Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Tudor Fastrider : un splendide chrono pour honorer un partenariat avec Ducati


Tudor poursuit le développement de ses partenariats, et dans la foulée, présente, les nouveaux modèles qui en découlent. Ainsi, alors que l’horloger helvétique vient de s’associer au constructeur de motos Ducati, qui fabrique de grosses cylindrées viriles et sportives, Tudor vient de dévoiler le chronographe Tudor Fastrider qui célèbre cette union. Une belle « bête » de 42 mm, en acier, qui offre les fonctions chrono/date et affiche une étanchéité à 150 mètres. Bref, une véritable sportive doublée d’une solide mécanique.


Tudor Fastrider
Le dernier jour de juin 2011 marque un nouveau tournant pour Tudor.

En effet, la marque d’horlogerie sportive franchit un nouveau cap, après avoir en 2009 redéfini en profondeur –et avec brio- son identité.

Ainsi, à partir du 30 juin 2011, Tudor devient « Timing Partner » du constructeur italien de motos Ducati, renforçant ainsi sa vocation sportive moderne.

Les affinités désormais bien établies de Tudor (ndlr : l’horloger est également partenaire de Porsche Motorsport) avec le monde des circuits l’amènent aujourd’hui dans l’univers du motocyclisme, un monde dans lequel Ducati jouit d’une renommée amplement méritée.

Cette collaboration d’envergure est célébrée comme il se doit par une montre commémorative, et, de manière plus générale, par l’ensemble de la collection présentée à l’occasion de Baselworld 2011 sous le nom évocateur de Fastrider : une série de nouveaux chronographes, des montres spécifiquement destinées à la mesure des temps courts, apanage des courses de vitesse.

« Ce partenariat associant l’un des grands noms de l’industrie horlogère helvétique et l’une des icônes de la mécanique du « made in Italy » s’impose à vrai dire comme une évidence, tant les concordances sont nombreuses entre les deux maisons » assure le dossier de presse.

Si leur année de naissance commune (1926) n’est qu’une coïncidence de bon augure, il n’y a en revanche aucune trace de hasard dans la convergence des philosophies animant Tudor et Ducati, qui conduit aujourd’hui à de nombreuses synergies. Les points communs entre les deux marques sont en effet frappants, au-delà de la date de fondation. « Ainsi de la recherche constante de la performance et d’un design original, alliée à un style sportif raffiné et identifiable au premier coup d’œil » remarque encore le communiqué de l’horloger.


Tudor Fastrider Ducati
Et d’ajouter : « quant aux qualités de vitesse des puissants moteurs Ducati à distribution desmodromique, soutenus par la solidité des cadres sur lesquels ils sont montés, ils appellent la comparaison avec les propriétés reconnues de résistance, de fiabilité et de précision des montres Tudor ».

Celles-ci furent d’ailleurs dès 1952 représentées dans les annonces publicitaires de la presse écrite au poignet de motocyclistes, comme pour attester de leurs qualités de style et de performance sportive.

On retrouve ces convergences entre les deux marques –étapes obligées d’un parcours commun bien plus que simples coïncidences– en 1946.

Alors que Ducati lance la production de son premier moteur, le « Cucciolo », qui devient immédiatement célèbre dans le monde entier, la société Montres Tudor SA voit officiellement le jour à Genève, prélude au lancement, couronné de succès, du modèle Tudor Oyster.

Dans les années qui suivent, les deux sociétés s’emploient à réaliser des lignes de produits toujours plus typées (le Chronographe Oysterdate, aujourd’hui Heritage Chrono, chez Tudor, et la moto Monster, pour Ducati, sont des exemples éclatants de produits emblématiques à succès, au style ultra sportif, expressions parfaites de l’esprit des deux marques). En 2007, autre parallélisme notable dans la réalisation d’objectifs importants : alors que Tudor négocie le virage qui amènera à la marque sa visibilité actuelle, Ducati remporte son premier championnat du monde en Moto GP, avec un doublé titre pilotes et titre constructeurs.

Ainsi, en annonçant le 30 juin 2011 au Musée Ducati de Borgo Panigale leur étroite collaboration, Tudor et Ducati se retrouvent sur un parcours entamé voici près d’un siècle, unis par une forte convergence d’objectifs et par le désir d’une collaboration fructueuse.

Même si elles diversifient leur gamme de produits, les marques qui s’appuient sur une tradition authentique et éprouvée sont toujours amenées, avec le temps, à concentrer leur bagage technique et esthétique sur un petit nombre de modèles de pointe, qui deviennent leurs produits emblématiques.

Il en est ainsi, chez Ducati, de la Monster ou, aujourd’hui, de la Diavel ; chez Tudor, on peut en dire autant de la ligne Fastrider, dont le nom renvoie immédiatement à l’univers viril des courses motorisées.

Cette ligne est une série de chronographes en « V » en acier, équipés du calibre Tudor 7753 à remontage automatique, avec réserve de marche de 46 heures, d’un boîtier étanche de 42 mm de diamètre à la finition polie et satinée et disponibles avec bracelet en cuir ou en acier, ou avec un bracelet en tissu noir orné de trois lignes sportives –désormais devenues l’un des signes esthétiques distinctifs de Tudor– en écho au motif du cadran.

L’esprit résolument sportif de ces chronographes est souligné par les poussoirs, insérés dans la carrure par des cylindres en PVD noir qui évoquent des pistons de moteur, ainsi que par l’échelle tachymétrique (base 400) gravée sur la lunette.

Tudor se devait de marquer ce nouveau partenariat avec l’écurie motocycliste italienne : c’est chose faite grâce à un modèle Fastrider spécial, véritable édition commémorative, dotée des mêmes caractéristiques techniques que les autres modèles, mais rehaussée par des touches de rouge Ducati sur les bandes verticales du bracelet et sur le cadran, créant un contraste saisissant avec le tissu et les compteurs noirs. A coup sûr, le modèle qui sera le plus recherché par les amateurs de sensations fortes…

Spécificités techniques de la Tudor Fastrider

Tudor Fastrider Ducati
Mouvement chronographe mécanique à remontage automatique

Réserve de marche d’environ 46 heures

Boîtier acier, 42 mm, finition polie et satinée
Lunette avec échelle tachymétrique gravée
Couronne vissée, gravée du logo TUDOR
Poussoirs de chronographe avec cylindres en PVD noir
Compteurs totalisateurs 30 minutes à 3 h et 12 heures à 6 h
Petite seconde à 9 h
Date à 4 h 30
Correcteur rapide de date avec écusson en PVD à 9 h sur la carrure
Glace saphir

Etanche à 150 m

Bracelet acier ou cuir avec boucle déployante et fermoir de sécurité, ou tissu avec boucle ardillon

Référence 42000

Montres-de-luxe.com | Publié le 12 Septembre 2011 | Lu 5562 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques