Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Nomos et ses fameux bracelets en cuir de Cordovan de chez Horween


Les amateurs de montres Nomos le savent, le cuir Horween Genuine Shell Cordovan, l'une des peausseries les belles au monde, sert à réaliser une grande partie des bracelets des garde-temps de la manufacture de Glashütte.



Peu de marques horlogères utilisent le cuir de Cordovan pour leurs bracelets… A part bien évidemment, Nomos et parfois Seiko et ABP Concept qui en propose également en sur-mesure.
 
A l’origine, le Cordovan serait un cuir mis au point par des tanneurs de la région de Cordoue (Cordoba) en Espagne. D’où son nom…
 
Par extension, le Cordovan désigne aujourd’hui ce cuir de percheron américain (le meilleur étant celui de chez Horween) que l’on utilise dans l’industrie de la chaussure de luxe -notamment chez Alden, chez Carmina et chez Weston sur quelques éditions limitées- et plus récemment, du bracelet-montre.

Pour l’anecdote, à l’origine, le cuir de Cordovan était utilisé par la société Gillette pour affuter les lames de rasoir ! Il était alors beaucoup plus épais. Mais l’avènement du rasoir jetable a complétement anéanti ce marché. D’où le développement du cuir de Cordovan pour l’industrie de la chaussure. Et le partenariat avec Alden.  
 
Cette peau provient de la mire de l’animal ; c’est-à-dire de la partie haute des pattes arrières. Il s’agit généralement de toutes petites surfaces de forme ovale de 0,9 cm2 à 0,26cm2 ! Minuscules* comparées à la taille d’un cheval !
 
Une légende raconte que ce cuir serait particulièrement épais car il se trouve dans un « angle mort » du cheval. Dans une zone qu’il ne peut atteindre, ni avec ses dents, ni avec sa queue pour en chasser les mouches importunes ! A cet endroit, le derme se serait donc épaissi naturellement pour se protéger des insectes.

Cette très belle peausserie est extrêmement lisse et brillante –elle offre un aspect presque vernis. L’absence de pores explique son imperméabilité. A noter que contrairement au veau par exemple, le côté utilisé, celui qui se trouve sur le dessus de la chaussure ou du bracelet, est le côté « chair ».
 
Soulignons que les bracelets en Cordovan vieillissent particulièrement bien. Même après des mois d’utilisation, on ne voit pratiquement aucun pli (tous comme sur les chaussures d’ailleurs). En revanche, cette peausserie est compliquée à teindre, les couleurs disponibles s’avèrent donc assez restreintes : du marron, du noir, du bleu et le fameux bordeaux foncé. Toutes assez sombres.
 
Précisons que les chevaux ne sont pas élevés pour leur peau. Lorsqu’un animal est abattu pour sa viande, on prélève bien évidemment sa peau qui est ensuite tannée. Le cuir de Cordovan est donc bel est bien un sous-produit de la viande. Inutile de le gâcher ! 

La tannerie Horween de Chicago dans l’Illinois, créée en 1905, est la plus réputée en matière de Cordovan, et pour cause, c’est elle qui a mis au point le procédé de son tannage assez particulier, long et compliqué.

Ce dernier est 100% végétal et est comparable en de nombreux points, à celui du cuir Bastin -exceptionnel- de chez Weston.
 
*dans l’industrie de la chaussure, on ne peut réaliser que deux paires de chaussures par cheval. Ce qui explique ses prix nettement plus élevés que le veau. D’autant que la demande ne cesse de croitre... Le marché américain et japonais sont particulièrement amateurs de chaussures en Cordovan.

Montres-de-luxe.com | Publié le 14 Septembre 2022 | Lu 2246 fois