Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Seiko et l’affichage EDP : les nouvelles technos au look vintage


Seiko, le géant japonais de l’électronique et de l’horlogerie vient de dévoiler l’une de ses dernières nouveauté qui sera présentée au salon de Bâle 2011. Certes, il ne s’agit pas d’une montre mécanique, mais cette pièce est suffisamment hors-norme pour que nous vous la présentions dans nos colonnes… Il s’agit plus précisément d’une montre à encre électronique nouvelle génération combinant l’affichage à électrophorèse et le système d’affichage à matrice active… Euh… Explications.


Seiko et l’affichage EDP : les nouvelles technos au look vintage
A l’occasion du salon de Bâle 2005, Seiko dévoilait la première montre à encre électronique au monde, qui incorporait une toute nouvelle technique d’affichage : ultra fine, celle-ci offre un contraste remarquable et une visibilité accrue, quel que soit l’angle de vision (près de 180 degrés). La montre n’exigeait de plus qu’un faible niveau d’énergie pour une surface d’affichage quasi illimitée.

La montre « E-Ink » (à encre électronique) ou EPD (Affichage à électrophorèse) a suscité un grand intérêt et a même été récompensée par le Grand Prix d’Horlogerie de Genève en automne 2006. Depuis, cette technologie est de plus en plus comprise et appréciée des consommateurs, à travers notamment la popularité grandissante des livres électroniques.

Aujourd’hui, le géant nippon ouvre de nouvelles perspectives pour cette technologie innovante en développant une montre nouvelle génération dotée d’un affichage à matrice active. Ce nouveau système d’affichage conserve la lisibilité de son prédécesseur en offrant un affichage plus complet d’images et de données sur le cadran.

Rappelons que Seiko est la toute première marque horlogère à utiliser la technologie EPD à matrice active pour le fonctionnement d’une montre. La lisibilité de ce système est incroyable. Les informations affichées ont une résolution trois fois supérieure à celle d’une montre à cristaux liquides conventionnelle et le système permet d’afficher des chiffres, du texte et des graphiques sur l’écran avec une facilité de programmation accrue.

Par exemple, la date peut être redimensionnée ou affichée différemment selon la quantité d’informations à indiquer dans une zone donnée. La montre à encre électronique dévoilée en 2006 possédait un écran EPD constitué de quelques centaines de segments pré-positionnés, uniquement noir et blanc, tandis que la nouvelle possède 80 000 pixels, chacun capable de restituer quatre teintes différentes de gris.

Seiko et l’affichage EDP : les nouvelles technos au look vintage
- La résolution de 300 DPI permet des images claires et précises, même en petite dimension

Comparaison entre le système à segment et le système à matrice 80 000 pixels, délivrant chacun 4 teintes différentes et permettant une résolution d e 300 DPI (points par pouce)

Système à segment (en haut) : écran comportant des segments prédifinis dans des couleurs spécifiques dans une position spécifique.

Système à matrice (en bas) : écran utilisant une multitude de petits points capable d’afficher différents tons à différentes positions.

- Les quatre nuances de couleur de gris (ci-dessous) permettent plus de liberté graphique avec des perspectives.

Seiko et l’affichage EDP : les nouvelles technos au look vintage

Seiko et l’affichage EDP : les nouvelles technos au look vintage
Comme le savent les utilisateurs d’e-books, le haut niveau de consommation des dispositifs à grand écran limite leur réserve de marche.

Avec cette nouvelle génération de montres EPD, le problème est résolu.

Le géant nippon a réussi à réduire la consommation d’énergie de manière considérable à tel point que, à taille identique, la montre consomme seulement 1/100ème de l’énergie nécessaire au fonctionnement d’un e-book.

Cette réussite technologique est issue de l’expertise Seiko dans la conception des circuits intégrés et de l’électronique de haute technologie.

Elle a été rendue possible grâce à trois innovations :

1. Un transistor à fines couches (TFT), qui contrôle les signaux envoyés à l’affichage.
2. Un circuit intégré à faible consommation d’énergie contrôlant le transistor TFT.
3. Un contrôleur EPD exploitant au maximum le potentiel de la technologie EPD.

Le vrai défi dans la conception de cette montre était de penser un écran assez large pour honorer les capacités d’affichage quasi infinies de la nouvelle E-ink tout en étant facile à porter à toutes occasions.
La marque a ainsi réduit les structures de boîte au minimum, -1 mm de largeur- afin d’obtenir une zone d’affichage aussi large que possible.

EPD est l’abréviation d’ « Electrophoretic Display » — affichage à électrophorèse en français — une technologie à base d’encre électronique. Electronic ink est un matériau breveté par Seiko, traité sous forme de pellicule en vue de son intégration dans des afficheurs électroniques. Bien qu’elle constitue un concept révolutionnaire, l’encre électronique est une simple fusion de chimie, de physique et d’électronique visant à créer un nouveau matériau.

Les composants principaux de l’encre électronique sont des millions de micro capsules, d’un diamètre semblable à celui d’un cheveu humain. Chaque microcapsule contient des particules blanches, chargées négativement, et des particules noires, chargées positivement, suspendues dans un fluide transparent. Lorsqu’un champ électrique négatif est appliqué, les particules blanches migrent vers le haut de la micro capsule, où elles deviennent visibles pour l’utilisateur. La surface apparaît alors blanche à cet endroit. Au même moment, un champ électrique opposé attire les particules noires vers le bas de la micro capsule, où elles sont cachées. En inversant ce processus, les particules noires apparaissent en haut de la capsule, ce qui rend la surface sombre à cet endroit.

*La microcapsule utilisée pour l’affichage à encre électronique est le « Vizplex Imaging Film » développée par E-Ink Corporation.

Spécificités techniques de la montre Seiko EPD

Seiko et l’affichage EDP : les nouvelles technos au look vintage
Calibre S 770

Boîtier : acier inoxydable
Bracelet : acier inoxydable, boucle déployante avec bouton-poussoir.
Revêtement acier inoxydable (SDGA001)
Revêtement doré (SDGA002)
Revêtement titane carboné (SDGA003)

Montre radio-pilotée à énergie solaire
Matrice active et affichage à électrophorèse
5 modes d’affichage des heures
Double fuseau horaire
Double affichage de l’heure
Lumière LED
Alarme
Calendrier automatique jusqu’au 31/12/2060

Verre saphir traité anti-reflets

Étanche 10 bar.

Prix de vente public conseillé : 999 euros

Informations consommateurs : 03 81 54 24 20

Montres-de-luxe.com | Publié le 2 Mars 2011 | Lu 15184 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques