Blancpain Villeret Calendrier Chinois Traditionnel : tout simplement somptueux


La marque horlogère Blancpain (Swatch Group) vient de présenter en exclusivité mondiale la première montre-bracelet dotée d’un calendrier chinois traditionnel. Bien évidemment, avec ce garde-temps d’exception, la manufacture du Brassus rend hommage à cette culture millénaire qui porte un intérêt tout particulier à la Haute Horlogerie depuis de nombreuses années*. Le modèle en platine sera produit en une série limitée à 20 exemplaires dont la masse en or blanc est gravée d’un dragon pour célébrer l’année 2012. Somptueux.


Blancpain Villeret Calendrier Chinois Traditionnel
Le Calendrier Chinois Traditionnel de Blancpain se base sur des principes fondamentaux établis depuis des millénaires et profondément ancrés dans la tradition chinoise.

Sur le cadran de ce somptueux garde-temps (aussi élégant que technique) se côtoient l’heure, les minutes et le quantième grégorien avec les indications principales du calendrier chinois : heure-double traditionnelle, jour, mois avec indication des mois intercalaires, signe du zodiac, ainsi que les cinq éléments et les dix troncs célestes. (le tout restant parfaitement lisible et clair malgré la masse d’informations fournie).

La combinaison de ces derniers avec les douze animaux du zodiac (on est cette année dans l’année du dragon et l’année prochaine dans celle du serpent) qui représentent les branches terrestres suit le cycle sexagénaire central à la culture chinoise. Les phases de lune, élément clé des calendriers complets de Blancpain, sont aussi présentées et jouent ici un rôle important vu le lien entre cycle lunaire et mois chinois traditionnels.

Contrairement au calendrier solaire grégorien qui utilise le jour solaire comme unité de base, le calendrier chinois traditionnel est un calendrier luni-solaire, c’est-à-dire un calendrier solaire dont l’unité de base est le cycle lunaire (29,53059 jours).

Blancpain Villeret Calendrier Chinois Traditionnel
Une année de douze mois lunaires (354,36707 jours) étant trop courte d’approximativement onze jours par rapport à l’année tropique (ou solaire, 365,242374 jours), un mois intercalaire vient parfois s’y ajouter pour préserver la correspondance avec le cycle des saisons. Comme chaque mois du calendrier chinois, y compris les mois intercalaires, commence le jour de la nouvelle lune, sa longueur est de 29 ou 30 jours.

Ainsi, lorsqu’une année comporte un mois intercalaire, cette année de treize mois sera plus longue que l’année tropique. Au contraire, lorsqu’il n’y a pas de mois intercalaire, l’année de douze mois lunaires est plus courte que l’année tropique. Cette particularité est à l’origine de la variabilité de la date du Nouvel An chinois...

Le nouveau Calibre automatique 3638 qui anime cette montre est doté de sept jours de réserve de marche, malgré la présence de 434 composants dont 39 rubis ! Sa complexité est liée tant au nombre d’indications à afficher qu’à l’irrégularité de leurs cycles. L’heure, les minutes et le quantième grégorien sont présentées au centre.

Le compteur à midi indique les heures doubles en chiffres et en symboles (cycle de 24h). Celui à 3h, les éléments et les troncs célestes (cycle de 10 ans). À 9h sont indiqués le mois du calendrier chinois (cycle de 12 mois), son quantième (cycle de 30 jours) et l’indicateur des mois intercalaires, tandis qu’un guichet à midi laisse apparaitre le signe du zodiac de l’année en cours (cycle de 12 ans). Les phases de lune sont affichées à 6h

Le boitier en platine de 45 mm de diamètre est doté d’une couronne ornée d’un rubis cabochon et intègre 5 correcteurs sous cornes (une spécificité Blancpain très pratique) pour permettre le réglage des indications. Par ailleurs, il renferme les caractéristiques classiques de la collection Villeret : sa forme en double pomme, un cadran en email grand feu dont le tour d’heure est constitué d’appliques en or et les indications sont décalquées avant la mise en feu, les aiguilles principales en forme de feuilles légèrement évidées et celle du quantième grégorien en acier bleui qui reprend la forme serpentine traditionnelle.

Cette montre en platine est une série limitée à 20 exemplaires. Elle est dotée d’une masse en or blanc, sertie d’un rubis de Madagascar et gravée d’un dragon pour célébrer l’année 2012 (une autre série limitée sera produite l’année prochaine avec un serpent sur le rotor, et ainsi de suite). Une deuxième version du Calendrier Chinois Traditionnel, en or rouge, est disponible. Sans limitation pour ce modèle.

*La Cité Interdite renferme un beau musée d’horlogerie et d’automates anciens.

*Expo horlogère à la Cité Interdite : Hall des Montres et des Horloges

Pratiquement aucun guide touristique n’en parle, pourtant la fameuse Cité Interdite de Pékin, classée au Patrimoine mondiale de l’Unesco, abrite une splendide collection d’horloges et de pendules mécaniques anciennes.

Loin des hordes de touristes arborant casquettes et bobs de toutes les couleurs, la Hall des Montres et des Horloges est un petit havre de paix… Situé au cœur même dans la Cité Interdite, dans la partie nord-est, ce pavillon propose aux visiteurs des centaines de pièces horlogères datant du 18 et 19ème siècle.

Pour la modique somme de 10 yuans (à payer en plus de l’accès à la Cité Interdite) vous pourrez découvrir dans deux grandes salles un nombre impressionnant d’horloges françaises, anglaises et suisses, mais également chinoises.

En effet, il faut savoir que lorsque les missionnaires occidentaux ont introduit les horloges à sonnerie en Chine, aux 17e et 18e siècles, les Chinois se sont intéressés à ces mécaniques en provenance d’Europe et rapidement, l’empereur Yongzheng (1723-1735) a fait construire un atelier d’horlogerie à Suzhou (province du Jiangsu) qui atteignit son apogée sous l’empereur Qianlong (1736-1795). De nombreuses pièces de cette période peuvent être admirées dans la première salle du Hall des Montres et des Horloges.

La manufacture de Suzhou était notamment spécialisée dans les « horloges à veilles » qui combinaient le système traditionnel chinois Geng (qui divisait la nuit en cinq périodes de mêmes durées appelées « geng ») au système occidental traditionnel heures / minutes. La durée de chaque veille ou « geng » étant modifiée en fonction de la longueur des nuits correspondant aux 24 périodes solaires du calendrier traditionnel chinois. La plupart de ces horloges sont dotées de coffrets en bois laqué qui s’inspirent de l’architecture chinoise de l’époque.

La seconde salle abrite une sélection d’horloges européennes issues de manufactures françaises, anglaises et helvétiques. Parmi ces pièces d’exception, citons par exemple une splendide horloge-automate fabriquée par Williamson (Angleterre) en 1780. Lorsque le mouvement se met en marche, l’automate, vêtu à la mode européenne, dessine de vrais idéogrammes chinois à l’aide d’un pinceau trempé d’encre. Tout simplement impressionnant !

A noter que deux fois par jour (à 11 heures du matin et 2 heures de l’après-midi), une sélection d’horloges exposées sur une estrade, se met en marche. Les autres restent malheureusement figées à la même heure toute la journée… Toutefois, un petit film –en chinois et de mauvaise qualité- présente les plus belles pièces en état de fonctionnement.

On remarquera également dans cette seconde salle, la réplique d’un salon de l’époque qui met en scène différentes horloges dans la vie quotidienne des souverains. De fait, il est important de bien comprendre que pour les empereurs et les impératrices, les montres et les horloges servaient autant à rythmer leurs journées (vérifier par exemple la durée de leur habillage) qu’à les divertir (avec des reproductions de chants d’oiseaux dans leur cage qu’ils pouvaient actionner d’une simple pression du doigt !)

Spécificités techniques de la Blancpain Villeret Calendrier Chinois Traditionnel

Villeret, Calendrier Chinois Traditionnel [indication de l’heure-double, des signes du zodiac, du quantième et des mois chinois. Indications des 5 éléments, des troncs célestes et des mois intercalaires], quantième grégorien, phases de lune, masse oscillante sertie d’un rubis de Madagascar, correcteurs sous cornes, cadran émail grand feu blanc, mouvement sécurisé, automatique

Calibre 3638
Epaisseur 8.30 mm
Diamètre 32.00 mm
Réserve de marche en heures 168
Rubis 39
Composants 434

Série limitée à 20

Boitier : platine, masse oscillante et couronne sertis d’un rubis de Madagascar
Epaisseur 15.00 mm
Diamètre 45.00 mm
Fond saphir
Entrecornes 23.00 mm

Etanchéité 3 bar*

Réf. 00888-3431-55B

Blancpain Villeret Calendrier Chinois Traditionnel (rotor gravé du dragon)

Montres-de-luxe.com | Publié le 15 Mars 2012 | Lu 2674 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques