FRÉDÉRIQUE CONSTANT


Petes Stas revient sur les trente ans de Frédérique Constant (interview)

Frédérique Constant célèbre ses trente ans d’existence. Installée dès sa création dans le créneau du luxe accessible, la marque produit aujourd’hui environ 160.000 montres par an et se situe face à des marques comme Longines ou Baume & Mercier. Son PDG, Peter Stas revient sur ces trente années d’existence et présente à cette occasion une montre au mouvement maison développé à la manufacture ; un QP tourbillon en édition limitée qui démontre le savoir-faire horloger de la FC.


MdL : A l’origine, pourquoi avoir choisi ce créneau de prix ?
Peter Stas : cela correspond à une insatisfaction que nous avions éprouvé avec ma femme en cherchant une montre dans les années 90. On trouvait de belles montres, mais trop chères (aux environs de 10.000 chfr) pour nous ou alors des montres abordables, mais très laides.
 
Voilà pourquoi nous avons décidé de produire nous-mêmes ce que nous désirions. Une montre classique et élégante que nous avons équipé à l’époque d’un mouvement ETA à quartz et plus tard d’un Sellita, qui était destinée à des clients entre 30 et 40 ans qui n’avait pas un budget de 10.000 chfr.

 
MdL : Quelle est votre production actuelle et comment est-elle repartie et quels sont vos objectifs ?
P.S. : Pour l’instant nous produisons environ 160.000 pièces par an. Mais la deuxième manufacture de 3.000 m2 que nous construisons à Plan-les-Ouates (ndlr : près de Genève) va doubler notre surface de production et nous permettre d’atteindre les 250.000 à 300.000 pièces d’ici les 5 à 10 prochaines années. Notre production est répartie à 30% en Asie, 35% en Europe, 15% aux Etats Unis et 10% pour le Moyen Orient. La Russie absorbant le reliquat.
 
MdL : Où en est votre expérience en matière de montres connectées ?
P.S : elles représentent 10% du chiffre d’affaires de Frédérique Constant et 25% de celui d’Alpina. Cela confirme ce que nous avions prévu en 2015. Elles vont prendre le pas sur les smart-watch et surtout sur les montres à quartz qui sont en chute libre. En 2015, les exportations suisses de montres à quartz étaient de 21 millions chaque année et ce chiffre est tombé à 17 millions en 2017. Une chute qui à mon avis va continuer.
 
MdL : La garantie de 5 ans que l’on trouve chez certains horlogers devrait-elle être généralisée ?
P.S. : Je pense que cela fait partie d’une stratégie de marketing. Nous, nous avons pour la marque Frédérique Constant un club qui offre à ses membres une garantie de trois ans. Je pense que trois ans est suffisant. Les cinq ans ne sont pas envisagés.

MdL : Certaines marques s’orientent vers la vente en ligne et les boutiques virtuelles y êtes-vous favorables ?
P.S. Nous pratiquons déjà le e-commerce depuis quelques années. C’est important d’être présent dans cette activité, mais cela représente moins de 5% de notre activité. En revanche, nous avons un système qui permet à nos clients de se rendre chez nos détaillants pour finaliser leur achat. Le client a le choix entre l’envoi directe ou le passage chez le détaillant.
 
MdL : Avec un système de vente en ligne ne faudrait-t-il pas renouveler les collections 3 à 4 fois par an ?
P.S. Non je ne le pense pas. Peut-être sera-t-il utile de créer dans l’avenir une collection spécifique pour la vente en ligne mais pas trois ou quatre.
 
MdL : Quels sont vos concurrents ?
P.S. : Longines, Baume & Mercier, Jaeger-LeCoultre en entrée de gamme et Maurice Lacroix. Pour Alpina, Tag Heuer est un concurrent sérieux et Oris.

MdL : On constate la création de boutiques horlogères dans les centres de magasins d’usine (Outlet) est-ce positif pour l’image ou vaut-il mieux passer par un soldeur comme Maurice Goldberger ?
P.S. : Je pense que c’est une bonne chose. Lorsque l’on a des invendus, ce canal de distribution est nécessaire et je pense que c’est mieux que de passer par internet ou par un soldeur. Un outlet est un véritable lieu de shopping pour un client qui est intéressé par une pièce ancienne dont le prix sera intéressant pour lui.
 
Joel Chassaing-Cuvillier

Montres-de-luxe.com | Publié le 28 Septembre 2018 | Lu 730 fois