Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Defy Xtreme de chez Zenith : un garde-temps conçu comme une formule 1


Sortie l’année dernière, la collection Defy de chez Zenith enrichit sa gamme en ce début d’année 2007. En effet, la manufacture propose désormais des versions de ses modèles en or rose. De nouvelles montres au design toujours aussi inattendu et à l’esthétique toujours aussi révolutionnaire…


Defy Xtrem de Zenith
La manufacture Zenith (propriété du groupe LVMH) continue donc à surfer sur la vague de la montre de sport revisitée par l’esprit du luxe.

En 2007, tout le propos est de profiter de ce formidable élan et de marquer des points supplémentaires en enrichissant la gamme de versions or rose, de « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort », célèbre phrase de Friedrich Nietzsche. Agressive, sauvage, extravagante, la Defy Xtrem a pulvérisé tous les records, dont celui des ventes, dès son arrivée sur le marché.

Les principes fondateurs de ces gammes toutes en puissance restent cependant inchangés : une conception avant-gardiste, un châssis musclé, une carrure athlétique et un concentré de technologie.

Conçue comme une formule 1, le design de la Defy Xtreme est étroitement lié à la fonction. L’élaboration des cadrans, par exemple, combine deux principes de construction qui se complètent : le multifeuillage, qui superpose les couches de matières, et une structure alvéolaire qui -à la manière d'un nid d'abeilles- rend les matériaux plus résistants.

Defy Xtrem de Zenith

Les ingénieurs de la manufacture Zenith ont également eu recours à la théorie physique des chocs, qui leur a permis de concevoir le boîtier de telle façon que tout choc soit dispersé et donc absorbé par l'ensemble de la structure et non concentré sur un seul point. Les aiguilles hélicoidales des compteurs garantissent aussi une plus grande solidité en évacuant l'énergie en cas de choc.

Côté mouvement, plusieurs années de Recherche & Développement ont permis de mettre au point un alliage exclusif, le Zenithium®, qui compose un ou plusieurs axes du mouvement, selon le modèle. Ce nouveau matériau, trois fois plus dur que l’acier, combine le titane, pour sa résistance, l’aluminium, pour sa légèreté, et le nobium, pour sa mémoire des formes.

Sur la Defy Xtreme Open, par exemple, le pont de balancier, le pont de rouage et le pont d'inverseur ont été remplacés par des composants en Zenithium®, permettant ainsi de renforcer l’échappement. Une montre qui s’annonce donc indestructible, hyper-performante, capable par exemple de résister à une pression de 100 atmosphères, soit 1.000 mètres de profondeur.

Cette année, l’or rose offre à la collection une partition vierge, sur laquelle se décline avec force toute la gamme, qu’il s’agisse du Tourbillon, du Chronographe Open ou Aero, ou du modèle Elite Power Reserve.

Sur le boîtier ou le bracelet, le contraste qu’il offre avec le titane et le kevlar est saisissant ; sur le cadran, c’est la fibre de carbone qui fait ressortir l’or rose des hélices, des aiguilles et de la platine supérieure du mouvement.

Dans l’ensemble, le choc des deux couleurs apporte à la montre une vibration inattendue, aux frontières du réel. Au poignet, elle s’expose et s’impose, elle revendique son excentricité avec la tranquille assurance des objets hors du commun, mais dotés d’une âme.

Quant au bracelet, il existe aussi désormais en caoutchouc naturel, tant sur les versions exclusivement en titane que sur celles le combinant avec l’or rose.

Defy Xtreme Open Stealth

Defy Xtrem de Zenith
En série limitée de cent pièces par couleur, la Manufacture propose aussi deux modèles plus discrets, inspirés par ces avions dits furtifs, qu’aucun radar ne détecte…

Soit blanc naturel, soit noir mat, entièrement en titane, ces DEFY-là échappent à la lumière, se dérobent aux contrastes.

Une attention particulière a été portée aux cadrans multi-couches, dont le rehaut est renforcé par un procédé chimique complexe qui noircit l’aluminium, alors que la fibre de carbone, habituellement noire, est éclaircie sur le titane blanc.

Le pont hélicoïdal de l’Open est en or blanc. L’effet est sibyllin mais la lisibilité reste aisée, grâce au traitement rouge des aiguilles.

Montres-de-luxe.com | Publié le 27 Février 2007 | Lu 11362 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques