Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Breitling : partenaire d'une exposition photo sur Gainsbourg


Du 4 mars au 8 avril 2016, l’horloger indépendant Breitling sera partenaire d’une belle exposition de photos de Serge Gainsbourg qui se tiendra à Paris, dans et hors les murs, dans les lieux préférés de l’artiste. Rappelons que cet auteur compositeur et interprète portait au quotidien une Navitimer 81600.



Gainsbourg est né le 2 avril 1928 et nous a quittés le 2 mars 1991 dans sa maison du 7ème arrondissement ; il y a vingt-cinq ans déjà. Pourtant, l’artiste semble encore faire partie de notre quotidien. Preuve que « les grands » ne meurent jamais vraiment…
 
Ses textes, sa musique, son allure, et l’ensemble de sa création ont influencé toute une génération d’artistes français et étrangers et nombreux sont ceux qui s’inspirent encore de cet être libre, inlassable travailleur, provocateur et terriblement élégant.
 
L’homme aimait le luxe et les belles choses. Il possédait une Rolls-Royce et sa valise Vuitton peinte en noir a inspiré Marc Jacobs, qui au début des années 2000 a demandé à l’artiste et styliste newyorkais Stephen Sprouse de recouvrir la célèbre toile LV de graffiti. Depuis, ces sacs sont devenus de purs collectors.
 
Au quotidien, Serge Gainsbourg portait une Breitling. On peut le voir dans de nombreux clichés de l’époque avec sa Navitimer au poignet, l’un des grands succès horlogers des années 80. Il s’agit d’un chrono tricompax en "V" en acier, calibre mécanique manuel, cadran noir avec trois compteurs argent. Il a porté cette montre sur différents bracelets, du cuir bien sûr, mais également sur un bracelet acier à trous particulièrement original et très « 70/80s ».

Lors du lancement de la Navitimer en 1952, Breitling voulait offrir aux pilotes, en plus d’un garde-temps fiable, un véritable instrument de poignet. Ingénieux et efficace, ce chronographe disposait en effet d’un « computer d’avion » et d’une règle à calcul circulaire (créée en 1942) capable de résoudre les différentes opérations liées à la navigation aérienne : temps de montée, taux de consommation et même de convertir les miles en miles nautiques ou kilomètres.
 
Le modèle d’origine (référence 806) était équipé d’un mouvement Venus 178. Toutefois, entre 1954 et 1955 certaines montres (très prisées des collectionneurs) ont été équipées du mouvement Valjoux 72. Le cadran était noir doté de chiffres arabes blancs.
 
Rapidement, le logo de l’AOPA (Aircraft Owners and Pilots Associations) est apparu sur la Navitimer. En effet, ce modèle est vite devenu la montre officielle de la plus grande association mondiale de pilotes et de propriétaires d’avion. Dans les années 60, cette inscription disparaîtra avec l’apparition du nouveau logo de Breitling. Presqu'au même moment, la fameux mouvement Venus 178 est remplacé par un Valjoux 7740, plus moderne. La Navitimer peut désormais afficher la date (à 4 heures).
 
Après une période de creux, la Navitimer « renaît » en 1986 avec son modèle 81600 (c’est donc celui que portait Gainsbourg) directement inspiré du 806, célèbre référence de 1952. Ce garde-temps est équipé d’un Lemania 1872. En 1987, sort le 81610 automatique équipé du Valjoux 7750. En 93, la marque, porté par le succès des montres mécaniques lance le « Old Navitimer II » doté d’une glace en saphir antireflet. Le modèle est également devenu étanche. Il s’agit en fait de la première Navitimer où l’aiguille centrale des secondes arbore fièrement le B de Breitling.

La Navitimer est reconnaissable au premier coup d'œil. Ce chrono s’est imposé comme l'un des dix grands classiques horlogers du 20e siècle, une référence intemporelle, une valeur sûre. Une montre à avoir dans toute collection digne de ce nom. Produite sans discontinuer depuis 1952, dans une esthétique fidèle au modèle d'origine, « elle est aussi la doyenne de tous les chronographes mécaniques fabriqués dans le monde ».

Cette expo va réunir 15 photographes et 2 plasticiens dans le Carré Rive Gauche à Paris 7ème
• Galerie HEGOA, 16 rue de Beaune, à l’angle de la rue de Verneuil,
• Le Bistrot de Paris, 33 rue de Lille,
• Hôtel de Lille, 40 rue de Lille,
• Wine Sitting, 27 Rue de Beaune,
• Seine Intérieur, 40 rue de Verneuil.

Montres-de-luxe.com | Publié le 19 Février 2016 | Lu 4706 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos