Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Zenith El Primero Striking 10th ou la seconde foudroyante réinventée


Le chronographe Zenith El Primero Striking 10th incarne le grand retour de la manufacture Zenith aux valeurs techniques qui ont forgé le succès de la marque. Le modèle présenté à Bâle cette année réalise une avancée horlogère de première importance : en effet, ce calibre mesure très exactement le 1/10ème de seconde… et l’affiche. Un développement technique qui fait considérablement évoluer le principe de la seconde foudroyante. Récit de ce retour marqué aux valeurs horlogères.


Zenith El Primero Striking 10th ou la seconde foudroyante réinventée
Plus la fréquence d’oscillation du balancier est élevée –ceci se perçoit très simplement à la rapidité du tic-tac– et plus haut est le facteur de qualité qui détermine la précision du mouvement.

Développé en 1969, le calibre El Primero a opté pour la cadence de dix alternances par seconde, ce qui représente encore aujourd’hui l’un des plus grands défis horlogers, les autres calibres s’arrêtant généralement à huit alternances par seconde.

Le modèle El Primero Striking 10th rend visible chacune des pulsations de son moteur. En prise directe avec l’organe régulateur, l’aiguille de chronographe centrale marque, à chaque saut, le 1/10e de seconde qui représente la plus petite division du temps mesurée par un calibre mécanique de série.

« Mesurer des fractions de temps si courtes est un exploit. Les rendre parfaitement lisibles à l’oeil humain en est un autre » assure la marque dans son communiqué. Pour ce faire, Zenith a considérablement fait évoluer le principe de la seconde foudroyante. De fait, l’aiguille de chronographe effectue un tour de cadran en dix secondes et chacun de ses pas indique très précisément le 1/10e de seconde en regard des 100 divisions gravées sur le cadran. « Relevons que le 1/10e de seconde est – pour l’utilisateur de ce chronographe – une unité naturelle du système décimal alors que le 1/8e ou le 1/5e de seconde affichés par les foudroyantes dites classiques sont des notions plus difficilement perceptibles » remarque encore la manufacture dans son communiqué.

Les trois compteurs de ce chronographe, formés par les totalisateurs et par la seconde permanente sont disposés en V dans la partie inférieure du cadran. La lisibilité du temps chronométré est garantie par trois variantes de teintes différentes qui colorent les compteurs. L’étoile à cinq branches (le logo Zenith) rayonne, elle, au… zénith de ce garde-temps qui réalise la prouesse technique de rendre visible chaque pulsation de son moteur d’exception.

Des chiffres impressionnants

L’élaboration d’un mouvement El Primero implique : une période symbolique de neuf mois de travail durant laquelle 20 horlogers se succèdent dans la conception et la réalisation de ce mouvement pas moins de 5’500 opérations sont nécessaires à sa fabrication. 50 fraisages de différentes dimensions sont effectués du côté du cadran. 77 autres fraisages du côté des ponts. 5 à 50 opérations par pièce sont nécessaires et enfin, 18 métaux différents sont employés dans sa version classique

Le coeur du El Primero bat à une vitesse de 36’000 alternances par heure, soit : 864’000 par jour ou 315’360’000 battements par an. Une alternance correspond à la position de l’ancre qui oscille, créant ainsi le son régulier du « tic-tac ». Dans la mesure où une heure compte 3’600 secondes (60 secondes x 60 minutes) et que le El Primero bat à la fréquence de 36’000 alternances par heure, les aiguilles effectuent donc 10 sauts par seconde, marquant ainsi les dixièmes de seconde.

Zenith El Primero Striking 10th ou la seconde foudroyante réinventée
Le chronographe à seconde foudroyante réinventé par Zenith se distingue par le fait que l’aiguille du
chronographe effectue sa rotation en dix secondes exactement, améliorant ainsi considérablement la lecture au 1/10e de seconde. Cette nouvelle fonctionnalité s’accompagne de divisions du rehaut du cadran six fois plus grandes (10 secondes au lieu de 60) assurant une lecture extrêmement précise du 1/10e de seconde.

A noter également une fonction particulièrement importante de ce modèle : la fonction d’arrêt du chronographe. Lorsque celui-ci est arrêté, le système de blocage de l’aiguille offre une grande précision d’indication. En effet, le levier de frein positionne alors l’aiguille entre deux des 100 dents de la roue du chronographe augmentant encore la précision de la lecture du 1/10 de seconde.

La trotteuse du mouvement El Primero d’origine fait le tour du cadran en 60 secondes par petits sauts de 1/10e de seconde. L’aiguille effectue alors 600 sauts par minute. Dans ce nouveau modèle de foudroyante, l’arrêt et le redémarrage ultra rapides de cette grande aiguille de chronographe dix fois par seconde requièrent une grande quantité d’énergie. Les fonctions de la montre ont dû être considérablement améliorées et optimisées pour permettre cette consommation accrue d’énergie. La réduction de ce besoin en énergie a naturellement impliqué de fabriquer des roues de mouvement aussi légères que possible. C’est la raison pour laquelle certaines sont en silicium, un matériau trois fois et demi plus léger que des matériaux classiques.

Équipé du calibre automatique El Primero 4052 B, le nouveau El Primero Striking 10th existe dans un modèle en or rose 18 carats ou en acier, avec un boîtier de 42 mm étanche à 10 ATM (100 mètres) et surmonté d’un verre saphir traité antireflet de chaque côté.

Le cadran soleillé argenté se distingue par des surfaces brossées et satinées circulaires pour le modèle en or rose. Le modèle acier et le modèle or possèdent trois compteurs. Pour la version acier, ceux-ci sont déclinés dans des nuances de bleu et de gris. La version or rose se pare de trois compteurs anthracite. Les aiguilles et index des heures facettés revêtus de superluminova sont rhodiés, ou plaqués or sur les modèles or rose. L’indication caractéristique du 1/10e de seconde apparaît distinctement grâce à l’aiguille de chronographe dédiée.

Ce modèle est disponible avec un bracelet en cuir alligator noir doublé de caoutchouc et se fermant par une boucle ardillon en acier ou en or rose 18 carats, ou avec un bracelet en acier doté d’un fermoir à triple boucle déployante.

La El Primero Striking 1/10th sera lancée en édition limitée à partir de Mai 2010 : 500 pièces en boîte or -(18 200 euros) et 1969 pièces en boîte acier fin disponible sur bracelet acier (8 600 euros), sur bracelet cuir (8 000 euros) et sur bracelet caoutchouc (7 800 euros).


Téléphone lecteurs : 01 55 62 36 38

Montres-de-luxe.com | Publié le 22 Mars 2010 | Lu 15352 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques