Seiko Prospex : une plongée dans le vintage


Seiko plonge régulièrement dans son riche passé horloger pour offrir aux amateurs de montres, des éditions limitées prestigieuses et rares. C’est le cas de cette Seiko Prospex qui reprend le design de la fameuse « turtle » des années 70 dans un boitier légèrement agrandi à 45mm, étanche à 200 mètres en série limitée à 2.500 exemplaires pour un prix de 4.350 euros.



On a tendance à l’oublier en Europe, mais le Japon est un pays où l’horlogerie est élevée au niveau du grand art.

Précision, finitions, fiabilité, etc. Les Japonais n’ont rien à envier aux Suisses, d’autant qu’ils sont généralement mieux placés en termes de prix, avec des tarifs qui ont su rester raisonnables au vu de la qualité des produits. Ce qui n’est pas toujours le cas de nos voisins helvètes qui s’étonnent ensuite de moins vendre… Mais bon, ceci est une autre histoire.
 
Toujours est-il que de nos jours, porter une montre mécanique japonaise est une tendance chez les amateurs de belle horlogerie. Un moyen d’affirmer son goût pour les belles choses, mais les belles choses qui sortent de l’ordinaire, du « mainstream », des sentiers battus.
 
Une manière de dire : j’aime les montres, je connais l’horlogerie mais je veux porter quelque chose de différent et d’un excellent rapport qualité-prix. Porter une « japonaise », c’est être connaisseur, assurément, mais avec un twist d’originalité.
 
Dans ce contexte, Seiko s’impose comme un incontournable. Notamment lorsque la manufacture nippone réédite ses modèles vintage. C’est le cas de cette Prospex qui vient d’être présentée à l’occasion de la dernière Foire de Bâle.

On retrouve le fameux boitier « turtle » avec sa couronne à 4h qui a largement participé au succès de ce modèle dans les années 70 ; une époque où la plongée se démocratise et qui voit donc se développer les garde-temps dédiés à cette pratique sportive alors en plein essor !
 
« Restée aussi célèbre pour ses fonctions et son étanchéité à 150 m que son design, elle s’est imposée comme une montre de plongée exceptionnellement solide. Sa résistance a d’ailleurs été éprouvée par le célèbre aventurier japonais Naomi Uemura lors de sa course en solitaire avec un traîneau à chiens parcourant 12 000 kilomètres du Groenland à l’Alaska, en dix-huit mois » rappelle Seiko dans son communiqué.
 
Aujourd’hui avec son boitier de 45 mm en acier avec revêtement anti-éraflure, cette « plongeuse » hors pair de 13 mm d’épaisseur est légèrement plus grande que le modèle original, mais son esthétique reste fidèle à celle de la montre de plongée de 1970.
 
Elle est animée par le calibre automatique 8L35, spécialement conçu pour les montres de plongée et doté d’une réserve de marche de 50h. Étanche jusqu’à une profondeur de 200 m et d’une résistance magnétique à 4 800 A/m, le boîtier est surmonté d’un verre saphir bombé et traité anti-reflet. Le bord extérieur de la lunette a été poli selon la technique Zaratsu (celle utilisée au Japon pour les lames de sabres) pour une finition miroir parfaite.
 
Monté sur un bracelet en silicone, cette Prospex est assemblée manuellement dans le Watch Studio de Shizukuishi, au nord du pays. Produit en édition limitée à 2 500 exemplaires au monde, il sera commercialisé à compter de juillet 2019 dans les boutiques Seiko et les principaux points de vente Seiko à travers le monde. Un collector en puissance et une manière d’afficher sa différence. Prix de vente conseillé en Europe : 4 350 euros.

Montres-de-luxe.com | Publié le 5 Avril 2019 | Lu 5447 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos