Harry Winston Opus 12 : de cinq en cinq, une autre lecture du temps...


Tous les ans, le célèbre joaillier américain Harry Winston, nous présente une pièce horlogère d’exception. Un « Opus ». Cette année n’échappe pas à la règle… Aucun doute possible ! L’Opus 12 (boitier or gris de 46 mm), imaginée en collaboration avec l’horloger Emmanuel Bouchet va encore une fois intriguer les passionnés de belles mécaniques : 607 composants, 80 rubis et 2 barillets et 24 aiguilles !


Harry Winston Opus 12 : de cinq en cinq, une autre lecture du temps...
L’Opus 12 défie les règles conventionnelles de l’horlogerie classique, donnant naissance à un concept mécanique des plus improbables…

De fait, ce nouveau garde-temps (12ème de la série) bouleverse délibérément la perception du temps en s’inspirant de la révolution copernicienne selon laquelle la terre tourne autour du soleil et autour d’elle-même.

En clair, le temps ne s’écoule plus via une paire d’aiguilles positionnées au centre du cadran mais par un entrainement périphérique de douze paires d’aiguilles partant de la circonférence vers l’intérieur. « Les aiguilles, pointées vers l’intérieur, attirent l’attention vers le centre du temps » souligne la marque dans son communiqué.

Une aiguille rétrograde synchronisée avec l’aiguille principale des minutes avance le long d’un secteur de 5 minutes. En fin de course, elle vole en arrière et retrouve sa position initiale. L’aiguille longue des 5 minutes quant à elle, pivote et se met en place.

Sur la plupart des montres, l’évolution du temps est finalement peu perceptible… A moins de garder le regard rivé sur la trotteuse et sur l’aiguille des minutes. En revanche, on peut dire que l’Opus 12 d’Harry Winston, entre véritablement en action ; ses aiguilles effectuant un changement de garde toutes les cinq minutes.

A chaque changement d’heure, le mouvement mécanique manuel exécute un exercice de drill très élaboré, de par la rotation successive des aiguilles. En contrebas de l’affichage rétrograde, une petite seconde flottante, graduée sur une bague translucide passe au-dessus d’un indicateur de réserve de marche (45 heures).

Harry Winston Opus 12 : de cinq en cinq, une autre lecture du temps...
D’ailleurs, soulignons que le remontage du mouvement déroge, lui aussi, aux conventions… En effet, il faut tourner la couronne à contresens pour armer simultanément les deux barillets, l’un fournissant l’énergie au mouvement et l’autre à l’animation. Afin que la couronne soit accessible, elle a été placée au centre de la carrure, cela nécessitant une roue de transmission qui inverse le sens de remontage.

L’Opus 12 casse également les règles d’usage en matière de décorations et de finitions, abandonnant délibérément l’anglage utilisé dans l’horlogerie traditionnelle. Ici, le microbillage renforce les surfaces et apporte une esthétique résolument contemporaine. Des Côtes de Genève, visibles à travers le fond saphir de la montre, sont quant à elles interprétées de manière spectaculaire !

L’esthétique reste fidèle à l’héritage de la maison Harry Winston. Les arches emblématiques rappellent la voûte néoclassique qui domine la célèbre façade du Salon Harry Winston de New York et les aiguilles ajourées, les gratte-ciel de Manhattan. Une autre particularité de cette Opus 12 est l’absence d’un cadran traditionnel, ce qui canalise l’attention sur l’affichage et l’animation et confère un caractère mystérieux à cette pièce hors norme.

Ce nouveau garde-temps, qui réinterprète le temps s’annonce comme une véritable innovation dans l’horlogerie. « Rien de tel n’a été réalisé auparavant » assure la marque dans son communiqué. L’idée a jailli de l’esprit du créateur Emmanuel Bouchet qui a développé cette œuvre en étroite collaboration avec le designer Augustin Nussbaum et naturellement, la maison Harry Winston.

Les douze paliers répartis autour du cadran portent, chacun, une aiguille longue pour indiquer les pas de cinq minutes et une aiguille courte pour indiquer les heures. La première tourne sur son axe et la seconde gravite autour de la première pour apparaitre au-dessus d’elle ou se cacher derrière.

Harry Winston Opus 12 : de cinq en cinq, une autre lecture du temps...
Chaque aiguille est reliée à une roue d’entrainement et présente une face bleue quand elle affiche le temps, une face neutre lorsqu’elle n’entre pas en mouvement. Les aiguilles s’animent grâce à deux couronnes tournant autour du cadran. Toutes deux ont des sections dentées qui engrènent les roues d’entrainement des aiguilles à chaque palier.

La couronne extérieure qui actionne l’aiguille des minutes fait un tour de cadran en une heure, avançant par intervalles de 5 minutes d’un palier à l’autre. Un premier secteur denté engrène la roue du prochain palier et l’aiguille cinq minutes se retourne côté affichage. Parallèlement, un deuxième secteur denté quitte le palier précédent et l’aiguille des minutes se retourne côté neutre.

Au changement d’heure, on assiste à un véritable spectacle. La couronne intérieure, qui n’a pas bougé depuis 60 minutes, s’élance soudainement autour du cadran et son secteur denté entraîne la rotation des aiguilles des heures en une succession rapide. Au fur et à mesure que la couronne tourne, palier après palier, l’aiguille des heures gravite sur 360° autour de l’aiguille des minutes et sa couleur bleuté apparait en surface, en un éclair, avant de disparaître à nouveau. La cinématique dure quelques secondes jusqu’à ce que, après être passé par les douze paliers, le secteur denté entraîne l’affichage de l’heure suivante et se stabilise.

« La vitesse de rotation est contrôlée par un échappement qui nécessite beaucoup moins d’énergie qu’un régulateur volant et qui produit un effet sonore captivant » souligne encore Harry Winston. L’un des défis de cette Opus 12 a été, en effet, d’optimiser l’énergie nécessaire à la précision du mouvement et à l’animation.

Plus concrètement, le mouvement et l’animation sont alimentés par deux barillets indépendants. Le barillet d’animation fonctionne à l’aide d’un différentiel qui transmet l’énergie nécessaire au déplacement des couronnes aux intervalles dictées par le mouvement.

Les deux barillets se remontent simultanément et les ressorts prennent un temps équivalent (45 heures) pour se dérouler. Le mouvement s’arrête lorsque l’énergie nécessaire pour l’animation n’est plus suffisante. Chaque barillet possède un ressort à bride glissante pour éviter toute rupture en fin de remontage. La réserve de marche des deux barillets s’affiche le long d’un arc de cercle au centre de la montre.

Un balancier oscillant à 18.000 A/h permet à l’aiguille de la petite seconde de progresser par sauts de 1/5ème de seconde. Un module loge les 27 aiguilles et les trains d’engrenage correspondants. La couronne extérieure, qui commande les douze aiguilles de 5 minutes, forme une paroi tournant autour de ce module. Les horlogers ont donc dû construire un système de transmission externe pour relier la tige de remontoir, placée à la base de la montre, à la couronne qui devait être accessible à mi-hauteur de la carrure. La roue de transmission inverse le sens de remontage. On peut faire le réglage qu’en avançant l’heure.

Les principales indications sont donc les heures et les douzièmes d’heure. Les cinq minutes qui s’écoulent entre chaque animation sur les paliers successifs, sont indiquées par une aiguille rétrograde au centre de la montre.

Spécificités techniques de l’Opus 12 d’Harry Winston

Mouvement mécanique à remontage manuel
607 composants, 80 rubis et 2 barillets, 24 aiguilles
Réserve de marche 45 heures
Décorations : platine et ponts supérieurs microbillés et traités NAC
Ponts inférieurs microbillés, Côtes de Genève circulaires, traités nickel-palladium

Fonctions
Affichage des heures et du 1/12ème de double aiguilles rotatives
Animation des 12 aiguilles des heures
Animation des aiguilles des minutes toutes les 5 minutes
Affichage rétrograde 5 minutes, indicateur de réserve de marche et petites secondes

Boîtier or blanc 18K poli
Glace saphir traité antireflet
Fond ouvert/Saphir traité antireflet
Diamètre 46 mm

Etanchéité 30 mètres

Cadran
Minute rétrograde.
Réserve de marche traité NAC sur la partie inférieure, microbillés et rhodié sur la partie supérieure
Petites secondes en glace saphir dépolie

Bracelet Alligator noir, cousu main
Boucle déployante or blanc 18K poli

Référence 500/MMEB46WL.K


Montres-de-luxe.com | Publié le 27 Mars 2012 | Lu 1769 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques