Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres


Consultant en management et philosophe, cet entrepreneur aime le temps qui passe, vite dans son métier, mais aussi plus lentement dans ses moments de loisirs. Jean-Olivier Allègre a pris le temps de passer par plusieurs garde-temps avant de trouver ceux qui lui correspondaient…


Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres
Jean-Oliver, à quand remonte cette passion pour les montres ?

Dès ma plus tendre enfance, j’ai été attiré par les montres… J’ai toujours été fasciné par le temps qui passe.  Mon père m’a offert ma première belle montre pour mes 18 ans. C’était une montre de gousset qu’il avait fait refaire sur les bases d’un calibre datant de 1869… C'est-à-dire mon année de naissance plus un siècle ! C’était tout simplement génial.
 
Plus tard, mon premier salaire a été consacré en partie à l’achat d’une Sector (j’aimais le côté « no limit » de ce modèle). Mais ma première « belle acquisition » fut une Longines Evidenza. A l’époque, j’adorais sa forme tonneau que je trouvais originale et son élégance dans des formes très épurées.
 
Par la suite, comment a évolué cette passion ?

J’ai recherché une montre avec un style plus sportif. Mon choix s’est alors porté sur une Tag Heuer Grand Carrera. J’appréciais son style viril et très dépouillé ; une vraie facilité de lecture avec des lignes épurées. J’ai également fait l’acquisition d’une Jaeger-LeCoultre. C’était la Reverso Squadra HomeTime. J’ai toujours rêvé de porter une Jaeger-LeCoultre et je trouvais que cette Reverso avait un côté très décalée, avec une taille assez impressionnante pour ce genre de modèle.
 
J’aime également beaucoup les montres dont on peut voir la mécanique. Ce monde du détail, de la précision et de la finesse me fascine. Etant moi-même peu doué pour les activités manuelles, je suis très admiratif des horlogers et de leur capacité de patience et de précision.
 
Qu’est-ce qui vous plaît dans une montre ?

Je trouve qu’une montre est l’un des rares « bijoux » qu’un homme puisse porter (avec les boutons de manchettes). Il y a, dans un garde-temps une réelle élégance et notamment dans les « belles montres », un signe de reconnaissance entre passionnés et connaisseurs.
 
Par ailleurs, c’est aussi pour moi, une recherche de fiabilité. Par exemple, l’acquisition de ma Rolex Submariner représentait à mes yeux, une montre mythique et symbolique. Je reste fasciné par la capacité des horlogers de réaliser des instruments de mesure du temps capable de fonctionner dans les univers les plus invraisemblables.  Rolex est aussi un mythe à lui tout seul. Cette marque symbolise tant de choses…
 
Cette Rolex Submariner a été un tournant dans votre passion horlogère ?

Oui et non… Oui, dans le sens où j’ai pris conscience que les gens ne vous regardaient pas de la même manière selon la montre que vous avez au poignet… Porter une Rolex n’est pas neutre…  Mais en réalité, c’est surtout dans ma rencontre avec Vulcain que ma vision a changé…

Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres
Pouvez-vous nous en en dire plus ?

Juste avant mes quarante ans, et de manière tout à fait fortuite, j’ai découvert une Vulcain. C’était le modèle Anniversary Heart cuivre en version mécanique. J’ai eu un vrai coup de foudre difficile à expliquer, mais, comme souvent dans mon existence, ce feeling fut bon… J’ai découvert une autre version, une autre dimension de l’horlogerie grâce à cette manufacture…
 
De plus, j’ai eu la chance et le privilège de pouvoir rencontrer le (re)fondateur de la marque, Bernard Fleury et le directeur commercial France, Thibaut Sacre. J’ai ressenti alors qu’il ne s’agissait pas que de montres, mais d’une bien d’une passion partagée et surtout… d’une passion à partager ! La visite de la manufacture et ma rencontre avec le Maître Horloger, Wilfried Opalinski a fini de me séduire…
 
L’univers des marques de montres est toujours difficile d’accès. Je m’y suis heurté plusieurs fois. Avec des marques qui « vendent » mais dont la relation avec les passionnés restent trop souvent de l’ordre du pur marketing ou alors, réservée à quelques « happy few ».
 
Une montre, pour vous, c’est donc plus qu’une… montre ?

Exactement ! Ma vocation de philosophe et mon métier de consultant en management me rendent très sensible à  cette notion de relation humaine. Une montre reste un assemblage mécanique –certes, de belles mécaniques ! Mais la capacité de transmettre une âme, en l’occurrence, celle de la manufacture, dépasse la réalité mécanique et marketing. Une montre, de par mon expérience, c’est aussi et surtout une rencontre, avec soi (pourquoi cette montre et pas une autre ?) et avec des personnes qui l’ont imaginée, conçue, testée et améliorée… Et là, c’est une toute autre dimension, une expérience radicalement différente. Et c’est bel et bien cette expérience que je vis avec mes Vulcain…
 
Vos Vulcain ? Vous avez donc craqué pour d’autres modèles ?

Oui ! J’ai acheté d’autres Vulcain depuis mon Anniversary Heart ! J’aime beaucoup le style très élégant des modèles et leur côté très classique ! Et bien sûr, le célèbre et fameux calibre Cricket qui fait et a fait la légende de la marque. Etre réveillé le matin par une montre mécanique est un décalage qui me plaît énormément dans un monde envahit par le digital et le numérique ! C’est un beau clin d’œil…
 
C’est surtout mon regard qui a changé sur les montres. Si je suis devenu un Vulcain monomaniaque. J’ai revendu tous mes autres garde-temps parce que j’adore cette relation authentique avec une marque et mes montres… Tout cela est très affectif, mais une passion relève toujours de l’émotion… Mes montres sont des objets qui parlent de moi dans de nombreuses dimensions connues ou inconnues de mes interlocuteurs… C’est très sympa !
 
Un modèle en vue ? Une acquisition prochaine ?

Pas pour l’instant… J’ai, à l’heure actuelle, une Vulcain pour chaque jour de la semaine… Si je continue, il faudra que je fasse comme Maradona et que je porte deux montres à la fois ! Je me laisse porter par mes envies et les tentations… Je n’avais pas prévu d’avoir une « collection »… Il faut savoir, en ces domaines de passion, se laisser aller et se laisser surprendre… C’est à ce prix que le désir dure et perdure…

Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres

Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres

Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres

Portrait de Jean-Olivier Allègre : passionné d’élégance et du temps, donc des belles montres

Montres-de-luxe.com | Publié le 17 Février 2014 | Lu 1919 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos