Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



John Hardy, le joaillier éthique fête ses quarante ans


En cet automne 2015, John Hardy la marque joaillière d’origine canadienne mais « made in Bali », célèbre ses quarante ans d’existence. Pour cette occasion, revenons sur l’histoire de ce grand nom du luxe qui fut l’un des pionniers dans le domaine du commerce équitable.



A l’origine, John Hardy est un artiste canadien. Dans les années 70, il se rend à Bali pour des vacances… A l’époque, l’île est encore très préservée du tourisme de masse qu’elle connait actuellement et qui a partiellement détruit le charme de ce petit paradis sur terre… L’homme est vite séduit par la vitalité du lieu, par la gentillesse de ses habitants et surtout, par leurs savoir-faire artisanaux en matière de bijouterie et de joaillerie…
 
1975 : l’artiste canadien décide de s’installer de cette partie de l’Indonésie et de créer sa propre marque de bijoux. Mais l’homme ne souhaite pas arriver là en conquérant et « profiter » des Balinais en les faisant travailler à bas prix pour revendre ses produits des fortunes dans les pays occidentaux et aux Etats-Unis. Bien avant que ce ne soit à la mode, il met en place un commerce équitable de la joaillerie et tient à ce que la nature soit respectée. Un précurseur !  

La plupart de ses créations (femmes, hommes et mixtes) s’inspirent des coutumes et de croyances locales (l’énergie créative de l’artisan doit se transmettre à celui qui porte son bijou), font travailler les artisans d’Ubud qui sont payés correctement et permettent de surcroit, de maintenir des savoir-faire ancestraux, qui sans l’arrivée de cette marque sur le marché, auraient peut-être à jamais disparu. D’ailleurs, aujourd’hui, ce petit village situé au centre de Bali, est entièrement dédié à la bijouterie, à la joaillerie et à l’orfèvrerie. 
     
Tout est fait sur place en Indonésie : des croquis préparatoires à la réalisation des pièces proprement dites en passant par la fabrication, le taillage des pierres, le sertissage, le polissage… La marque utilise entre autre de l’or et de l’argent recyclés et des pierres semi-précieuses et précieuses de la région.

Parmi ses créations on retrouve très souvent le Macan (le tigre) qui symbolise le courage, la force et la passion, mais aussi le cobra qui illustre la transformation et la renaissance et le Naga (le dragon) qui représente l’amour éternel, la prospérité et la protection. Enfin, l’aigle évoque la liberté et l’indépendance tandis que le bambou est un hymne à la protection de la nature. A noter que pour chaque pièce de la collection « bamboo » achetée, un bambou est planté (un million de végétaux à ce jour). Les boites de ses bijoux sont également réalisées en bambou.
 
Les bijoux (la marque a été revendue depuis sa création) sont présents dans 27 pays mais pas en France… Et auprès de 600 détaillants dans le monde. John Hardy possède ses propres boutiques à Hong Kong, Djakarta et Bali -notamment à l’aéroport de Denpasar. On trouve également J.H. dans des corners installés au sein des grands magasins les plus renommés de la planète (Bloomingdales, Isetan, Lane Crawford, Neiman Marcus, Rustan’s, Saks Fifth Avenue, Tangs et Tsum).
 
www.johnhardy.com





Montres-de-luxe.com | Publié le 27 Novembre 2015 | Lu 1234 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos