RICHARD MILLE


La RM012 de Richard Mille remporte le grand prix de l'horlogerie de Genève édition 2007

Richard Mille et sa marque éponyme viennent de remporter la récompense la plus prestigieuse du Grand Prix de l’horlogerie de Genève, l’Aiguille d’Or 2007 qui couvre toutes les catégories en compétition, grâce à son modèle RM012, un tourbillon tubulaire architectural. Explications.


RM012 Richard Mille
Le 14 novembre dernier, s’est donc déroulé au Grand Théâtre de Genève (voir article en cliquant sur le lien suivant), l'événement majeur de la rentrée : la remise du Grand Prix de l'horlogerie de Genève, sous la présidence de la Ville de Genève et de l'Etat de Genève. Et le grand gagnant de cette édition 2007 a été Richard Mille et sa RM012.

Concourant dans la catégorie reine des montres à complications, La RM012, une édition limitée à 30 exemplaires, a été retenue et primée par un jury international composé d'experts en horlogerie et joaillerie et de journalistes.

Par conséquent, l’année prochaine, pour l’édition 2008, Richard Mille Lauréat de l'Aiguille d'Or 2007 sera, selon le règlement, hors concours et membre du jury.

D'autre part, selon la tradition désormais établie, les différents lauréats sont invités à offrir un exemplaire des montres primées (en l'occurence la RM012) au Musée de l'horlogerie et de l'émaillerie de la Ville de Genève, afin de compléter sa collection.

RM012 Richard Mille

RM012 : tourbillon tubulaire architectural

« La RM012 réunit, ce qui se fait de mieux en matière de technique, d'architecture et d'esthétique » assure le lauréat. « C'est en outre, la première fois dans l'histoire de l'horlogerie que l'on écarte le concept d'une platine en métal massif au profit d'une structure en tubes » ajoute-t-il dans son communiqué.

Ici, Richard Mille pousse plus loin encore le caractère architecturé de ses calibres, en présentant en première mondiale, un nouveau mouvement tourbillon inédit, à la structure minimaliste, aux lignes impressionnantes. La RM012 se veut donc « une interprétation contemporaine du mouvement grâce à une construction tubulaire originale, extrêmement complexe dans sa réalisation et d'une parfaite harmonie visuelle ».

Cette pièce exceptionnelle s'est avérée très difficile à réaliser. Elle a demandé deux ans de développement et quatre prototypes avant d'arriver à la version finale totalement aboutie. Quant à l'assemblage du mouvement, il nécessite plusieurs mois tant chaque opération est minutieuse.

Une des forces de la RM012 : son apparente fragilité, un châssis qui semble être en apesanteur. Et pourtant, cette structure qui n'est composée que de tubes, est plus rigide en torsion que nombre de platines dont l'aspect massif rassure. Mais qu'on ne s'y trompe pas, de nombreuses recherches ont été nécessaires pour obtenir une rigidité maximum -thème cher à Richard Mille- tout en compensant l'absence de matière.

L'exploit a consisté notamment à insérer ces fameux tubes en Invar, un acier inoxydable et inaltérable, à les joindre les uns aux autres dans trois dimensions avec un angle à la précision diabolique des pivots, des axes rigoureusement perpendiculaires et des tolérances de l'ordre du micron. Une véritable folie dans de si petites dimensions.

Autre prouesse technique : les rouages et le tourbillon volant complètement intégrés dans cette structure tubulaire qui remplace les fonctions usuelles, d'ordinaire assurées par la platine. Enfin, il est à noter l'incroyable résistance de la RM012 aux variations de température, à la corrosion et aux chocs.

La RM012, une innovation majeure, proposée dans une série limitée de 30 pièces en platine, séduira les fous de mécanique et/ou les milliardaires, cette pièce coûtant tout de même 516.000 euros.

Calibre RM012 : tourbillon à remontage manuel avec heures, minutes

Dimensions : longueur 48 mm x 39, 30 mm (au plus large) x 13,84 mm (au plus épais)

RM012 Richard Mille

Montres-de-luxe.com | Publié le 16 Novembre 2007 | Lu 8614 fois