Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Schramberg : ouverture du Musée Junghans en pleine Forêt Noire


L’histoire de la ville de Schramberg (Forêt Noire, Allemagne) est intimement liée au nom Junghans. Au cours du siècle, la famille à l’origine de cette marque horlogère a eu un impact décisif sur la vie économique et sociale. Un des bâtiments les plus distinctifs, le bâtiment en terrasses (Terrassenbeau en « v.o. »), accueille le musée Terrassenbau Junghans depuis le 15 Juin 2018. Visite virtuelle.



Les visiteurs plongent dans l’histoire de l’horlogerie et de la fabrication de montres dans la région de la Forêt Noire, du XVIIIe siècle à aujourd’hui. Des pièces horlogères exclusives sont présentées ainsi que des mécanismes de montres qui ont permis de développer tout un secteur industriel à Schramberg.
Afin d’être d’avantage interactive, la visite est ponctuée de coins « audio » et de films.
 
Avec sa forme peu conventionnelle, le musée convient parfaitement au milieu horloger. L’édifice imposant a fait l’objet de deux ans de rénovations coûteuses mais respectueuses de son héritage. Dans cette structure unique, construite sur une pente, les employés de Junghans ont assemblé plusieurs millions de pièces horlogères : réveils, horloges et montres.
 
« Il n’y a pas de meilleur endroit pour cette exposition », déclare Dr. Hans-Jochem Steim, propriétaire avec ses enfants Hannes Steim, Annette Steim and Cathrin Schroer (née Steim) de Immobilienverwaltung Geißhalde GbR, eux-même propriétaire du bâtiment en terrasses Junghans.
 
Le bâtiment a été restauré en accord avec l’idée d’en conserver son héritage. Chaque pièce du musée, pensée par le célèbre architecte de Stuttgart Philipp Jakob Manz dévoile un pan de l’histoire de l’horlogerie. Rappelons que Manz est considéré comme l’un des leaders de l’architecture industrielle ainsi qu’un pionner des constructions fonctionnelles du début du XXème siècle.

L’aspect distinctif de cette construction – extrêmement moderne à l’époque : des pièces tout en longueur et étroites pensées pour placer l’ensemble des lieux de travail face à une fenêtre.
 
L’exposition évolue sur neuf terrasses et commence dans le tout-récent foyer construit près du parking où l’ancienne cantine Junghans se trouvait. Un ascenseur à angles à l’extérieur du bâtiment emmène les visiteurs au dernier étage et assure une expérience unique, devenant ainsi la première attraction du musée.
 
Le musée expose des montres et des horloges historiques de la région datant du XVIIIème siècle jusqu’au début du XXème siècle. Les horloges coucou sont les produits les plus connus de la Forêt Noire. Heinrich Engelmann originaire de Vechta dans le Basse Saxonne a complété cette collection au cours des décennies, restaurant les objets exposés et à certaines occasions, des parties manufacturées pour les mécanismes et les montures.
 
Sont aussi exposés un authentique atelier d’artisan horloger datant du XVIIIème siècle et bien évidemment, le typique coucou de la Forêt Noire, dans de nombreuses versions. Les horloges automates qui s’animent lorsque l’heure sonne sont particulièrement intéressantes.
 
Dans ses années fastes, Junghans employait environ 10.000 personnes et n’était pas seulement le plus grand employeur de la ville, mais avait aussi permis le développement d’entreprises fournisseurs travaillant en collaboration avec la marque au cours des décennies. Au niveau de la terrasse 4, le musée propose un aperçu du secteur, qui à la base produisait des horloges et des ressorts de montres.

Certaines entreprises qui commencèrent en tant que fournisseurs de Junghans existent toujours aujourd’hui - la plus grande et la plus connue étant Kern-Liebers. Aux alentours de Junghans, une économie de sous-traitance florissante s’est développée, notamment dans le domaine de l’horlogerie et du ressort. Sont exposés des ressorts spiraux, ressorts puissants et les ressorts à force constante ainsi qu’une gamme d’applications, dont des laisses pour chien rétractables, des câbles d’aspirateur et des ceintures de sécurité.
 
Une autre partie de cette exposition à la terrasse 4 met en avant les modèles quartz. Les années 70 ont assisté à la naissance de la montée triomphante des montres à quartz avec une demande en perpétuel essor.
 
Les visiteurs découvrent la pièce phare du nouveau musée au niveau de la terrasse 3. Ici, l’histoire de la famille Junghans et de l’entreprise y est racontée en détail. L’histoire ne se concentre pas seulement sur les horloges et les montres, mais aussi sur la signification de la marque et de la famille sur le développement de la ville.
 
Cette dernière a été une véritable force motrice de la croissance économique et de la prospérité de l’ensemble de la région. Les archives débutent en 1830, quand Nikolaus Junghans of Zell a. H déménage à Schramberg avec sa famille notamment son fils Erhard. En 1861, l’audacieux Erhard Junghans I rejoint son beau-frère Jakob Zeller dans la fondation de Uhrenbestandteilefabrik Zeller & Junghans, bâtissant ainsi les fondations d’une histoire à succès.
 
Au début, Junghans s’orientait vers les montres et les horloges d’Amérique, les reproduisant et les développant davantage. Les vitrines d’exposition contiennent des documents de l’histoire de Junghans, comme les montres inspirées de l’Amérique des années 1870, une gamme de différents réveils, des montres de poche, des montres mécaniques, des montres électriques, des montres de poignets, des montres à quartz, des montres contrôlées par radio et des montres à énergie solaire.

Vous pouvez également découvrir l’implication internationale de la marque avec ses branches et ses filiales en Italie, en France et aux Etats-Unis, le rachat par le groupe Diehl en 1956 ainsi que le rôle de l’entreprise dans la seconde guerre mondiale et la période de démantèlement. Finalement, après son insolvabilité s’ensuit le rachat par les Steim, une famille d’entrepreneurs, en 2009.
 
La terrasse 6 est l’unique endroit non accessible au grand public puisqu’il sert de lieu de stockage. C’est ici que les produits Junghans sont gardés pour la documentation courante et l’actualisation scientifique. Dans le futur, il est prévu un café dans la tour du bâtiment dans lequel les visiteurs et les groupes pourront clore leur visite tout en confort.
 
Informations : le musée Junghans Terrassenbau est ouvert tous les jours, de 10h à 18h, avec les dernières admissions à 17h exceptés les lundis. L’entrée est de 8 euros, 4 euros pour les tarifs réduits. Les visites de groupes sont autorisées avec une réservation anticipée.


Montres-de-luxe.com | Publié le 27 Août 2018 | Lu 1233 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos