Daniel Bernard : un écailliste amateur de montres vintage


Daniel Bernard travaille l’une des plus belles matières premières au monde qui soit : l’écaille de tortue. Mais ce n’est pas sa seule passion. En effet, au-delà des lunettes, des peignes, des bracelets ou encore des cadres, l’homme aime les montres. Mais celles d’avant les années 80 uniquement !



Votre toute première montre ?
Je me souviens très bien. Ma toute première « vraie » montre était une Omega Speedmaster de 1969.
 
Votre tout dernier achat en date ?
Mon tout dernier achat, c’était une Jaeger-LeCoultre Memovox de 1964, un équilibre parfait entre la couleur de son cadran, la taille de son boitier et le design de la montre.
 
Votre prochain achat ?
Ah, je sais déjà ce que je veux. J’envisage de m’offrir un chrono Wittnauer professionnel. J’aime particulièrement la lunette de règle à calculs rouge et la taille de son boitier.
 
Etes-vous plutôt montre neuve ou montre d’occasion ?
Occasion pour la simple et bonne raison, c’est que je n’aime que les montres vintage. Les modèles antérieurs aux années 80… Donc, forcément, je n’achète que des montres d’occasion. La seule exception serait pour une FP Journe que j’achèterais neuve !
 
Etes-vous plutôt un acheteur réfléchi ou compulsif ?
D’une manière générale, je suis plutôt un acheteur réfléchi, mais je dois avouer qu’il peut m’arriver d’acheter une montre de manière compulsive si elle me plait vraiment et que le prix est bon.
 
Quelles sont les trois caractéristiques indispensables pour qu'une montre vous plaise ?
Vous l’aurez compris, pour qu’une montre me plaise, il faut que la taille de son boitier me convienne. Ensuite, je fais toujours très attention à la forme de la boite et puis enfin, il faut qu’elle date d’avant les années 80…
 
Vos trois marques préférées ?
Mes trois marques préférées sont Universal Genève, Omega et… FP Journe. Mais pour Journe, c’est encore à l’état de rêve… J’espère toutefois pouvoir m’en offrir une un jour !

Daniel Bernard est écailliste. Un métier quasiment disparu de nos jours. De fait, il ne reste en Europe que quelques artisans encore capables de travailler et réparer les lunettes ou autres accessoires en écaille de tortue, l’une des plus belles matières premières qui soit -issue à l’origine de la tortue caret (protégée)- qui va du presque noir au blond en passant par le « rouge cerise » ou encore le jaspé .
 
Daniel Bernard est donc l’un des rares, à encore être capable de vous confectionner une paire de lunettes en écaille sur-mesure -beaucoup plus noble que la corne- ou de réparer vos peignes, cadres, loupes, cuillères à caviar, poudriers, etc.
 
A noter qu’il possède l’une des rares montres au monde en écaille (voir ci-dessous): une Gérald Genta qui arbore un cadran et un boitier partiellement réalisé en écaille de tortue ! Etonnant d’ailleurs qu’aucune grande marque horlogère n’ait pensé à proposer de tels cadrans autrement plus luxueux que de la nacre !
 
Rappelons que l’écaille est un produit naturel extrêmement réglementé de nos jours (selon la fameuse convention de Washington) et que les écaillistes ne peuvent utiliser que la matière première déjà en stock. Jusqu’à épuisement…

Daniel Bernard
Tél : +33 6 64 15 14 40
Email : 
daniel@daniel-bernard.fr
Instagram : danielbecaillistecreateur




Montres-de-luxe.com | Publié le 5 Juin 2019 | Lu 2349 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos