Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

De Bethune DB28GS "Yellow Submarine" : du titane aussi chaud que l'or


Passé Maitre dans l’art de l’oxydation thermique des métaux, De Bethune explore toutes les nuances de couleurs résultant de la chaleur libérée par les réactions chimiques des aciers et du titane chauffés avec cette « sportive » de 44 mm dotées d’un boitier en titane qui offre ici une splendide couleur dorée, entre le bronze et l’or. Disponible à la demande, mais une édition limitée de 25 pièces.




Dans les ateliers De Bethune à l’Auberson dans le Jura Suisse, les particules deviennent lumineuses, les métaux –et le titane ici en particulier (la spécialité de la marque depuis des années)– émettent une lumière douce et chaleureuse. La matière s’oxyde, les propriétés se modifient, les surfaces se transforment, des couleurs naturelles inédites apparaissent.
 
Pour rappel, De Bethune a mis au point en 2019, un titane de couleur chaude (en opposition à la couleur froide du bleu) avec des nuances naturelles d’ambre ou de blond fauve, qui font écho à la couleur du feu, du soleil, de la chaleur et de la richesse.  
 
Pour ce faire, la marque horlogère utilise sa fameuse technique qui consiste à oxyder le titane grade 5 pour en colorer sa surface, naturellement. Ce rituel offre un jaune brun rare, assez extraordinaire, d’autant que ce savoir-faire est appliqué tant aux éléments du boîtier qu’à la plupart de ceux du mouvement !

Chaque composant est ainsi étudié individuellement car le processus doit être adapté en fonction de sa forme et de sa masse. Cette étape préalable s’avère indispensable pour obtenir une gamme de tons uniformes. Pourtant, la touche humaine et les typologies des matériaux font que d’infimes variations perdurent...

La DB28GS « Yellow Submarine » a été pensée et développée pour être une montre sportive. Partant du constat qu’une montre de sport doit proposer une lisibilité parfaite par tous les temps et dans toutes les situations possibles, un éclairage inédit et très ingénieux a été mis au point.
 
Ainsi, pour illuminer la montre et le mouvement de l’intérieur, une source de lumière est produite par un moyen entièrement mécanique qui fonctionne grâce au principe de dynamo. Un procédé similaire existe également chez Van Clef and Arpels et chez HYT.
 
D’apparence aussi simple que l’éclairage d’un vélo, pas d’électronique, pas de pile, entièrement mécanique… mais en vérité tout aussi compliqué que le timbre d’une répétition minutes, un bouton poussoir positionné à 6h permet de déclencher un petit rouage entrainé par le double barillet.

Ce rouage, par le biais d’une dynamo miniature, fournit l’énergie nécessaire à l’éclairage de la montre. Quelques secondes de lumière suffisent amplement pour lire l’heure, en pleine nuit ou dans les profondeurs abyssales de l’océan.

La lunette rotative a fait sa première apparition en horlogerie en 1952 au moment où sortent les premières « plongeuses ». Elle permet de calculer avec précision la durée d’immersion et, de fait, le passage des différents paliers.
 
Habituellement, tous les chiffres liés au compte-minute sont indiqués sur la lunette, ce qui la rend de facto visuellement plus lourde. Pour la DB28GS « Yellow Submarine », c’est la glace saphir animée par la lunette qui porte ces indications. D’un diamètre de 44 mm, celle-ci peut grâce à ce système développé dans les ateliers de la manufacture à l’Auberson, conserver une finesse donnant une allure sport-chic à l’ensemble.
 
A remontage manuel, avec une seconde centrale et 5 jours de réserve de marche avec l’indicateur sur le cadran, le mouvement est équipé de la dernière génération de balanciers de la maison. La présence du couple balancier titane/or gris et spiral à courbe terminale plate, « assure un rapport masse/inertie idéal pour une fréquence optimale de 28 800 A/h adaptée aux montres bracelet » précise la marque dans son communiqué.
 
Et d’ajouter : « ses propriétés sont multiples : aérodynamisme, rendement optimisé, fiabilité, qualité réglante, thermocompensation, anti-magnétisme… ce qui est concret : De Bethune a déjà amélioré le rendement du couple échappement-oscillateur traduit par un gain de +20% de ses réserves de marche ».
 
Le calibre est aussi équipé du système triple pare-chute d’absorption des chocs. De Bethune a non seulement été le premier à concevoir un pont permettant de maintenir parfaitement le balancier dans sa position, mais a aussi ajouté deux amortisseurs de chocs, un à chaque extrémité, en plus de l’amortisseur du balancier lui-même. D’où le nom de triple pare-chute.
 
Étanche à 105 mètres (10 ATM), la DB28GS « Yellow Submarine » ne déroge pas à la règle stricte du confort au porter que De Bethune applique généralement à ses pièces et particulièrement à la collection DB28. Un confort exceptionnel qu’elle doit à la combinaison de la légèreté du titane du boîtier, la douceur de sa finition poli main, la position à 12h de sa couronne et surtout à la présence du système breveté de berceaux mobiles qui s’adapte à la taille et aux mouvements du poignet.
 
L’ensemble est livré avec deux bracelets : en toile et un en caoutchouc naturel strié avec boucle déployante en titane. Compter 95.000 francs suisses hors tva.

Montres-de-luxe.com | Publié le 20 Octobre 2020 | Lu 3869 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances