : quand la lumière d’une l’étoile nous parvient, cette étoile a certainement déjà cessé de briller depuis longtemps. Ce que nous voyons n’est plus, nous percevons un temps, un passé révolu. »

C’est un fait. Un rayon solaire atteint chaque planète du système en un temps mesuré, rappelant la distance vertigineuse de notre univers. La lumière que nous voyons aujourd'hui est un écho du passé, un instant figé dans le temps cosmique.
 
Dans notre système espace-temps, les rayons du Soleil toucheront Mercure en 3.2 min, Venus en 6 min, Terre en 8.3 min, Mars en 12.6 min, Jupiter en 43.2 min, Saturne 79.3 min, Uranus en 159.6 min et Neptune en 4.1 heures. C’est toute l’idée de cette UR-100V LightSpeed dont le Soleil a inspiré le rotor se trouvant au dos de la pièce.
 
« La lumière constitue un pont fondamental entre nous et l'Univers. C’est la plus petite unité d'énergie qui peut être transmise, et nos yeux sont remarquablement adaptés pour capter ses radiations électromagnétiques spécifiques. Cette capacité à visualiser et interpréter la lumière refaçonne notre
perception du monde
 » précise encore Martin Frei.
 
Et de conclure : « que nous observions des étoiles distantes ou examinions minutieusement le monde à travers un microscope, la lumière nous transmet des informations cruciales, façonnant notre compréhension de la réalité. Cela étend constamment notre connaissance et notre compréhension de
l'univers, vaste et complexe
 ».
 
Naturellement, en plus de sa dimension interstellaire, la UR-100V LightSpeed reprend le principe d'affichage des heures et minutes qui repose sur l'absence d'aiguilles ; une caractéristique très « urwerkienne ».
 
A leur place, un satellite se déplace le long d'un arc de cercle gradué. Le premier porte les heures, le second les minutes. Et quand un satellite des heures a parcouru ses 60 minutes, le suivant, portant l'heure suivante, apparaît devant l’index 0 de la minute.
 
Ce principe extrapolé d'une pendule du XVIIe siècle, nul n'aurait imaginé qu'il puisse être pensé, transformé, transmuté, dans l'espace, le volume et le temps avec autant de créativité. Ce montre se porte sur un bracelet en caoutchouc avec boucle déployante.

Montres-de-luxe.com | Publié le 14 Février 2024 | Lu 6999 fois





Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail