Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Breguet et le Royaume d'Angleterre


A l’heure où le monde entier attend le couronnement de Charles III, qui arbore parfois une montre Breguet contemporaine, un régulateur de la collection Classique, revenons plus en détail sur les liens qui unissent depuis longtemps la maison Breguet au Royaume d’Angleterre et singulièrement à sa famille royale.


On le sait, le Roi Charles III porte très régulièrement une Toric de chez Parmigiani Fleurier.

Mais en plus de ce très beau chrono en or, il possède aussi une Patek Philippe Calatrava Disco Volante réf. 2551, un chrono Hamilton, une Santos-Dumont de chez Cartier, une Jaeger-LeCoultre Reverso en or jaune des années 80 et un régulateur Breguet qui lui fut offert pour ses 60 ans.
 
Alors que le monde entier attend désormais le couronnement de Charles III, revenons plus en détail sur les liens qui unissent depuis longtemps la maison Breguet (très proche des différentes familles royales au fil des siècles) au Royaume d’Angleterre et plus précisément à sa famille royale.
 
George III fut le premier roi d’Angleterre client de Breguet  
George III (1738-1820), qui règne depuis 1760, fut l’un des premiers clients de Breguet dès les années 1780. L’Angleterre fut en effet, l’un des premiers pays à s’intéresser à l’œuvre de ce jeune neuchâtelois de génie installé à Paris.
 
En voyage d’affaires à Londres au printemps 1789, Abraham-Louis Breguet espère se faire régler ses arriérés de paiement de la cour et vendre par la même occasion, d’autres pièces soit au roi, soit à son fils le Prince de Galles, futur George IV (1762-1830). Et ce sera d’ailleurs le cas.
 
Le père et le fils ne jurent que par Breguet, alors que, par ailleurs, Londres regorge d’horlogers talentueux… L’avant-gardisme technique et le « chic » du style Breguet les ont séduit fortement. En clients éclairés, ils acquièrent les plus belles pièces du maître.
 
Le Tourbillon Breguet n°1297 vendu à George III en 1808 sera le troisième tourbillon sorti des ateliers du Quai de l’horloge à Paris ; passé en vente aux enchères en 2020, il est considéré par les autorités britanniques comme méritant de faire partie du patrimoine national.
 
George IV, futur roi d’Angleterre alors régent, acheta à Breguet un Tourbillon et une Pendule Sympathique
Le futur George IV, qui exerce la régence au nom de son père malade, acheta un tourbillon en 1814 ; ce tourbillon est peut-être le plus prestigieux de tous. Il s’agit en réalité d’un modèle de démonstration de grand format que Breguet avait fait monter sur un cône.
 
Le maître accepta de se séparer de cette pièce qu’il avait exposé de nombreuses fois. En effet, il ne peut rien refuser à ce futur roi, grand amateur d’art féru de culture, qui est peut-être le plus fin connaisseur en horlogerie de tous ses clients.
 
La même année, le Prince-Régent –c’est alors son nom officiel- acquiert la Pendule Sympathique N° 666/721 toujours utilisée aujourd’hui par la famille royale au château de Windsor. Grâce à l’autorisation formelle de la Reine Elisabeth II (1926-2022), elle fut prêtée en 2009 au Musée du Louvre pour la grande exposition « Breguet, un apogée de l’horlogerie européenne ».
 
A ce titre, elle fut retirée pour trois mois de la chambre à coucher de son époux le prince Philip, Duc d’Édimbourg.
 
Mais ce n’est pas tout, le Prince-Régent qui devint le roi George IV en 1820 achètera aussi un régulateur de parquet à deux mouvements (toujours dans les inventaires de la Royal Collection) ainsi qu’une montre à deux mouvements à résonnance et plusieurs autres pièces dont une montre de carrosse en or.
 
Breguet conçut pour la reine Victoria, une montre très plate dotée d’un système de remontoir sans clé
Le 27 juillet 1838, c’est à la jeune reine Victoria que la maison livre la montre Breguet N° 5102, une montre très petite et très plate à cadran excentré dotée de la fonction –encore très peu courante et introduite par la maison Breguet en 1830- de remontage au pendant par un bouton moleté.

Pour autant, l’histoire ne dit pas si la reine portera cette montre tout au long de son très long règne qui ne s’achèvera qu’en 1901.
 
La montre N° 4420, qui fait partie des collections du musée Breguet, fut offerte par George IV
au duc de Hamilton qui se trouve être l’ancêtre d’Albert II de Monaco

Aujourd’hui, le musée Breguet a la chance de posséder une montre royale chargée d’histoire : la Breguet N° 4420. Acquise par George IV en 1825, elle fut offerte par le roi à l’un de ses proches, le duc de Hamilton dont la fille Mary-Victoria épousera le Prince Albert 1er de Monaco, arrière-grand-père du Prince Albert II.

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Avril 2023 | Lu 2871 fois







Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail