Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Panerai Minute Repeater Carillon GMT GMT Radiomir 1940, sur commande uniquement


Panerai vient de présenter, probablement sa montre la plus exclusive. En effet cette imposante Radiomir 1940 en or rouge de 49 mm ne sera réalisée que sur-commande… Au vu de ses complications, on comprend pourquoi : en effet, ce garde-temps embarque un calibre « maison » réalisé dans la manufacture de Neuchâtel avec régulateur à tourbillon exclusif et double mécanisme de répétition minute oeuvrant dans deux fuseaux horaires. Tout simplement la Panerai la plus compliquée jamais présentée.



S’il y a bien une complication que l’on ne s’attendait pas à voir chez Panerai, c’est bien la répétition minute. Certes, la marque florentine avait d’ores et déjà proposé, par le passé, de nombreuses complications (du tourbillon à l’équation du temps) mais jamais de répét’minute !
 
Pour cette toute nouvelle création, la marque horlogère florentine, s’est inspirée de sa propre histoire, indissociablement liée depuis plus d’un siècle au monde de la mer, mais aussi de la tradition marine consistant à marquer le passage du temps à l’aide d’une cloche.
 
Sur les navires de guerre ou de commerce, cette coutume ancestrale jouait un rôle essentiel dans la vie des marins : en effet, elle servait à réveiller les matelots le matin, à les réunir pour les repas et à indiquer la fin de chaque quart.
 
Bref, elle rythmait leur journée mais pas seulement !  Cette cloche avertissait aussi l’équipage en cas de danger. Attaque ennemie ou présence d’un autre bateau par mauvais temps. C’est cette ancienne tradition maritime qui a incité Panerai à réaliser une répet’minute.   
 
Pour ce faire, Panerai a développé un nouveau calibre, le P.2005/MR : plus concrètement, il s’agit d’un mouvement squeletté à remontage manuel équipé d’un mécanisme de répétition minute. Le carillon est activé par le biais du poussoir situé à 8 heures. Celui-ci repose sur trois marteaux, qui viennent frapper autant de timbres fixés au mouvement ainsi qu’au boîtier. Avec trois marteaux, contre deux habituellement, on peut jouer trois notes différentes. Le carillon peut ainsi jouer une mélodie, à l’instar d’une cloche.
 
Le premier timbre est le plus grave ; il marque les heures, tandis que le dernier, le plus aigu, frappe les minutes. Chose inhabituelle, le deuxième timbre produit des triples carillons à une hauteur de note intermédiaire, chaque triple carillon sonnant à intervalles de dix minutes, contre quinze dans un dispositif de répétition minute classique.
 
Voici un exemple permettant de mieux comprendre son fonctionnement : pour indiquer 10h28, une répétition minute classique produirait dix carillons pour l’heure, un autre carillon pour le quart d’heure, puis treize carillons individuels pour les minutes. Chez Panerai, la séquence est composée de dix carillons graves pour l’heure, deux triples carillons pour les minutes (soit deux intervalles de dix minutes) puis de huit carillons aigus. « Ce système, qui réduit le nombre total de carillons, facilite et raccourcit l’indication sonore de l’heure. Il correspond également à la manière d’indiquer l’heure sur les montres digitales » précise la marque dans son communiqué.

Le son propagé par la répét’minutes est favorisé par les propriétés du boîtier en or rouge ainsi que par son architecture, formée de deux parties autonomes soudées. Ce qui optimise les espaces vides au sein du boîtier afin d’améliorer la qualité du son ; un son unique à chaque montre, qui est fabriquée sur commande spéciale uniquement.
 
Autre point fondamental de cette pièce : sa fonction répétition minute opère dans deux fuseaux horaires distincts. Le deuxième fuseau horaire est indiqué sur le cadran à l’aide de l’aiguille fléchée centrale et de l’indicateur aM/PM situé sur le comptoir à 3 heures. Là aussi, la simplicité est de mise dans la sélection et l’activation de ce qui s’apparente fondamentalement à un double mécanisme des heures et des minutes. Le dispositif a été conçu de façon à ne pas affecter l’intégrité du mouvement.
 
Pour éviter toute activation accidentelle, il est nécessaire de tourner légèrement la couronne de remontage pour pouvoir manipuler le carillon via le poussoir situé à 8 heures. Le degré de rotation requis est indiqué par un segment noir placé sur le côté de la couronne : lorsque l’indicateur est visible côté cadran, le carillon ne peut retentir. Toutefois, une simple pression sur le poussoir de la couronne suffit pour sélectionner l’heure locale ou l’heure du second fuseau horaire. L’indicateur rouge Ht/Lt (heure locale/heure secondaire) positionné à 8 heures permet de différencier les deux fuseaux.
 
Par ailleurs, ce calibre P.2005/MR, fruit de quatre années de recherche et développement, se distingue par son régulateur à tourbillon Panerai, que l’on peut admirer côté cadran et côté fond grâce à son squelettage. Dans ce système breveté par OP, la rotation du tourbillon est différente de celle du tourbillon classique. Avec la version traditionnelle, la cage du balancier tourne sur elle-même, annulant toute variation pouvant résulter de la gravité et des éventuels chocs. Avec le mécanisme Panerai, la cage du tourbillon tourne sur un axe perpendiculaire et non parallèle au balancier. Le P.2005/MR accomplit deux rotations par minute, contre une seule pour un tourbillon traditionnel.
 
Le travail de squelettage contribue aux performances acoustiques et permet d’admirer les détails du calibre. Tous les éléments qui forment le cadran sont montés directement sur le mouvement ou le rehaut. Les petits marteaux dévolus à la répétition minute ainsi que les deux barillets, qui emmagasinent une réserve de marche d’au moins quatre jours, sont visibles depuis le fond ajouré, lequel dévoile également l’indicateur de réserve de marche apparié au mouvement.
 
Le boitier Radiomir 1940 est très imposant avec ses 49 mm, il est étanche à 30 mètres. Les chiffres et index bâtons sont bien évidemment recouverts de Superluminova. Pour cette montre produite uniquement sur commande, Panerai propose différentes options personnalisables (choix du bracelet, des aiguilles et d’autres éléments) et la possibilité de remplacer le boîtier en or rouge par un autre matériau. A noter que la nouvelle boucle déployante du bracelet s’accorde avec le squelettage des autres composants. 

Montres-de-luxe.com | Publié le 16 Mai 2016 | Lu 775 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos