RICHARD MILLE


Richard Mille Tourbillon RM 56-02 Saphir

L’horloger d’avant-garde Richard Mille présentera en exclusivité à l’occasion de la prochaine édition de Watches & Wonders qui se tiendra à Hong Kong début octobre, la Tourbillon RM 56-02 Saphir, une montre d’exception dont il a le secret… Un garde-temps qui devrait dépasser les deux millions de dollars pour une édition de dix pièces pour le monde. Un modèle réalisé dans un boitier en saphir qui accueillera un calibre mécanique tourbillon fixé par câbles…


Richard Mille Tourbillon RM 56-02 Saphir
La présentation il y a trois ans du tourbillon Chronographe à rattrapante RM 056 Saphir a marqué un véritable tournant dans les accomplissements techniques horlogers. De fait, jamais un boîtier au dessin aussi complexe n’avait jusqu’alors été usiné en saphir pour y loger un calibre. Par la suite, cette pièce a conduit à la création de la RM 56-01 qui repoussait encore les limites en intégrant d’autres composants en saphir comme la platine, les ponts de centre et la roue de petite moyenne. 

Cette année, le Tourbillon RM 56-02 Saphir s’inspire de l’architecture mécanique du modèle RM 27-01 Rafael Nadal et de son mouvement fixé par câbles. De fait, la platine fabriquée en titane grade 5 est entièrement suspendue au coeur du boîtier en saphir par un câble unique et tressé, de 0,35 mm d’épaisseur, spécialement conçu pour ce modèle (voir photo ci-dessous).

Richard Mille Tourbillon RM 56-02 Saphir
Ce dernier est maintenu par un système de 4 poulies fixées aux extrémités du mouvement, complété de 6 autres sur le pourtour du mouvement. La tension du câble est parfaitement contrôlée par un rochet miniature à 9 heures. L’ensemble du câble est relié à un indicateur indépendant situé sous l’index à 12 heures, permettant de procéder très facilement à un contrôle visuel de sa tension pour s’assurer qu’elle respecte toujours les normes prévues.

Grâce à l’expérience acquise lors de l’élaboration des deux modèles précédents, d’autres parties ont elles aussi été optimisées afin d’accentuer la transparence de cette pièce hors norme et conduire ainsi la lumière jusqu’au coeur même du mouvement. Ainsi, la RM 56-02 a donné l’opportunité aux ingénieurs d’augmenter le nombre de composants en saphir par l’ajout d’un pont de barillet, de centre et d’un pont de tourbillon redessinés pour l’occasion. Ce défi technique est venu couronner la famille de montres saphir, expression parmi tant d’autres de la créativité qui caractérise la marque.

Richard Mille Tourbillon RM 56-02 Saphir
Sa transparence résulte de la pureté des cristaux d’oxyde d’aluminium (Al2O3). La dureté de 1 800 Vickers (9 Mohs) écarte pratiquement tout risque de rayure hormis par le diamant. Réalisé à partir de blocs de saphir taillés dans la masse, le boîtier a été usiné à Lyss en Suisse par la Maison Stettler, spécialisée dans la fabrication de ce matériau.
 
Elle a assumé la difficile tâche de façonner les parties du mouvement et le boîtier tripartite ergonomique épousant la forme du poignet. Précisons qu’un seul boîtier nécessite 40 jours d’usinage sans interruption suivis de 400 heures indispensables aux finitions des différents ponts du mouvement. Ce dernier est traité antireflet des deux côtés de la lunette et du fond ; il est étanche jusqu’à 30 mètres grâce à deux joints toriques transparents en nitril et assemblés avec 24 vis spline en titane grade 5. Le bracelet en Aerospace Nano est un matériau développé en exclusivité pour Richard Mille par Biwi SA.

Montres-de-luxe.com | Publié le 17 Juillet 2014 | Lu 2892 fois