Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual : QP ultraplat


Jaeger-LeCoultre poursuit le développement de sa collection Master Ultra Thin avec l’arrivée d’un QP : la Master Ultra Thin Perpuetal. Un garde-temps de 39 mm disponible en version or rose, or gris et acier (uniquement dans les boutiques JLC), doté d’un calibre automatique « maison » ultraplat à quantième perpétuel et phase de lune. La quintessence du savoir-faire de la Grande Maison.


Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual
Dans le domaine de l’extra-plat, Jaeger-LeCoultre concrétise en 2013 un rêve longtemps caressé par les aficionados de la marque en dévoilant sa première montre automatique ultraplate à quantième perpétuel.

Les horlogers et les designers de la manufacture ont en effet uni leurs efforts pour concevoir un mécanisme d’une extrême finesse doté d’un calendrier perpétuel complet et disposer l’ensemble des indications sur un cadran tout en offrant une parfaite lisibilité.

Un simple coup d’oeil suffit pour s’apercevoir que la nouvelle montre Master Ultra Thin Perpetual présente le même design épuré, qui associe des éléments classiques à l’inspiration esthétique de la Grande Maison.

La disposition des affichages est claire. Hormis les aiguilles des heures, des minutes et des secondes au centre, elle comprend trois compteurs réservés aux affichages du calendrier perpétuel : le premier à 9 heures pour le jour de la semaine, le deuxième à 3 heures pour le quantième et le troisième à 6 heures pour le mois. La signature distinctive de Jaeger-LeCoultre figure au-dessous de l’indication de la phase de lune.

Tout y est ou presque : car pour mériter le titre de quantième perpétuel, un calendrier doit également indiquer le millésime de l’année en cours. Sur la montre Master Ultra Thin Perpetual, il se lit sous sa forme complète, à quatre chiffres, dans un petit guichet, situé à 7 heures.

Ce nouveau modèle se décline en trois variations qui se différencient par le matériau ou la couleur du boîtier. La première possède un boitier en or rose 18 carats, un cadran coquille d’oeuf, tandis que la version en or gris 18 carats s’accompagne d’un cadran grainé argenté. Enfin, le modèle en acier, uniquement disponible dans les boutiques Jaeger-LeCoultre, est doté d’un cadran argenté soleillé.

Quelle que soit sa teinte, la boîte au diamètre de 39 mm sera avant tout scrutée de profil par les amateurs et les collectionneurs. S’ils remarqueront les cornes effilées et la fine lunette qui confèrent une grâce particulière à la montre, leur attention se focalisera assurément sur une hauteur qui ne dépasse pas 9,2 millimètres ! Un nouveau tour de force pour abriter le calibre 868, le mouvement ultraplat à remontage automatique et à quantième perpétuel de la manufacture.

Situé sur le flanc du boitier, un seul correcteur suffit à changer l’ensemble des indications, selon un principe d’une remarquable simplicité : un actionnement fait progresser le quantième perpétuel d’un jour. Et tout changement complémentaire requis pour demeurer en accord avec les normes du calendrier grégorien est effectué de manière automatique.

Le mécanisme horloger prend bien sûr en considération la longueur inégale des mois, qui peuvent comporter 28, 30 ou 31 jours. Tous les quatre ans, il affichera avec autant de naturel que tout autre jour le 29 février caractéristique des années bissextiles. Il ne requerra aucun ajustement manuel avant le 1er mars 2100, car les années séculaires font exception au cycle de quatre ans qui rythme les années bissextiles. Pour leur part, l’affichage des phases de la lune restituera fidèlement les différents états de notre satellite au cours des 122 prochaines années.

Enfin, à peine au-dessus du centre du cadran, une petite fenêtre rectangulaire, habituellement du même ton que le fond, se colore de rouge quand la soirée avance. Elle indique en effet la période au cours de laquelle il convient de s’abstenir de tout réglage pour éviter d’endommager les rouages déjà engagés pour préparer le changement des indications qui intervient ponctuellement à minuit ! Cependant, bien avant que le réveil ne tire des bras de Morphée son propriétaire à l’aube d’une nouvelle journée, l’ouverture aura repris sa teinte habituelle pour se confondre à nouveau avec le cadran.

La Master Ultra Thin Perpetual est dotée d’un fond en verre saphir qui dévoile au regard le segment de masse en or 22 carats du remontage automatique ainsi que les décorations exécutées sur les composants du mouvement.

Un peu d'histoire...

Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual : QP ultraplat
Au début du XXe siècle, Jacques-David LeCoultre releva le défi lancé aux manufactures horlogères suisses par l’industriel français Edmond Jaeger qui souhaitait développer la production de montres extraplates.

Leur rencontre fut le point de départ d’une fructueuse collaboration qui sera couronnée quelques décennies plus tard par l’association de leurs deux noms pour la postérité. Elle se concrétisa en 1907 par la mise au point du calibre 145 pour montre de poche qui répondait aux exigences de discrétion et de raffinement des créateurs parisiens.

Sa stupéfiante minceur de 1,3 8 mm lui valut le titre de mouvement horloger le plus plat au monde, un record qu’il détient toujours dans sa catégorie. Fabriqué pendant un demi-siècle, il est à l’origine de la tradition des montres ultraplates de Haute Horlogerie que Jaeger-LeCoultre perpétue de nos jours encore. L’histoire de ces garde-temps minimalistes s’est rapidement enrichie de complications, à l’exemple du calibre 18/19RMCCVEP, un mouvement de poche qui comprenait un chronographe et une répétition minutes dont la hauteur ne dépassait pas 3,55 mm.

En 1976, alors que le quartz ébranlait les fondements de l’industrie horlogère suisse, la Grande Maison de la Vallée de Joux n’a pas hésité à développer un mouvement extraplat à haute fréquence avec affichage de la date dont l’épaisseur culminait à 3,25 mm. Connu sous la désignation de calibre 900, il ouvrit la voie aux mouvements automatiques qui équipent les modèles de montres de la ligne Master Ultra Thin.

La complication d’un calendrier perpétuel n’est pas non plus une nouvelle venue dans l’histoire de Jaeger-LeCoultre. Quelques décennies avant l’apparition des calibres ultraplats qui allaient ouvrir à la marque l’accès au monde parisien du luxe et de l’élégance, la Manufacture fabriquait des montres de poche dont les complications incluaient notamment un quantième perpétuel. L’une des premières réalisations marquantes à cet égard est une montre de poche grande complication de 1895, comportant une répétition minutes, un chronographe et un calendrier perpétuel. Elle était animée par le calibre LeCoultre 19RMCSQ.

Un autre exemple de cette inventivité est représenté par l’un des sommets de l’art horloger de la première moitié du XXe siècle, avec le calibre 154 qui possédait, hormis un quantième perpétuel instantané et les phases de la lune, une répétition minutes et un chronographe rattrapante compteur de minutes. A l’instar des mécanismes extraplats, les calibres à quantième perpétuel de Jaeger-LeCoultre ont connu une longévité hors du commun. Dans un passé plus récent, d’audacieux développements ont donné naissance à des mouvements utilisés dans des modèles emblématiques, à l’instar de la montre Master Perpetual Calendar de 1996 ou de la montre Reverso à quantième perpétuel lancée en 2000 dont le verso est consacré aux fonctions calendaires.

En 2004, le mouvement Gyrotourbillon I avec quantième perpétuel, tourbillon sphérique, équation du temps et quantième double rétrograde ouvre une nouvelle ère à l’horlogerie contemporaine. En 2006, elle se poursuit par une autre pièce maîtresse dotée de cette complication universellement appréciée : la montre Reverso grande complication à triptyque.

Spécificités techniques de la montre Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual

Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual
Mouvement mécanique à remontage automatique, Calibre Jaeger-LeCoultre 868
336 pièces
46 rubis
4.72 mm de hauteur

Réserve de marche 38 heures

Cadran :
Version or gris : grainé argenté et appliques nickel noir
Version or rose : coquille d’oeuf et appliques 4N polies
Version acier : soleillé argenté et appliques polies rhodiées

Aiguilles :
Heure, Minute : Dauphines

Fonctions :
Heure, minute, seconde
Quantième perpétuel : Jour, Mois, Date, Année et Phases de lune
Les fonctions du quantième perpétuel sont ajustées à l’aide d’un seul correcteur situé à 8h
Indicateur de sécurité

Boitier : 39mm de diamètre
9.2 mm de hauteur
Entièrement poli

Etanchéité : 5 atm

Bracelet : alligator
Version or gris: boucle à ardillon en or gris 18 carats
Version or rose: boucle à ardillon en or rose 18 carats
Version acier: boucle déployante en acier inoxydable

Références :
Version or gris 18 carats: Q1303520
Version or rose 18 carats: Q1302520
Version acier: Q130842J - Edition boutique

Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual : QP ultraplat

Montres-de-luxe.com | Publié le 20 Mars 2013 | Lu 3082 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques