Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Löbner : une nouvelle marque horlogère de Glashütte en exclusivité chez Bucherer Paris


Le détaillant horloger Bucherer vient de référencer au sein de son large catalogue de montres, en exclusivité pour le moment, la jeune marque horlogère Löbner dont les mouvements sont fabriqués en Suisse mais assemblés en Allemagne dans le village de Glashütte en Saxe…



Installés dans une petite vitrine au premier étage du magasin parisien, attention, vous pourriez passer à côté de ces tous nouveaux chronographes commercialisés depuis quelques jours en exclusivité par la maison Bucherer.
 
Löbner. Encore une nouvelle marque horlogère ! Pour autant, celle-ci propose des produits assez uniques jamais vus sur le marché : le chronographe Lobner Steelracer (en bleu ou en noir) et le chronographe Lobner Rocketman.
 
Cette marque horlogère vient tout juste d’être relancée par Matthias Düwel et quelques associés dont le designer horloger français Emmanuel Dietrich, bien connu des amateurs de montres pour sa montre Harnais de chez Hermès et sa marque éponyme lancée il y a quelques années.
 
Löbner s’inscrit dans un segment de prix relativement cher : en effet, il faut compter dans les 14.000 euros pour ces chronographes en acier. Le nom fait référence à une ancienne marque de montres allemandes fondée en 1862 par Franz Ludwig Löbner.
 
Une entreprise, et ceci explique le design et le concept même de ces garde-temps, qui était spécialisée dans les instruments de mesure et de chronométrage sportifs au 1/100ème et 1/1000ème de seconde ; elle fait partie de ces rares marques à avoir chronométré des épreuves olympiques mais aussi et surtout, des courses automobiles.

Pour le moment, Löbner propose trois modèles de 42,5 mm de forme légèrement tonneau, étanches à 100 mètres : deux en catalogue, les Steelracer avec cadran noir ou bleu et une édition limitée à 50 exemplaires, la Rocketman et son boitier noir en acier PVD noir et cadran noir et aiguilles dorées.
 
Deux choses interpellent de prime abord sur ces garde-temps de type « sport-chic avec bracelet intégré » (grande tendance) : le cadran, l’affichage du temps et le positionnement des différentes informations (qui n’est pas sans évoquer un régulateur) et le protège-couronne amovible et breveté et ses deux poussoirs intégrés -lorsque la couronne est protégée, il devient quasiment impossible de voir que cette montre est un chronographe.
 
On remarque que le tachymètre base 400 de la Rocketman, situé sur le réhaut, possède une petite indication au niveau des 256 km/h, en hommage au record de vitesse, le 23 juin 1928, de la fameuse Opel RAK 3.
 
Sur le cadran : un compteur des heures et minutes avec petite seconde apparait à 10h, un compteur des minutes à 3h et un compteur des heures à 6h. La trotteuse centrale permet quant à elle de mesurer les temps sur le pourtour du cadran. Le tout, protégé comme il se doit par un verre saphir.
 
Cette montre embarque un calibre automatique chronographe (4Hz ; avec module Löbner pour l’affichage), une roue à colonne et une réserve de marche confortable de 60h. Ce « moteur » est Suisse, de chez La Joux-Perret, mais le tout est assemblé à Glashütte en Allemagne (en Saxe).
 
Ces chronographes se portent sur bracelet acier sur les Steelracer ou sur caoutchouc sur la Rocketman.

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Décembre 2023 | Lu 4636 fois







Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail





Advertisement