Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Rolex Explorer : retour au 36 mm


Alors que cette année est principalement dédiée aux Explorer, Rolex vient d’introduire une nouvelle version de sa fameuse Explorer qui revient à un diamètre de 36 mm et qui sera disponible en acier, mais également et pour la toute première fois, en or et acier. A noter également un nouveau calibre, le 3230 d’une réserve de marche de 70h.



Mars 2010, Rolex faisait passer son iconique Explorer* de 36 à 39 mm… Une dizaine d’années plus tard, en ce printemps 2021 qui célèbre la gamme de Professionnel Explorer, la marque à la couronne revient finalement au diamètre initial de 36 mm !
 
Mais avant de présenter plus en détails ce nouveau modèle, revenons en quelques mots sur l’histoire de la Rolex Explorer… L’un des incontournables du catalogue Rolex, une icône Rolex et l’une des premières Oyster pour hommes à avoir été adoptée par les femmes il y a une vingtaine d’années…
 
Edmund Hillary, le géant néo-zélandais de 1.90 mètre, ancien apiculteur, qui vainquit l’Everest et ses 8.848 mètres le 29 mai 1953 en compagnie de son ami, le sherpa Tensing Norgay, s’est éteint le 11 janvier 2008 à l'âge de 88 ans à l’hôpital d'Auckland (Nouvelle-Zélande) des suites d’une crise cardiaque.

Mais pour tous les amateurs de Rolex, le nom de Sir Edmund Hillary restera indéfiniment attaché au modèle Explorer qui fut créé, comme le souligne le site Internet de Rolex, suite à la première ascension victorieuse de l’Everest. En effet, il faut savoir qu’au début des années 50, la marque genevoise commence à créer ses premières montres professionnelles.
 
Elle soutient alors certains aventuriers et devient « sponsor » de cette expédition britannique en équipant quelques-uns de ses membres (une vingtaine, même si tous ne portaient pas forcément la montre au poignet lors de l’ascension).
 
Les montres fonctionnèrent avec la plus grande précision pendant toute l'aventure, malgré d'extrêmes différences de températures et des chocs violents et répétés. Aujourd’hui, la Rolex que portait le sherpa Tensing Norway lors de l’expédition de 1953, se trouve au musée Rolex de Genève.
 
Ce modèle sans date est immédiatement reconnaissable grâce à son cadran noir, son large triangle inversé à 12 heures, ses chiffres arabes 3/6/9 photoluminescents à la place des index et son aiguille des heures de type étoile « Mercedes ».

En 2010, dans le cadre du « rajeunissement » de ses collections, Rolex faisait passer son Explorer (la référence 114270) de 36 mm à 39 mm (214270). Ce même modèle sera relifté en 2016 en conservant la même référence, mais avec des aiguilles plus longues et des chiffres 3, 6 et 9 en matière luminescente.
 
Aujourd’hui donc, Rolex revient à la taille de 2010, celle d’origine, de 1953 : 36 mm. En plus de l’acier Oystersteel, l'ex-904L (réf. 124270), elle est aussi déclinée en Rolesor jaune (réf 124273, combinaison d’acier Oystersteel et d’or jaune). Une première pour l’Explorer qui n’a jamais été produite qu’en acier (le modèle de Sir Hilary arborait cependant des aiguilles en or bien qu’il fut en acier).
 
Désormais laqué, le cadran noir arbore les mêmes index et les emblématiques chiffres 3, 6 et 9 qui ont forgé l’identité de cette montre. On retrouve également l’aiguille des heures de type étoile « Mercedes » caractéristique des Professionnel de chez Rolex. Si, à partir de 2010, la mention Explorer était placée à 6h au lieu de midi, elle revient cette année à sa place initiale.

L’affichage Chromalight de l’Explorer de nouvelle génération se veut particulièrement performant. Une fois la montre dans l’obscurité, l’intensité de la lueur bleue émise par les index et les aiguilles se maintient plus longtemps grâce à la matière luminescente exclusive dont ils sont remplis ou couverts. Par ailleurs, à la lumière du jour, la teinte blanche de ces éléments d’affichage est plus vive.
 
Sur l’Explorer de nouvelle génération en version Rolesor jaune, la lunette, la couronne de remontoir et les mailles de centre du bracelet sont en or jaune 18 ct, tandis que la carrure et les mailles de bord du bracelet sont en acier Oystersteel.
 
Le boitier est étanche jusqu’à 100 mètres de profondeur. Son fond bordé de fines cannelures est hermétiquement vissé à l’aide d’un outil spécial ; seuls les horlogers habilités par Rolex peuvent ainsi accéder au mouvement. La couronne de remontoir Twinlock, munie d’un système de double étanchéité, se visse solidement sur le boîtier. Quant à la glace, elle est en saphir pratiquement inrayable.
 
L’Explorer de nouvelle génération est équipée du calibre 3230 (31 rubis), un mouvement entièrement développé et manufacturé par Rolex, dévoilé en 2020. Cette mécanique à remontage automatique a fait l’objet de plusieurs dépôts de brevet et délivre des performances élevées en matière de précision, d’autonomie, de résistance aux chocs et aux champs magnétiques, de confort d’utilisation et de fiabilité.

Ce calibre intègre l’échappement Chronergy, breveté par Rolex, qui combine un haut rendement énergétique avec une grande sécurité de fonctionnement. Réalisé en nickel-phosphore, cet échappement est insensible aux champs magnétiques. Il comprend aussi une version optimisée du spiral Parachrom bleu, produit par la marque dans un alliage paramagnétique qui le rend de surcroît jusqu’à dix fois plus précis qu’un spiral traditionnel en cas de chocs.
 
Le spiral Parachrom bleu est en outre muni d’une courbe terminale Rolex, qui assure la régularité de la marche dans toutes les positions. L’oscillateur est monté sur des amortisseurs de chocs haute performance Paraflex, développés et brevetés par Rolex, qui confèrent au mouvement une résistance aux chocs accrue. Sa réserve de marche, très confortable, est de 70h (on parle désormais de « weekend proof » en ce sens que cela permet de passer le week-end et de retrouver sa montre à l’heure le lundi matin).
 
Elle se porte sur un bracelet Oyster de dernière génération qui est équipé d’un fermoir de sécurité Oysterlock à boucle déployante, conçu et breveté par Rolex, prévenant toute ouverture involontaire. Il dispose de la rallonge rapide de confort Easylink, développée par la marque, qui permet d’ajuster facilement sa longueur d’environ 5 mm. Par ailleurs, un système de fixation invisible offre une parfaite continuité visuelle entre le bracelet et le boîtier.
 
Comme toutes les montres Rolex, l’Oyster Perpetual Explorer bénéficie de la certification Chronomètre Superlatif, redéfinie par Rolex en 2015. Ce titre atteste que chaque montre qui sort des ateliers de la marque a subi avec succès une série de tests menés par Rolex dans ses propres laboratoires et selon ses propres critères.
 
Ces tests de certification portent sur la montre dans son ensemble, une fois le mouvement emboîté, afin que ses performances superlatives au poignet en matière de précision, d’étanchéité, de remontage automatique et d’autonomie soient garanties.

La précision d’un Chronomètre Superlatif Rolex est ainsi de l’ordre de –2 /+2 secondes par jour – l’écart de marche toléré par la marque pour une montre terminée est beaucoup plus faible que celui admis par le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC) pour la certification officielle du seul mouvement.
 
Ce statut de Chronomètre Superlatif est symbolisé par le sceau vert dont est assortie chaque montre Rolex et s’accompagne d’une garantie internationale de cinq ans.

*précisons que l'on parle bien d'une Explorer et non pas d'une Explorer 1, qui n'a jamais existé. Il y a l'Explorer et l'Explorer 2 mais pas d'Explorer 1... 

Montres-de-luxe.com | Publié le 7 Avril 2021 | Lu 8536 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances