Baume et Mercier : à la découverte des Hampton


La marque horlogère Baume et Mercier (groupe Richemont) s’offre une petite cure de renouveau… Et l’un des symboles de ce changement est la toute nouvelle ligne Hampton. Des garde-temps rectangles et élégants pour hommes et femmes. Trois aiguilles/date, chronos, acier ou or rouge, cadrans noirs, blancs ou bruns, mécaniques ou quartz (pour dames). Toute une collection de montres de forme à découvrir avec Alexandre Peraldi en charge du design pour Baume et Mercier.


Baume et Mercier : à la découverte des Hampton
« Oser reprendre les caractéristiques fortes de la pièce musée, aller au bout de l’exercice d’interprétation en magnifiant l’esthétique originelle tout en lui attribuant des proportions contemporaines et imposantes, c’est le défi de la collection Hampton » assure la marque dans son communiqué.

Plus concrètement, les pièces masculines existent en version automatique avec petite seconde à six heures, une taille de 32 x 45 mm et un mouvement Eta 2895 ou en version auto chrono avec des compteurs dynamisés par une légère touche de rouge pour l’animation du cadran, une taille de 30 x 47 mm et un mouvement Eta 2894.

La palette des cadrans des références auto et auto-chrono, toujours bicolores, a été choisie pour ses tonalités à la fois masculines et chaleureuses comme l’association du noir et du brun, ou encore de l’anthracite et du noir. Elle est rehaussée par un gaudron satiné et bombé qui vise à imprimer « force et caractère à la pièce ». Un bracelet alligator avec boucle triple déployante réglable complète ces garde-temps.

Baume et Mercier : à la découverte des Hampton
Si les flancs de carrure sont droits sur le coeur de gamme de la collection Hampton pour homme, les deux pièces emblématiques se rapprochent, elles, au plus près de la pièce d’inspiration dans une évocation très stylisée de ses lignes Art Déco.

On retrouve les fameuses creusures mais sur une boîte agrandie. Les pièces emblématiques se déclinent en version acier (34 x 47 mm), chrono automatique avec un mouvement manufacture, une réserve de marche de 65 heures et un fond ouvert sur la masse oscillante personnalisée du Phi.

La version or rouge –très réussie- est proposée avec mouvement manufacture, remontage manuel, réserve de marche de 42 heures et un fond ouvert ovalisé. A la différence du coeur de gamme rehaussé de chiffres arabes rivetés, les pièces emblématiques restent fidèles aux chiffres romains dans une volonté de perpétuer le modèle historique.

Faire évoluer des modèles historiques est un exercice difficile qui requiert une vraie vision conceptuelle. Alexandre Peraldi, directeur du Studio Design, l’entité de création intégrée de Baume & Mercier, nous raconte...

Baume et Mercier : à la découverte des Hampton

Baume et Mercier : à la découverte des Hampton
D’où avez-vous tiré votre inspiration pour cette collection ?

Alexandre Peraldi : La source de notre inspiration, comme pour nos autres lignes, Linea ou encore Capeland, c’est le territoire de Baume & Mercier, le seaside living in the Hamptons. Nous étions sur place et avons ramené des films et des photos, des milliers d’images dont nous nous sommes nourris pendant des semaines pour définir des codes design propres à toutes nos collections.

Qu’est-il ressorti de cette réflexion approfondie sur les Hamptons ?

AP : Les Hamptons, c’est d’abord un environnement baigné d’une lumière particulière qui adoucit les tons et leur apporte de la chaleur. Nous l’avons traduit à notre façon en choisissant d’utiliser l’or rouge sur certaines pièces auxquelles il confère une flamme cuivrée. Sur les cadrans, le parti pris a été de jouer sur l’association de deux couleurs de façon subtile, sans les opposer.

Dans notre palette, le gris se marie à l’ardoise, le blanc à l’argent, pour en citer quelques unes. Mais les Hamptons c’est avant tout un art de vivre, un véritable « état d’esprit ». Aux créateurs revient la tâche de retranscrire cette forme d’élégance décontractée si caractéristique de ceux qui habitent là-bas. Pour nous, elle passait par une forme galbée et généreuse, et une douceur, à voir et à porter.

Baume et Mercier : à la découverte des Hampton
Vous êtes-vous aidés d’une montre historique comme pièce de référence pour votre processus de développement créatif ?

AP : En effet, il s’agit d’une pièce des années 40. L’influence de l’art déco est passée par là. A l’époque, on s’est orienté vers des lignes simples, des formes droites inspirées par la peinture cubiste et l’architecture.

Par contre, cette montre d’inspiration est décorée de chiffres romains que nous avons remplacés par des chiffres arabes, plus contemporains, pour le coeur de gamme de la collection Hampton. Dans la phase d’étude, chaque chiffre arabe a été pensé, dessiné, retravaillé pour que l’on obtienne au final le meilleur équilibre entre confort de lecture et générosité.


Quel élément de la montre Hampton vous tient particulièrement à coeur ?

AP : la glace et son galbe prononcé très pur font partie des éléments identifiants de cette collection. C’est d’abord le fruit d’un savoir-faire technique. Mais cela va bien au-delà. Cette géométrie de glace produit un effet de prisme. Selon l’angle selon lequel on se place, on redécouvre sa montre à chaque fois. Cela crée une véritable interaction entre le garde-temps et celui ou celle qui le porte.

Sur les pièces féminines, le bracelet présente une forme différente de celle des pièces hommes. Pourquoi ?

AP : dans la phase de prototypes, nous avons fait des essais pour trouver la façon la plus élégante d’attacher le bracelet. Nous voulions un bracelet qui a du corps, qui se marie avec la montre mais aussi à un poignet féminin.

Nous avons retenu une forme « jodhpur », qui s’évase au niveau de la boîte et qui est aussi un clin d’œil à la ville de Bridgehampton qui réunit chaque année des centaines de cavaliers et de cavalières. Ce bracelet est tout à fait dans la veine de l’univers de Baume & Mercier.


Au final, la pièce que l’on peut admirer et porter aujourd’hui ressemble-t-elle à vos croquis des tous premiers jours ?

AP : pendant douze mois, on dessine au crayon puis avec l’ordinateur, en 2D puis en 3D. Le développement se fait de concert avec les équipes du marketing et la maîtrise d’oeuvre. La collection Hampton est faite de montres qui comportent des éléments compliqués comme la glace qui est épaisse mais qui visuellement doit être fine.

Quand on résout les contraintes techniques, on apporte une nouvelle dimension esthétique. C’est un cercle vertueux qui amène à la fin quelque chose peut-être un peu différent de ce qu’on avait dessiné au début, mais mieux. Et ça, c’est extraordinaire.

Montres-de-luxe.com | Publié le 30 Septembre 2011 | Lu 2959 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques