Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Chopard L.U.C 1963 Chronograph : chrono à remontage manuel par excellence


La marque horlogère indépendante Chopard commercialise un garde-temps en or rose de 42 mm abritant un calibre chronographe d’exception à remontage manuel, le L.U.C 03.07-L. Ce dernier, Poinçon de Genève et COSC affiche une réserve de marche de 60 heures et ne sera produit qu’à cinquante exemplaires.


Chopard L.U.C 1963 Chronograph
Les chronographes à remontage manuel sont les grands classiques de la mesure des temps courts. Et comme ils ne sont pas munis d’une masse oscillante, qui dissimule au regard la plus grande partie du mouvement, ils se prêtent idéalement à une exécution de haute facture. « La L.U.C 1963 Chronograph a ainsi tout d’une aristocrate de l’horlogerie » assure la marque indépendante dans son communiqué.
 
Plus concrètement, cette L.U.C 1963 Chronograph est présentée en conjonction avec la L.U.C 1963. Toutes deux tirent leur nom de l’année où la famille Scheufele a fait l’acquisition de la maison Chopard. Elles partagent le même dessin de boîte, qui fait écho aux montres de poche que Chopard produisait dans les années 1960. La boîte de cette montre de 42 mm est en or rose et possède des flancs bombés à la finition brossée et une lunette polie, fine et arrondie. Comme le souligne Karl-Friedrich Scheufele, co-Président de Chopard : « j’ai toujours rêvé de faire un chronographe à remontage manuel. J’ai une véritable passion pour ce type de mouvement qui représente la quintessence de l’horlogerie traditionnelle dans ce qu’elle a de plus pur et de plus noble. Cette pièce était programmée depuis que nous avons lancé la L.U.C Chrono One en 2006 et, pour moi, c’est un rêve devenu réalité ».
 
Côté cadran : les chiffres romains courbes sont propres aux collections L.U.C, ainsi que les aiguilles dauphines. Les aiguilles de la fonction chronographe, elles, sont rouges. Elles clarifient la lecture, dynamisent le cadran et sont un clin d’œil à la fonction première du chronographe : mesurer des évènements sportifs.
 
Le nouveau calibre L.U.C 03.07-L est une version à la fois plus simple et plus noble du calibre 03.03-L. Premier mouvement de chronographe manufacturé par Chopard, ce dernier est à remontage automatique. Et le L.U.C 03.07-L en reprend les caractéristiques techniques. La plus visible est la fonction retour en vol, dite aussi flyback. Elle permet d’enchainer les chronométrages sans avoir à remettre les compteurs à zéro en utilisant le poussoir situé à 4 heures. Son embrayage est vertical, ce qui garantit un démarrage plus fiable de la trotteuse de chronographe. Enfin, en tirant la couronne, la petite seconde située à 6 heures est remise et maintenue à zéro. Cela permet une synchronisation précise avec une heure de référence, une fonction qui découle de la vocation de chronomètre de la L.U.C 1963 Chrono. Celle-ci est rappelée à même le cadran par la mention « Chronometer » et certifiée par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres, le COSC.
 
Les différences entre le calibre L.U.C 03.07-L et son prédécesseur portent sur l’esthétique. Oter la masse oscillante et les composants qui l’accompagnent permettent de dégager totalement la vue sur le mouvement. Les pièces nécessaires au chronographe occupent alors la majeure partie de l’espace visible au dos de la montre : ponts, bascules, leviers et roue à colonne de couleur acier se détachent du fond couleur or. Ce contraste est renforcé par la variété des traitements de surface : perlage pour le fond, traits tirés pour les composants du chronographe, côtes de Genève pour les ponts. Ces derniers sont travaillés en maillechort, un alliage exigeant sur lequel toute rayure est irrattrapable. La main qui les décore n’a pas le droit à l’erreur. C’est elle qui en polit les angles, afin de créer le fil brillant et lisse qui dessine leur contour. Et précisément, la forme des ponts a été complètement redessinée. Les courbes, inflexions, coins et pointes sont autant de formes complexes à souligner, un terrain de jeu pour le travail manuel et artisanal.
 
A noter que ce garde-temps d’exception ne sera produit qu’à 50 exemplaires, un pour chaque année depuis que la famille Scheufele a racheté Chopard. Rappelons que c’est suite à une rencontre en 2007 entre Karl-Friedrich Scheufele et le fameux groupe de collectionneurs The PuristS, qu’est née l’idée d’un modèle chronographe qui leur soit destiné en priorité. Depuis lors, un dialogue ininterrompu a eu lieu sur le thème « à quoi ressemblerait un chronographe destiné aux PuristS », avec l’envie de créer un garde-temps intemporel  représentant l’essence même du chronographe à l’ancienne. C’est ainsi qu’est née une version acier du modèle L.U.C 1963 Chronograph, le modèle « PuristS », au cadran d’une grande pureté, sans date, en référence aux premiers chronographes. Ce modèle d’exception est également édité en une série limitée de 50 exemplaires. 

Chopard L.U.C 1963 Chronograph : chrono à remontage manuel par excellence

Spécificités techniques de la montre Chopard L.U.C 1963 Chrono

Boîtier or rose 18ct de 42 mm
Epaisseur 11.50 mm
Couronne or rose 18ct avec logo L.U.C
Taille couronne : 8 mm
Glace saphir antireflet
Fond ouvert
 
Etanchéité 50 mètres
 
Mouvement mécanique à remontage manuel L.U.C 03.07-L
Diamètre 28.80 mm
Epaisseur 5.62mm
Nombre de rubis 38
Fréquence 28’800 A/h (4 Hz)
Ponts décor Côtes de Genève
 
Certificats COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres) et Poinçon de Genève
 
Réserve de marche 60 heures
 
Cadran argenté satiné soleil
Compteurs argentés mats
Aiguilles : heures, minutes et petite seconde dorées
Trotteuse et aiguilles des compteurs heures et minutes rouges
 
Fonction
Petite seconde à 6 heures
Chronographe
Trotteuse au centre
Compteur 30 minutes à 3 heures
Compteur 12 heures à 9 heures
Date à 4 heures 30
 
Bracelet alligator brun cousu main, double alligator cognac et boucle ardillon or rose 18ct
 
Référence 161964-5001                  
 
Edition Limitée 50 pièces
 
Prix de vente public conseillé : 34.300 euros 

Montres-de-luxe.com | Publié le 16 Septembre 2014 | Lu 710 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques