Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Omega : la Speedmaster se dote d’un calibre Co-Axial


La marque horlogère suisse Omega (Swatch Group) poursuit le développement et le perfectionnement de son iconique chronographe Speedmaster. L’incontournable. Celui qui a été sur la Lune… Il arrive désormais dans une version double compteur / date à 6 heures, équipée du calibre Omega Co-Axial 9300/9301. Côté boitier, cette nouvelle pièce affiche une taille très contemporaine de 44.25 mm et est disponible en acier, en or orange (si, si…) 18 carats ou en platine. Détails.


Omega : la Speedmaster se dote d’un calibre Co-Axial
Depuis son lancement il y a de cela plus d’un demi-siècle, l’Omega Speedmaster représente la quintessence de ce qu’est un chronographe classique : robuste et fiable, il présente des lignes qui défient le temps.

Et, depuis ce jour de juillet 1969 qui le vit accompagner des astronautes jusque sur la Lune, il est également connu sous son surnom : la « Moonwatch ».

Bien qu’il partage plusieurs éléments clés avec la Speedmaster Professional originelle –le cadran noir, les aiguilles typiques de la Moonwatch et un tachymètre noir gravé sur la lunette– il présente également quelques caractéristiques qui lui sont propres.

Le chronographe Speedmaster Omega Co-Axial présenté ici possède un boîtier de 44.25 mm de diamètre façonné dans de l’acier inoxydable, un métal qui est depuis toujours associé à la Speedmaster Professional. Ce modèle, aux aiguilles blanches vernies et au cadran noir biseauté comprenant des éléments imprimés en blanc, est disponible sur un bracelet de cuir noir ou en acier inoxydable.

Le cadran présente deux compteurs au lieu des trois normalement associés à la Speedmaster (les « puristes » risquent d’apprécier moyennement cette évolution). Ceci a été rendu possible par le positionnement des aiguilles des compteurs 12 heures et 60 minutes du chronographe sur le compteur situé à 3 heures, « permettant une lecture confortable et intuitive des temps affichés par le chronographe » souligne le communiqué.

Omega : la Speedmaster se dote d’un calibre Co-Axial

Omega : la Speedmaster se dote d’un calibre Co-Axial
Ce nouveau chronographe Speedmaster présente un boîtier découlant d’un concept unique : son verre saphir inrayable présent du côté cadran de la montre se dédouble pour doter le fond du boîtier d’un verre similaire. Ce dernier, avec son traitement antireflets, révèle parfaitement la beauté du mouvement.

Ce nouveau modèle est également disponible dans une surprenante version en or orange 18 carats présentant un cadran en céramique noire et dans une élégante version en platine 950 dotée d’un cadran en email noir. Ces deux versions sont rehaussées par des aiguilles, index et appliques en or 18 carats.

Le calibre Co-Axial 9300/9301

Le calibre Omega Co-Axial 9300/9301 est un nouveau jalon s’inscrivant dans la révolution de l’horlogerie mécanique qui débuta en 1999, lorsqu’Omega lança son échappement Co-Axial. « Non seulement ce nouveau mouvement réalise des prouesses en matière d’exactitude, mais il est également le premier des calibres maison exclusifs d’Omega à incorporer les fonctions de chronographe » précise le communiqué de la marque.

Ce chronographe à roue à colonnes se distingue par les aiguilles des compteurs 12 heures et 60 minutes de sa fonction chronographe placées ensemble sur un même compteur situé à 3 heures. Cet arrangement bien connu des aiguilles, qui reprend la disposition habituelle des aiguilles des heures et des minutes du cadran principal, permet une lecture intuitive des temps affichés par le chronographe. L’aiguille centrale des secondes du chronographe et une petite seconde permanente située à 9 heures complètent l’ensemble.

Les deux poussoirs contrôlant les fonctions de chronographe fonctionnent de manière totalement indépendante, de sorte que le mécanisme du chronographe soit protégé, même en cas de manipulation erronée.

A l’image des autres mouvements maison dotés de l’échappement Co-Axial, le calibre Omega 9300/9301 présente un motif décoratif connu sous le nom de « Côtes de Genève en arabesques ».
Le mouvement possède également une fonction de fuseau horaire permettant à l’utilisateur d’ajuster l’aiguille des heures sans influencer la marche de l'aiguille de seconde, un avantage particulièrement prisé par les voyageurs.

Le mouvement est de plus équipé d’un spiral en silicium. Le silicium est un élément amagnétique et n’est donc pas influencé par les… champs magnétiques. Cette qualité, combinée à la résilience du silicium permet aux spiraux, produits par un procédé de gravure sur une plaque de silicium, de voir leurs performances chronométriques encore améliorées. De plus, le silicium présente un vieillissement très faible et lent. Le niveau de fiabilité découlant de l’association de la technologie du Co-Axial et du spiral en silicium se veut « si remarquable » que la marque accompagne ses montres équipées d’un échappement Co-Axial et d’un spiral en silicium d’une garantie totale de quatre ans.

Omega : la Speedmaster se dote d’un calibre Co-Axial
L’échappement Co-Axial d’Omega

Le lancement en 1999 par Omega de l’échappement Co-Axial avait mis le monde horloger en émoi. Ce n’était en effet rien moins que le premier échappement horloger utilisable dans la pratique développé depuis quelques 250 ans. Les composants de l’échappement Omega Co-Axial diffèrent considérablement de ceux utilisés pour le traditionnel échappement à ancre suisse qui fût longtemps le principal échappement utilisé par l’industrie horlogère.

L’échappement Co-Axial consiste en un plateau comportant une palette et une cheville de plateau, une ancre possédant trois palettes, ainsi qu’une roue d’échappement co-axiale comportant trois niveaux (une roue co-axiale, un pignon co-axial et un pignon de transmission) et engrenant avec la roue intermédiaire et le rouage. Les avantages du Co-Axial. « Comparé à l’échappement à ancre suisse, l’échappement Co-Axial prouve rapidement sa supériorité » assure encore la marque.

Dans tout échappement horloger, de l’énergie doit être transmise à l’oscillateur pour en maintenir la fréquence. Dans un échappement à ancre suisse, l’impulsion implique une dent de la roue d’échappement glissant le long de la surface inclinée de la palette. Ce glissement génère un frottement considérable, nécessitant une lubrification parfaite pour permettre à l’échappement de fonctionner correctement.

Par contraste, l’échappement Omega Co-Axial transmet l’énergie en utilisant des impulsions radiales. Comparé au mouvement glissé de l’échappement à ancre, l’échappement Co-Axial, avec ses surfaces de contact réduites et son impulsion radiale, présente des forces de frottement nettement diminuées. Les surfaces lubrifiées subissant ainsi moins d’usure, l’échappement bénéficie d’intervalles prolongés entre deux révisions.

Dans un échappement à ancre suisse, les impulsions s’opérant dans les deux sens (dans le sens des aiguilles d’une montre et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) sont transmises indirectement de la roue d’échappement au plateau en passant par l’ancre. Il en résulte une importante perte d’énergie. Dans le cas de l’échappement Co-Axial d’Omega, l’impulsion produite dans le sens des aiguilles de la montre est directement transmise par les dents de la roue d’échappement à la palette située sur le plateau, avec pour résultat d’améliorer son efficacité mécanique. L’échappement Co-Axial bénéficie ainsi d’une plus grande stabilité dans son niveau de précision.

L’échappement Co-Axial et le balancier à inertie variable

L’échappement OMEGA Co-Axial est utilisé conjointement à un balancier à inertie variable. Au lieu de changer la longueur active du spiral en agissant sur la raquette, la marche de la montre est ici réglée en modifiant le moment d’inertie du balancier. Ce réglage se fait par des microvis en or fixées sur la serge du balancier. Cette construction associant un échappement Co-Axial et un balancier à inertie variable améliore la résistance aux chocs quotidiens.

« Avec sa fonction chronographe à roue à colonnes, sa fiabilité remarquable et sa garantie de quatre ans, ce garde-temps tient la promesse faite par l’horloger anglais George Daniels, l’inventeur de l’échappement Co-Axial. Il avait en effet pressenti que la technologie du Co-Axial « prolongera la popularité des montres mécaniques durant tout le XXIe siècle et au-delà » » conclut Omega dans son communiqué.

Montres-de-luxe.com | Publié le 1 Mai 2011 | Lu 7079 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques