Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

F.P.Journe célèbre le 20ème anniversaire de sa boutique de Tokyo


L’horloger français François-Paul Journe a célébré vendredi dernier à Tokyo, le 20ème anniversaire de sa toute première boutique au monde, celle de la capitale japonaise, ouverte il y a vingt ans à Aoyama, l’un des quartiers les plus chics de Tokyo. Une belle occasion de recevoir ses clients, parmi les plus connaisseurs au monde tout en présentant sa toute dernière édition limitée : un chronographe FB en titane et or rose qui sera produit à 200 exemplaires pour le monde.



Pour célébrer le vingtième anniversaire de sa toute première boutique, celle de Tokyo au Japon, François-Journe avait vu les choses en grand : en effet, non seulement, de nombreux clients du monde entier avaient été invités (USA, Europe, Turquie, etc.) mais en plus, les directeurs de ses nombreux magasins avaient fait le déplacement. Une manière de les remercier !
 
Parmi les nombreux hôtes* de cette soirée, le « Français de l’étape » était le footballeur Bafétimbi Gomis, qui termine actuellement sa carrière comme attaquant au sein du club Kawasaki Frontale qui se trouve dans la grande banlieue de Tokyo.
 
L’homme possède un goût certain pour les belles montres. Il suffit de consulter son compte Instagram pour s’en convaincre ; de belles pièces de chez Patek Philippe, Audemars Piguet ou Rolex. Quand à F.P.Journe, il n’a pas encore la sienne mais son nom est sur la liste d’attente…

Rappelons que Tokyo revêt pour F.P.Journe un caractère un peu particulier. En effet, c’est là qu’il ouvrit il y a vingt ans, en 2003, sa toute première boutique exclusive au monde ; il y en a douze aujourd’hui.
 
Un flagship qui reste encore actuellement, parmi les plus grands de la marque. Celui de Los Angeles, gérée par le frère de François-Paul, sera le plus grand, doublant sa superficie dans les mois à venir.
 
Si cette boutique perd son statut de « plus grande en taille », en revanche, elle restera à jamais la toute première ouverte par l’horloger français, qui à l’époque, prit un énorme risque en se lançant dans cette aventure.

Plus concrètement, elle est située dans le très chic quartier d’Aoyama, en bas d’une rue dédiée au shopping : Prada y possède un immeuble de toute beauté tandis qu’Issey Miyake truste une partie de cette artère tokyoïte avec ses nombreux magasins.

Acne, Gentle Monster, Comme des garçons sont également tous installés dans cette rue. Bref, F.P.Journe est bien entouré. Sans compter les délicieux expressos du café Kitsuné, qui se trouve à cinq minutes à pied.
 
L’immeuble dans lequel se trouve cette boutique a été construit par l’architecte japonais de renom Tadao Ando (Louis Vuitton lui a même dédié un modèle de sac). Elle se compose de deux étages ; le second -tout comme à Paris d’ailleurs- accueillant un petit bar où les clients peuvent se retrouver autour d’un verre ou d’un café « comme à la maison » pour discuter horlogerie, bien sûr !

Le concept de boutique où « l’on se sent comme chez soi » est devenu une grande tendance dans l’ultra-luxe mais rappelons que François-Paul, fut l’un des tous premiers, voire le premier, à lancer cette idée ; l’horloger marseillais souhaitant accueillir comme il se doit, ses clients et les amis de la marque dans les meilleures conditions possibles.
 
Un concept repris depuis dans tous les magasins F.P.Journe dont Londres qui est le dernier en date.
 
Aussi étonnant que cela puisse paraitre, Tokyo fut la première boutique Journe en propre qui fut ouverte par la marque. Paris n’arrivera que cinq ans plus tard, en 2008…

D’ailleurs, Monsieur Journe lui-même s’en amuse : « Pendant des années, mes amis Japonais m’ont demandé : mais pourquoi avoir ouvert à Tokyo ? Et moi comme un crétin, comme un « baka », je répondais à chaque fois la même chose : parce que j’aime cette ville, parce que j’aime la culture et j’aime la nourriture japonaise »…

Et l’horloger français de poursuivre : « puis un jour j’ai compris le sens de leur question. J’ai compris quand j’ai ouvert la boutique de Paris, cinq ans plus tard. J’ai compris que mes amis japonais me demandais pourquoi j’avais ouvert une boutique au Japon avant même d’en avoir ouverte une dans mon pays, en France ! ».
 
Le fait est que François-Paul Journe est un horloger « star » au Japon. Et le mot n’est pas usurpé. On le retrouve dans certains manga spécialisés (dans le magazine horloger japonais Chronos par exemple) ; quant à la presse horlogère, elle adore ses créations tous comme les clients japonais qui connaissent parfaitement ses produits et savent les apprécier à leur juste valeur.

Et puis, il y a la proximité de l’homme, de l’horloger, qui vient sur place régulièrement pour rencontrer ces amateurs, pour parler avec eux, pour échanger sur l’horlogerie.

C’est également un pays où Journe vend beaucoup de montres d’hommes à des femmes. C’est courant de nos jours dans l’ensemble des grandes marques horlogères, mais les Japonaises furent parmi les premières à s’offrir des montres masculines F.P.Journe ! Et pas que des modèles élégantes ! Mais également, des Octa ou des Chronomètres Souverain.
 
Quelques éditions** très limitées ont d’ores et déjà été produites pour le marché japonais et/ou pour sa boutique d’Aoyama (toujours en titane et or rose, l’une des leurs caractéristiques). 
 
Rappelons également que certaines pièces F.P.Journe furent aussi créées pour des ventes aux enchères caritatives. Ce fut le cas du tout premier Centigraphe Sport (le numéro 001) qui fut vendu 326.000 euros par Christie’s au profit d’une association oeuvrant pour les victimes de Fukushima.

On se souvient que pour le 15ème anniversaire de la boutique tokyoïte, la manufacture genevoise n’avait pas présenté d’édition spéciale. Mais François-Paul avait alors promis une pièce anniversaire pour les vingt ans !
 
C’est donc chose faite avec cette édition limitée à 200 exemplaires de ce chronographe FB en titane et or rose de 40 mm qui embarque le nouveau calibre en or rose 1518.2. Un garde-temps important et symbolique, car il s’agit-là de la toute dernière édition limitée qui sera jamais produite par la marque.
 
En effet, comme François-Paul Journe l’avait annoncé dans son journal, il y a un an : « les petites éditions limitées sont principalement touchées par la spéculation, c’est pour cela qu’après 2024, je ne ferai plus de séries limitées ».

Mr Journe étant un homme de parole, il a bel et bien dévoilé une édition limitée pour les vingt ans de Tokyo, comme promis il y a cinq, mais ce sera la toute dernière, comme annoncé l’an passé ! Cette pièce d'exception marque donc clairement un jalon dans l'histoire de la marque et ne sera jamais reproduite.
 
Jean-Philippe Tarot
 
*croisé également lors de cette soirée, le célèbre horloger japonais Naoya Hida, qui travailla quelques temps pour F.P.Journe et qui vient de dévoiler sa toute première montre de forme ! Splendide.

**Pour le lancement de la boutique de Tokyo, F.P.Journe avait présenté une édition limitée de 20 exemplaires d’un Chronomètre Souverain, suivi en 2006 par un Chronomètre à Résonance en douze exemplaires, puis par un Tourbillon Souverain en 2007 à 20 exemplaires et une Octa Perpétuelle en 2009 à 99 exemplaires.
 
Il faudra attendre 2016 pour que la manufacture présente à nouveau une nouvelle édition limitée pour célébrer, à l’époque, les dix ans de ses dix boutiques dans le monde. Il s’agissait d’un Centigraphe Souverain produit à 80 exemplaires.

Toutes ces montres possèdent un boitier en titane avec couronne et poussoirs en or rose, cadran ruthénium, sur bracelet bordeaux.

Montres-de-luxe.com | Publié le 31 Mai 2024 | Lu 2049 fois







Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail