Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Chopard L.U.C. Full Strike "Dia de los Muertos" : à l'heure des morts


C’est devenu une tradition, chaque année, Chopard honore la culture mexicaine avec une édition de garde-temps spécialement dédiée aux festivités de la Fête des Morts. Cette année, c’est une pièce unique de son modèle à répétition minutes L.U.C Full Strike en or blanc entièrement gravé à la main qui s’habille de motifs mexicains. Détails.



Une nouvelle fois, Chopard a consacré une pièce unique de haute horlogerie au grand salon horloger mexicain, le SIAR, qui se tient à Mexico. Inspiré par le « Día de los Muertos » et son imaginaire graphique unique au monde, la manufacture associe cette année, le thème de la Calavera à sa montre à répétition minutes.
 
La thématique « Día de los Muertos » s’illustre tout d’abord sur son cadran qui s'empare des éléments visibles du mouvement pour les transformer en éléments graphiques.
 
Ainsi, les marteaux de la répétition minutes deviennent un œil. De même, le régulateur à inertie, qui définit le rythme de la sonnerie, intègre la moustache de la Calavera et ajoute à son asymétrie, alors que l'indicateur concentrique de réserve de marche prend la forme du second œil !

La lunette, sertie de saphirs taille baguette, entoure cette tête de mort d'un halo bleu. Enfin, les gravures du boîtier en or éthique blanc exécutées à la main parachèvent un ensemble dédié à cette fête des Morts qui célèbre avant tout la vie, le souvenir et l'éternité.
 
La totalité de la boîte, sa carrure et ses cornes sont gravées par les mains d’un artisan spécialisé des ateliers. Les motifs sont repris de l'iconographie de la Calavera, issue du syncrétisme entre les traditions ancestrales mexicaines et le catholicisme. Pas un millimètre carré n'est épargné par le burin et le ciseau, qui laissent une empreinte faite de crânes, guitares, oiseaux et squelettes.
 
Le cadran fait également l’objet d’un soin particulier. Sa base est en or blanc guilloché sur les parties extérieures. Elle est ensuite gravée selon la technique du champlevé pour que les contours de la tête de mort, sa moustache, son nez, tous ses tatouages et la signature L.U. Chopard soient laissés en relief. Le reste de la surface est alors garni d'une laque de couleur bleue. Enfin, les dernières touches sont apportées : des plaquettes de nacre sont posées sur le cadran pour y former un sourire édenté serti de sept diamants.

Cette pièce unique bat au rythme d’un mouvement mis au point par Chopard Manufacture en 2016. Le L.U.C 08.01-L est une répétition minutes sonnant les heures, les quarts et les minutes dans un son aussi pur que le cristal. En effet, le verre qui protège le cadran, et les timbres qui donnent l'heure par voie sonore, forment une seule et même pièce !
 
Usiné d'un seul tenant dans un bloc de saphir, sans soudure, ni vis, ni colle, il offre à la montre une intensité sonore unique et exceptionnelle. Cette construction, toujours sans équivalent, a fait l’objet d'un des nombreux brevets déposés par Chopard lors des quelque quinze mille heures nécessaires à la conception du calibre L.U.C 08.01-L -en 2017, le GPHG en a d’ailleurs reconnu la prouesse en décernant l’Aiguille d’Or au modèle L.U.C Full Strike en or rose.
 
Les répétitions minutes sont naturellement exposées à des risques de casse lors de mauvaises manipulations. Afin d'offrir au porteur une parfaite expérience de porter, son mouvement a fait l'objet de nombreux développements qui sécurisent le fonctionnement.

Ainsi, lorsqu’une sonnerie est ré-actionnée alors qu'elle est encore en cours, des pièces peuvent casser. Contre ce risque, le calibre L.U.C 08.01-L est muni d'un système de débrayage du poussoir de sonnerie, intégré dans la couronne. Lorsque la montre sonne, on peut actionner ce poussoir à volonté sans qu'il impacte le mouvement, car il en est déconnecté. Cette particularité fait l'objet d'un brevet déposé par Chopard
 
Quand le levier de déclenchement d'une répétition minutes n'est pas actionné à fond, la sonnerie peut être incomplète et la lecture sonore de l'heure imprécise. C’est pourquoi ce calibre dispose d'un barillet séparé, dédié à la sonnerie.

Il emmagasine une énergie suffisante pour douze sonneries complètes de l'heure la plus longue, soit les 32 frappes que l'on entend à 12h59 (douze pour les heures, deux fois trois pour les quarts d'heure, quatorze fois pour les minutes restantes).

Si l'énergie du barillet est insuffisante pour sonner tous ces coups, la sonnerie ne se déclenchera pas. Du reste, l'intensité constante de chaque frappe sur les timbres est garantie par ce barillet séparé. Enfin, les unités de temps non sonnées sont sautées (les connaisseurs apprécieront).

Ce garde-temps ne fait donc pas de pause silencieuse entre les heures et les quarts, ni entre les quarts et les minutes. Au contraire, il les enchaine, quelle que soit l'heure. Génial.
 
La réserve de sonnerie du mouvement est indiquée par l'aiguille la plus longue située à deux heures sur l’œil gauche de la Calavera, dans le compteur gradué au-dessus duquel se trouve une cloche. Dans le même espace, sur une échelle de lecture voisine, une aiguille légèrement plus courte indique la réserve de marche du mouvement, qui est de 60 heures.

Montres-de-luxe.com | Publié le 5 Novembre 2021 | Lu 7881 fois






Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail