Duomètre à Chronographe de Jaeger-LeCoultre


Les succès du Gyrotourbillon 1, de la Master Minute Repeater et de la Reverso grande complication à triptyque - montre-bracelet la plus compliquée au monde - ont attesté de l'inventivité technique de Jaeger-LeCoultre et ont scellé son extraordinaire renommée dans le champ restreint des complications de haute horlogerie. Dans cet esprit, la Manufacture poursuit son rythme d’innovations avec l’avènement cette année d'une nouvelle collection, la Duomètre, et la présentation de son premier modèle, Duomètre à Chronographe, qui par son style et sa technique s'inscrit d'emblée dans le segment le plus exclusif de l'horlogerie d'art.


Calibre 380 Jaeger-LeCoultre
Cette véritable révolution micromécanique abrite un mouvement d’une nouvelle génération présentant un concept inédit, baptisé « Dual-Wing ». Deux mécanismes autonomes pour l’indication de l’heure et d’une fonction additionnelle, et un seul organe réglant commun assurent un fonctionnement d’une précision digne d’un chronomètre sans devoir renoncer à l’utilisation d’une complication.

Premier représentant de cette lignée, le Calibre 380 dévoile le premier mécanisme de chronographe sans embrayage, d’une précision de mesure du temps et de lecture sans équivalent, jusqu’au 1/6ème de seconde. Avec ce calibre, son nouveau boîtier aux cornes soudées et son cadran grené, la Duomètre réinvente le grand classique horloger.

Le concept Dual-Wing
Deux mécanismes horlogers distincts, pour l’affichage de l’heure et pour une complication supplémentaire, sont synchronisés par un seul organe réglant. Chacun de ses mécanismes possède sa propre source d’énergie. Il n’y pas d’interaction entre ces deux mécanismes. Le seul élément qu’ils partagent est l’organe réglant qui leur fournit la base de temps.

Le premier mouvement à utiliser ce nouveau concept de construction est le calibre Jaeger-LeCoultre 380. Il affiche l’heure avec la précision d’un chronomètre, et révèle un chronographe inédit par ses affichages et sa précision.

Un train de rouage est entièrement dédié à la fonction horaire (heures, minutes, secondes), et l’autre à la fonction chronographe, avec une seconde foudroyante au 1/6ème de seconde. Chaque mécanisme est alimenté par son propre barillet, assurant une réserve de marche de 50 heures (50 heures pour l’heure, 50 heures pour le chronographe). Il n’y a pas de transfert énergétique de part et d’autre. Une seule couronne sert au remontage des 2 barillets : dans le sens horaire, elle remonte l’heure, dans le sens anti-horaire, le chronographe.

Ce calibre dévoile le tout premier chronographe de montre de poignet à fonctionner sans avoir recours à un embrayage pour assurer les fonctions de démarrage et d’arrêt de la mesure du temps. Un seul et unique poussoir assure la parfaite synchronisation des 5 compteurs du chronographe.

Calibre 380 Jaeger-LeCoultre

Calibre 380 Jaeger-LeCoultre
Le chronographe réinventé par Jaeger-LeCoultre
L'art de mesurer et comptabiliser des laps de temps a toujours exercé une fascination sur l'humanité. En théorie, un mécanisme de chronographe et l'échelonnement du cadran du chronographe doivent être extrêmement précis et utilisables de manière répétée et continue, sans remettre en cause l'exactitude et la précision de la mesure.

Cependant, par son principe même, le mécanisme classique de chronographe est directement entraîné par la roue des secondes et retire l'énergie nécessaire à son fonctionnement du même ressort moteur que celui du mécanisme de l’indication de l’heure. Un mécanisme d’embrayage assure l’accouplement du mécanisme de chronographe à celui de l’heure lors du démarrage, et le désaccouplement lors de l’arrêt du chronométrage. L’embrayage vertical à disques est le type d’accouplement le plus abouti aujourd’hui et permet de minimiser les pertes énergétique liées à ce mécanisme. Celui-ci ne permet toutefois pas d’éviter des variations significatives de la précision de la montre entre le fonctionnement avec chronographe enclenché ou déclenché. Ce qui peut être négligeable pour la mesure de temps bref l’est beaucoup moins pour des laps de temps plus longs.

Avec le concept inédit du Calibre « Dual-Wing » appliqué au chronographe, l’utilisation d’un embrayage devient superflue. La précision de la montre n’est donc pas influencée par le chronographe. La Duomètre à Chronographe peut être considérée par conséquence comme la première montre chronomètre à complication.

Le principe de construction du calibre 380 utilise un mécanisme horloger fascinant pour remplacer l’embrayage : la foudroyante. Montée sur l’axe de roue d’échappement, une deuxième roue de 30 dents transmet le rythme du balancier à une étoile de 6 dents. Cette dernière effectue une rotation complète par seconde, et indique par l’intermédiaire d’une aiguille à 6 heures le 1/6ème de seconde.

Par démultiplication, une chaîne cinématique permet ensuite d’afficher les secondes, les minutes et les heures du chronographe. Un doigt actionné par la roue à colonne permet d’arrêter l’étoile de foudroyante dans une position intermédiaire qui laisse passer sans contact les dents de la roue d’échappement de foudroyante.

Lors de la remise en marche du chronographe, le doigt se retire et le couple fourni par le barillet du chronographe remet en rotation l’étoile qui a nouveau engrène avec la roue de 30 dents. A la fois simple et subtile, ce mécanisme réalisé dans des dimensions minuscules requiert une précision des composants et des talents d’horloger exceptionnels.

Le mécanisme de la foudroyante a été utilisé pour la première fois dans des montres de poche datant du 19e siècle. A l’époque, l'aiguille foudroyante des secondes était directement actionnée par la roue des secondes de la montre pour indiquer une fraction de seconde. Pour cette raison, l'aiguille foudroyante des secondes poursuivait toujours sa marche sans offrir la possibilité d'être arrêtée ou remise à zéro.

Les horlogers de Jaeger-LeCoultre ne pouvaient présenter un chronographe digne de ce nom sans remise à zéro de la foudroyante. Ils ont ainsi développé pour le calibre 380 un système qui permet de remettre à zéro la seconde foudroyante en même temps que tous les autres compteurs du chronographe.

Une lisibilité hors pair
Le Calibre Jaeger-LeCoultre 380 possède une grande roue de balancier (11,5 mg.cm2), qui bat à une fréquence de 21'600 alternances par heure, soit 6 alternances par seconde. Jaeger-LeCoultre a choisi la fraction appropriée de 1/6e de seconde non seulement pour les compteurs de la foudroyante mais aussi en divisant précisément toute indication de seconde en 6 parties afin que les aiguilles au centre de l'indication du temps et du chronographe puissent se déplacer exactement sur une échelle dotée d'index au 1/6e de seconde.

Des points de vue esthétique et fonctionnel, la Duomètre à Chronographe est un garde-temps d'une clarté et d'une lisibilité absolues. Un vrai défi au vu de la complexité des fonctions. Deux grands compteurs, l'un à 10 heures avec les aiguilles des heures et des minutes de la montre et l'autre à 2 heures avec les aiguilles des heures et des minutes du chronographe, sont disposés symétriquement. Un guichet dans le compteur du chronographe laisse apparaître un disque qui indique les unités des minutes de 0 à 9 et facilite la lecture précise du temps mesuré.

Grâce à ce nouvel affichage qui fait l’objet d’une demande de brevet, il est possible d'un seul coup d'oeil de visualiser le temps écoulé en heures et en minutes, par exemple 2 heures et 6 minutes, sans qu'il soit nécessaire d'étudier minutieusement la position de l'aiguille des minutes.

Le cadran comprend également 2 indicateurs de réserve de marche, l'un à 7 heures pour la montre et l'autre à 5 heures pour le chronographe. La seconde foudroyante qui se déplace par sauts de 1/6e de seconde est judicieusement disposée à 6 heures, au-dessous et entre les compteurs de la montre et du chronographe.

Afin de gérer cette multitude d'indications, l’équipe de designers dirigée par Janek Deleskiewicz a attribué un code de couleur aux diverses fonctions. Ainsi, les aiguilles des heures, des minutes, des secondes et de la réserve de marche de la montre sont dorées ou rhodiées, selon l’édition, alors que celles des heures, des minutes, les chiffres du disque des minutes, les aiguilles des secondes et de la foudroyante sont en acier bleui, offrant ainsi une lecture immédiate de l'heure et des mesures du chronographe à tout instant, même lorsque les indications sont en mouvement.

Les complexités de la montre s’apprivoiseront rapidement au moment d'actionner, d'arrêter ou de remettre à zéro le mécanisme de chronographe. A chaque fois que le monopoussoir situé à 2 heures est actionné, il fonctionne dans la séquence démarrage, arrêt, remise à zéro, démarrage, arrêt, remise à zéro, etc.

Chaque actionnement provoque également le démarrage, l'arrêt et la remise à zéro des aiguilles des heures et des minutes du chronographe, du disque des unités minutes, de l'aiguille des secondes du chronographe au centre et de la foudroyante.

L’étonnant ballet de remises instantanées à zéro des quatre aiguilles et du disque du chronographe reste sans conteste une expérience saisissante.

Une esthétique et une décoration d’exception
Le nouveau boîtier du Duomètre est construit avec des cornes soudées polies, et une carrure élégamment satinée. Les cadrans sont grenés et portent le numéro du calibre ou du garde-temps sur une plaquette placée à 6 heures. Toutes les fines aiguilles sont d'une délicate élégance.

Incarnation d'un concept entièrement novateur, le Calibre Jaeger-LeCoultre 380 ‘Dual-Wing’ de série limitée de la Duomètre à Chronographe peut être admiré à travers le fond saphir de la montre. Les barillets indépendants sont colimaçonnées et anglés main, les rochets quant à eux soleillés avec les indications « chronographes » et « heures minutes » gravées et dorées.

Les ponts, réalisés en maillechort, reflètent le concept Dual-Wing, avec des formes tendues et droites pour le mécanisme de l’heure, et des arabesques pour le chronographe, laissant apparaître les coeurs, marteaux, sautoirs, la roue à colonne et les roues de ce mécanisme. Une décoration qui trouve son inspiration dans la grande tradition des montres de poche de la Marque.

Les rouages arborent un satiné circulaire et des moulures polies à la main. Les mobiles eux aussi anglés main ou ornés de moulures polies, sont colimaçonnés ou adoucis. Finalement les vis, en acier bleui à la flamme, soulignent la complexité de ce calibre d’exception.

Première représentante de cette nouvelle lignée prestigieuse, la montre Duomètre à Chronographe sera éditée en or rose et en platine. Une édition or jaune 18 carats sera présentée en série limitée à 300 exemplaires.

Spécifités techniques du Duomètre à Chronographe Jaeger-LeCoultre

Calibre 380 Jaeger-LeCoultre
Mouvement :
• mécanique à remontage manuel, Calibre Jaeger-LeCoultre 380, manufacturé et décoré à la main
• 21’600 alternances par heure
• deux barillets indépendants, chacun avec 50 heures de réserve de marche,
• Environ 390 pièces
• 48 rubis
• 6.95 mm de hauteur
• 33,70 mm de diamètre (15 lignes)

Fonctions :
• heure, minute, seconde au centre
• réserve de marche
• réserve de marche du chronographe
• chronographe: heures et minutes concentriques, unité des minutes, seconde
• seconde foudroyante

Cadran :
• platine : platine frappé
• or jaune : coquille d’oeuf
• or rose : argenté grené main

Aiguilles :
• heure et minute : type feuille, laiton, dorées ou rhodiées
• heure et minute chronographe : type feuille, en acier bleui
• secondes : bâton, avec contrepoids poire, dorée, rhodiée ou bleuie
• réserve de marche : bâton, dorée, rhodiée ou bleuie

Couronne :
• 1 couronne pour la mise en marche de la montre, le remontage de la réserve de marche montre en sens horaire, le remontage de la réserve de marche chronographe en sens antihoraire, et le réglage heure, minute
• 1 monopoussoir pour les fonctions chronographe et la seconde foudroyante : marche/arrêt/remise à zéro
Boîtier :
• ø 42 mm en platine 950, or rose 18 carats, or jaune 18 carats
• cornes soudées
• finitions polies et satinées
• verres saphir bombé, dureté N°9, traités anti-reflet recto et verso
• étanche à 50 mètres

Bracelets et boucle :
• alligator gris mat ou noir mat ou chocolat mat 21/18
• boucle double déployante 18 mm en or 18 carats

Références :
• platine 950 : Q6016490
• or rose 18 carats : Q6012420
• or jaune 18 carats, série limitée à 300 pièces : Q6011420

Montres-de-luxe.com | Publié le 19 Avril 2007 | Lu 12595 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques