Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Drouot : Magnin Wedry propose une belle vente aux enchères de montres de gousset


Le 9 novembre prochain, la maison de ventes Magnin Wedry proposera aux enchères à Drouot (Paris) une collection issue de la succession d’un amateur parisien de près de trente montres de gousset des plus grands horlogers. Pour collectionneurs éclairés. A partir de 2.000 euros.



Dans cette vente, l’horloger Charles Oudin s’avère particulièrement bien représenté avec des montres provenant des différents ateliers qu’il a occupé à Paris. Citons également la présence de Breguet, de Patek Philippe (bien sûr) et de N. Woronzow et Giteau, élève de Breguet.
 
Rappelons que Charles Oudin, issu d’une grande famille d’horloger, fut l’élève d’Abraham-Louis Breguet. Lors de son apprentissage, il développa un astucieux dispositif d’équation du temps, permettant aux montres de souscription de Breguet d’indiquer le temps vrai (heure du soleil), comme le temps moyen, universellement utilisé dans la vie courante.
 
En 1801, Charles Oudin établit son atelier dans le Palais-Royal, Galerie de Pierre, no 65. En 1809, Il est mentionné au numéro 52, rue de Richelieu, Palais du Tribunat. De nos jours encore, on peut y admirer son enseigne en mosaïque incrusté dans le pavé, où figure son titre d’« Horloger de la Marine française ».
 
Charles Oudin restera implanté dans ce quartier toute sa vie, bien que les adresses varieront quelque peu : Galerie de Pierre, 52 (en 1811) ; Palais Royal, 52 (en 1812) ; et Palais Royal, Galerie Montpensier, 52, en 1845.

Le 30 juin 1836, Charles Oudin cède son fonds de commerce à son fils Charles Raymond, qui continuera l’activité de son père. En 1899, alors sous la direction d’Amédée Charpentier, la maison est transférée au 17, avenue de l’Opéra.
 
La maison Charles Oudin participe également aux grandes expositions, d’abord nationales - les Expositions des produits de l’industrie française - puis internationales - les Expositions Universelles - qui ont marqué le XIXe siècle.
 
Parmi les Expositions des produits de l’industrie auxquelles la maison participe, on peut citer celles de 1806 et 1819. En 1806, Charles Oudin reçoit une médaille pour une montre se remontant par le pendant - un exploit à l’époque. Charles Oudin est également présent aux Expositions Internationales de Londres en 1862 et de Paris en 1867.

Montres-de-luxe.com | Publié le 25 Octobre 2018 | Lu 828 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos